Cagnotte Leetchi : l’UFC-Que Choisir dépose plainte

Publié le 11/12/2020 - 09:29
Mis à jour le 11/12/2020 - 09:07

« Face à la persistance inadmissible des retards de versement de ses cagnottes en ligne », l’association de consommateurs l’UFC-Que Choisir dépose plainte ce vendredi 11 décembre 2020 pour « pratiques commerciales trompeuses » contre la société Leetchi auprès du procureur de la République de Paris.

©Blende12-Pixabay ©
©Blende12-Pixabay ©

Selon l'UFC-Que choisir, "Le rêve de cagnotte -simple et rapide- affiché par Leetchi, se transforme en cauchemar interminable pour un trop grand nombre d’utilisateurs."

Retards de versement réclamations sans réponses, justificatifs supplémentaires demandés sans raison apparente, cagnotte ayant disparu… Les témoignages de nombreux utilisateurs qui se disent "écœurés du service proposé par Leetchi" ne cessent d’affluer.

"Leetchi se vante de garantir un service rapide et efficace afin de collecter de l’argent auprès de différentes personnes, affirmant à plusieurs reprises que le versement des cagnottes au bénéficiaire s’effectue dans un délai de 48 heures. Mais cette promesse a volé en éclats pour de nombreux utilisateurs qui doivent attendre des semaines, voire des mois, avant de pouvoir bénéficier de leur argent", dénonce l'association de consommateurs.

Un délai de versement rallongé de quelques jours peut exceptionnellement intervenir dans le cadre d’un examen renforcé du dossier, dans le cadre de la lutte contre les fraudes, prévue par la réglementation, "mais l’exception est en train de devenir le principe puisque des milliers de consommateurs sont concernés par des délais de déblocage des fonds de plusieurs mois".

Que choisir donne l'exemple d'une consommatrice qui l'a alertée le 28 novembre dernier sur les délais de versement d’une cagnotte qui avait pour but de venir en aide à sa tante dont la santé est compromise du fait de la covid-19, tandis qu’un autre utilisateur a dû attendre 5 semaines supplémentaires avant de pouvoir utiliser l’argent de sa cagnotte solidaire.

Selon l'association, "dans le cadre de la crise économique inédite que nous traversons, et alors que certaines personnes recourent à ce système de cagnottes pour faire face à des besoins primordiaux (soutien financier pour proches malades, collecte pour les services hospitaliers, etc.), l’impact de ces retards est particulièrement préjudiciable".

Après l’envoi de mises en demeure et de vaines tentatives de dialogue, l’UFC-Que Choisir dépose plainte pour pratiques commerciales trompeuses ce vendredi auprès du procureur de la République de Paris.

Dans cette attente, l’UFC-Que Choisir :

  • invite les consommateurs, victimes d’importants retards dans le versement des fonds, à se manifester et met à leur disposition un modèle de réclamation qui est nécessaire avant d’envisager un recours.
  • entend bien agir face au mutisme et à l’inaction de Leetchi et saisit à cet effet la Justice au moyen d’une plainte.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.56
nuageux
le 12/04 à 21h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
79 %