Camaïeu, en cessation de paiement, demande son placement en redressement judiciaire

Publié le 27/07/2022 - 17:02
Mis à jour le 27/07/2022 - 16:47

Nouveau coup dur pour Camaïeu: deux ans après sa reprise par la Financière immobilière bordelaise, le géant du prêt-à-porter, en cessation de paiement, a demandé son placement en redressement judiciaire au tribunal de commerce de Lille qui examinera sa demande ce mercredi 27 juillet 2022.

Camaieu à Besançon © Google Maps 2018
Camaieu à Besançon © Google Maps 2018
  • L'enseigne nordiste - dont quelque 2.600 salariés avaient été repris en août 2020 par la FIB - "a demandé l'ouverture d'une procédure en redressement judiciaire avec plan de continuation", a indiqué la direction de Camaïeu dans un message à l'AFP.

"La demande de Camaïeu est motivée par une accélération des difficultés de l'entreprise et plus particulièrement par les conséquences" d'un arrêt de la Cour de Cassation, daté du 30 juin, "refusant aux commerçants la baisse des loyers de la période Covid", a expliqué la direction.

"L'objectif majeur (...) est de préserver la pérennité de l'entreprise", a-t-elle assuré. Le président du tribunal de commerce de Lille a précisé à l'AFP avoir reçu lundi une déclaration de "cessation de paiement" de la société gestionnaire, Aciam, qui appartient à HPB (Hermione, People & Brands), la division distribution de la FIB de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon.

Selon une source proche du dossier, cette demande est faite "au vu de la difficulté des temps en matière de retail", et des problèmes liés à la reprise de l'enseigne, notamment des "difficultés de paiement auprès des bailleurs".

-Loyers impayés

Selon Thierry Siwik, délégué CGT de Camaïeu, la direction "a envoyé en juin 2021 un courrier à des dizaines de bailleurs, concernant, selon nos estimations, entre 250 et 300 baux", pour annoncer "une suspension du paiement des loyers en raison d'un +cas de force majeure+".

"La direction a raconté au CSE, qu'elle essayait de renégocier les loyers" mais "plusieurs procédures ont été entamées par les bailleurs. Aujourd'hui, au vu de plusieurs décisions de la Cour de cassation concernant d'autres entreprises dans la même situation, la direction va devoir payer", a-t-il poursuivi.

Dans trois arrêts, la plus haute juridiction a de fait obligé les commerçants à s'acquitter de leurs loyers non payés pendant la période où les commerces non essentiels étaient fermés du fait de l'épidémie de Covid-19, jugeant que la situation n'était pas imputable aux bailleurs et n'avait pas privé définitivement les commerçants d'utiliser leurs locaux.

"Casse sociale"

M. Siwik a estimé à "plusieurs millions d'euros par mois" les loyers non versés. "Cet argent, ils ne l'ont pas mis de côté. La dette est considérable", et si le redressement judiciaire permet de la "geler" provisoirement, à long terme "il va forcément y avoir de la casse sociale", s'est-il inquiété.

En août 2020, la FIB avait repris 511 des 634 magasins en France et environ 2.600 salariés sur plus de 3.100, dans le cadre d'une restructuration sous l'égide du tribunal de commerce de Lille. Elle avait lancé un grand plan de transformation et un "travail de fond sur la marque et l'offre".

La nouvelle direction s'était donné deux ans pour remettre l'entreprise à l'équilibre, avec l'objectif de retrouver en 2023 le chiffre d'affaires de 2019 - 570 millions d'euros.

"La reprise s'est déroulée dans un contexte effroyable", avait pointé à l'AFP il y a un an le nouveau PDG Wilhelm Hubner, regrettant qu'entre couvre-feu, confinement et une cyber-attaque en juin 2021, l'entreprise n'ait pas connu "un seul mois normal".

Crise sanitaire, baisse généralisée du trafic en magasins, montée de l'inflation: selon la Fédération du commerce spécialisé Procos, l'ensemble de la distribution textile est à la peine, avec des ventes pour la période janvier à mi-juin inférieures de 13% au niveau de 2019.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Look, nouvelle collection, arrivée du printemps… Quoi de 9 chez IZAC ?

QUOI DE 9 ? • Pour la troisième année consécutive, Julie, Benjamin et Lucas se tiennent à votre disposition pour vous habiller, au quotidien mais aussi pour vos évènements festifs, printaniers et estivaux. À l’occasion de l’arrivée de la nouvelle collection, ils vous présentent une sélection de quatre tenues.

Découvrez le nouveau parcours client de la Cour des Matériaux de Leroy Merlin Besançon !

QUOI DE NEUF ? • L’équipe de Leroy Merlin à Besançon est fière de vous annoncer l'ouverture tant attendue de son tout nouvel espace dédié aux matériaux chez Leroy Merlin. Après de longs mois de travail et de réflexion, Leroy Merlin est ravi de vous présenter ce nouveau chapitre de son histoire.

Digital Surf recrute, soyez aux avant-postes de l’analyse microscopique

PUBLI-INFO • Envie de travailler pour la NASA ou pour la Silicon Valley ? C’est possible à Besançon au sein de Digital Surf, une pépite de l’industrie et de la recherche scientifique mondiale. Découvrez ici le produit qui porte son succès, les postes à pourvoir et postulez pour intégrer les équipes du leader mondial du logiciel de l’analyse des surfaces microscopiques.

Les commerçants de Besançon invités à participer à une nouvelle animation au centre-ville

L’Union des commerçants de Besançon (UCB) lance un nouveau projet d’animation dédié à la (re)découverte du centre-ville baptisé "Bonjour". Pour cette première édition qui aura lieu le 1er juin 2024, l’initiative est gratuite et ouverte à tous les commerçants du centre-ville de Besançon, adhérents ou non adhérents à l’UCB. 

La Ville de Besançon veut développer de nouveaux lieux culturels

Lors du prochain conseil municipal qui se tiendra ce jeudi 4 avril 2024 à Besançon, les élus seront notamment appelés à débattre du souhait de réhabiliter deux sites bisontins pour en faire des lieux d’accueil culturels. Il s’agit de la grande halle du site des Prés-de-Vaux et du hangar aux manoeuvres de la Citadelle. 

Effondrement rue de Vesoul : les commerçants demandent une aide exceptionnelle au Département du Doubs

Suite à l’effondrement d’une partie de la rue de Vesoul à Besançon le 25 février dernier, les commerçants ont vu leur chiffre d’affaires dégringoler… Un collectif a même été créé sous l’impulsion de Vincent Morel, gérant du magasin indépendant Bazarland. Ce mois d’avril 2024, il lance un appel au Département du Doubs…

La Ville de Besançon avance un budget “robuste” pour 2024

Alors que l’État français doit actuellement faire face à une crise des finances publiques, la Ville de Besançon assure de son côté conserver un modèle "robuste" de gestion financière comme l’a détaillé ce mercredi 3 avril en conférence de presse Anthony Poulin l’adjoint en charge des finances de la Ville de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 24.89
nuageux
le 14/04 à 12h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
50 %