Alerte Témoin

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : un gaz naturel radioactif dans la ligne de mire de l'enquête

Publié le 21/02/2020 - 11:13
Mis à jour le 21/02/2020 - 11:22

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, elle a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Les recherches sur les expositions environnementales se tournent actuellement vers le radon, un gaz naturel radioactif cancérogène...

Radon
©VectorStock.com

L'ARS précise que dans une démarche de transparence, les investigations autour des cancers pédiatriques du Haut-Jura font l’objet d’échanges réguliers avec les parents des enfants atteints de cancer et d’une information systématique des maires des communes concernées.

Point d’étape de l’enquête épidémiologique

L’enquête épidémiologique menée par l’équipe de Santé publique France en Bourgogne- Franche-Comté comprend plusieurs étapes indispensables : la définition d’un périmètre, l’élaboration d’un questionnaire dédié et spécifique, une analyse détaillée des réponses et des expositions environnementales, les résultats et les recommandations.

Le périmètre :

Le périmètre de l’enquête tient compte de trois paramètres : la période, la zone géographique et les diagnostics pris en compte dans l’étude. Il sert à définir les contours de l’enquête avant sa réalisation. Une fois fixé, il ne pourra plus évoluer pour l’investigation présente, c’est la raison pour laquelle une attention toute particulière est portée à l’étape de recensement exhaustif des cas.

"Pour établir le périmètre, il est indispensable de s’assurer que nous avons identifié l’ensemble des enfants malades. Pour cela, nous avons travaillé avec le Registre national des cancers de l’enfant (RNCE), le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Besançon et les Hospices civils de Lyon. Nous avons également interrogé la direction générale de la santé du canton de Vaud et le Registre national suisse (ChCR) pour recenser d’éventuels enfants soignés en Suisse mais vivant dans le périmètre français et pour vérifier que le périmètre ne s’étend pas à la Suisse frontalière", explique Olivier Retel, responsable de Santé publique France Bourgogne-Franche-Comté.

Ce travail préliminaire permet de définir le périmètre de l’enquête menée dans le Jura qui concerne :

  • les cancers pédiatriques, de toute nature,
  • diagnostiqués entre 2011 et 2019,
  • sur la zone géographique recouvrant quatre communes du Jura (Les Rousses,
    Longchaumois, Morez, Prémanon).

D’après les données validées avec le Registre national des cancers de l’enfant, treize enfants atteints de cancer sont inclus dans ce périmètre.

Le questionnaire

L’équipe de Santé publique France Bourgogne Franche Comté a élaboré un questionnaire, à partir des connaissances scientifiques sur les cancers pédiatriques, la prise en compte des spécificités locales comme par exemple le fait d’être en zone rurale... Ce questionnaire permet le recueil d’informations relatives à l’enfant, à la mère et au père.

"Il s’agit d’un outil épidémiologique qui va nous permettre en croisant les réponses, d’identifier potentiellement un ou plusieurs facteurs de risque qui seraient communs aux enfants malades. Nous recherchons des facteurs de risque spécifiques au périmètre et sur lesquels on pourrait agir localement. Nous ne centrons pas nos recherches sur des produits de consommation courants disponibles sur le marché national par exemple", précise Olivier Retel.

Ce questionnaire sera adressé aux parents par courrier afin qu’ils puissent se l’approprier et le remplir. Les épidémiologistes de Santé publique France Bourgogne Franche Comté pourront organiser par la suite des entretiens avec chaque famille pour compléter ou préciser des réponses.

Recherche d’expositions environnementales

En lien avec l’ARS, l’équipe de Santé publique France Bourgogne Franche Comté a commencé une analyse cartographique pour certaines expositions environnementales suspectées d’être à risque vis à vis des cancers pédiatriques. Il s’agit à partir de différentes bases de données ou de partenariats (Atmo) de repérer sur le secteur les potentielles sources d’exposition à risque (lignes à haute tension, stations d’essence, pollution atmosphérique...) et comparer leur localisation aux lieux d’habitation et de vie des enfants.

L’ARS a distribué des dosimètres pour réaliser au domicile des familles concernées, des mesures d’exposition au radon, gaz qui a été inclus dans les sources environnementales d’exposition potentielles dans cette étude. Cette campagne de mesures va se dérouler de mars à avril, pour évaluer les fluctuations des émissions de ce gaz.

Qu'est-ce que le radon ?

Il s'agit d'un gaz naturel radioactif cancérogène. Le radon provient de la désintégration radioactive de l’uranium présent dans le sol et dans les roches (en particulier les massifs granitiques). Dans l’air extérieur, le radon se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste généralement très faible. Dans les espaces clos comme les bâtiments, sa concentration peut devenir élevée en fonction des paramètres environnementaux, des caractéristiques du bâtiment et de son mode d’occupation.

(Communiqué de l'ARS Bourgogne Franche-Comté)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

220 professionnels du CHU formés au « retournement sur le ventre » pour les détresses respiratoires aigües

L’un des éléments importants de la stratégie thérapeutique pour les patients Covid-19 souffrant de détresse respiratoire aiguë est la pratique du décubitus ventral, la technique de "retournement sur le ventre". Ainsi, 220 professionnels volontaires suivent une formation accélérée du "Team décubitus ventral", habituellement réservée au service de réanimation.

Quand un fabricant de literie se met à produire des masques…

Pénurie de masques • Le Groupe Maliterie,  et notamment son usine de Voray-sur-l'Ognon en Haute-Saône, a répondu à l'appel du ministère pour fabriquer entre 500 et 1.000 masques de protection par jour à partir du 15 avril 2020. Les masques seront commercialisés en priorité dans le Doubs et en Haute-Saône.

Coviplasm : un essai clinique avec du plasma de patients guéris

À partir du mardi 7 avril 2020, un test va démarrer en Ile-de-France, dans le Grand-Est et en Bourgogne-Franche-Comté auprès d'environ 200 patients guéris. L'essai clinique consiste à transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 vers des "patients en phase aiguë de la maladie". Le Pr Pierre Tiberghien de Besançon (EFS Bourgogne-Franche-Comté) mènera cette étude avec le Pr Karine Lacombe.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont lancé  une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

Et pourquoi ne pas fabriquer votre propre masque ?

Modèle Afnor télécharger • AFNOR, Association française de normalisation (qui représente la France auprès de l'Organisation internationale de normalisation et du Comité européen de normalisation) a mis à disposition gratuitement depuis le 27 mars 2020 un référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale d’un nouveau modèle de masque, dit « masque barrière ». L'atelier des gourdes a pris  le modèle Afnor et vous montre comment réaliser votre masque ! Envie de vous lancer à l'occasion de ce nouveau week-end de confinement ?

Témoignage : un médecin guéri du Covid-19 rend hommage aux soignantes du CHU de Besançon

Vidéos • Médecin généraliste à Salins-les-Bains, le Dr Damien Pollet a été testé positif au Covid-19 le 21 mars 2020 à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Après une semaine ponctuée d'une importante fatigue et de fortes fièvres, il développe une forme sévère du Coronavirus. Sa saturation en oxygène diminue le samedi 28 mars. Il est alors transféré par le SAMU à l'hôpital de Besançon. Guéri, de retour chez lui depuis le 1er avril, il a décidé de rendre  hommage aux "guerrières", ces femmes qui l'ont réconforté durant la maladie...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.27
ciel dégagé
le 07/04 à 12h00
Vent
2.5 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
39 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune