Cantine : la Ville de Besançon déboutée par la cour administrative d'appel de Nancy

Publié le 06/02/2019 - 10:39
Mis à jour le 06/02/2019 - 11:27

L’accès à la cantine est un droit. La cour administrative d’appel de Nancy a rejeté mardi 5 février 2019 l’appel de la ville suite à sa condamnation par le tribunal administratif de Besançon (7 décembre 2017) pour avoir refusé d’inscrire un petit garçon à la cantine à la rentrée 2017. La Ville de Besançon n’exclut pas désormais de saisir le Conseil d’État.

© d poirier ©
© d poirier ©

" Tout enfant scolarisé dans une école primaire dispose d’un droit à être inscrit à la cantine dès lors que ce service existe". Le 7 décembre 2017, le tribunal administratif de Besançon s'était appuyé sur l’article L131-13 du code de l’éducation, de la loi Égalité et citoyenneté du 27 janvier 2017 pour condamner la ville de Besançon après son refus d'inscrire le petit Baudoin à la cantine.

Sa maman, Céline Guyon, avait rendu le dossier d’inscription à la cantine et à l’accueil périscolaire de son fils Baudouin, âgé de 7 ans, en dehors des délais imposés par la municipalité de Besançon. La mairie avait refusé le 18 septembre de l’inscrire à la cantine et à l’accueil périscolaire du matin et du soir, en faisant notamment valoir un manque de place et le retard du dépôt de dossier.

Cette mère célibataire avait alors saisi le tribunal administratif pour contester la légalité de cette décision et de l’article 10 du règlement de l’accueil périscolaire de la commune, sur lequel la mairie s’est appuyée pour justifier son refus d’accueillir Baudouin.

Condamnée, la Ville avait accueilli le petit Baudoin à la cantine, mais avait fait appel de cette décision pour le principe. Finalement, la Cour d'Appel administrative de Nancy confirme la condamnation de la Ville en première instance et la condamne également à verser 1.500 € à Mme Guyon pour les frais de justice.

"Les collectivités publiques qui choisissent de créer un service de restauration scolaires pour les écoles primaires dont elles ont la charge sont tenues de garantir à chaque élève le droit d’y être inscrit. En conséquence, elles doivent adapter et proportionner le service à cette fin et ne peuvent opposer un refus d’inscription au motif de l’absence de places disponibles".

La municipalité pourrait saisir le Conseil d'État pour faire valoir l'argument que sa capacité d’accueil au restaurant scolaire est « limitée » et qu'accueillir davantage d’enfants serait « susceptible de créer de graves difficultés en termes de sécurité et d’encadrement des enfants ».

La ville de Besançon accueille plus de 4.000 enfants chaque jour dans les restaurants de ses 67 écoles. Depuis l'automne 2017, elle a recruté plusieurs animateurs pour accueillir environ 200 enfants supplémentaires mais des dossiers sont toujours en suspens.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.21
nuageux
le 24/04 à 6h00
Vent
1.84 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
89 %