C'est quoi la vie d'un livreur à Besançon ? "Un collègue s'est fait près de 2400 euros en un mois"

Publié le 20/02/2019 - 18:22
Mis à jour le 15/04/2019 - 08:45

Avec leur sac à dos et leur casque bleu, les livreurs à domicile de l'enseigne Deliveroo sont de plus en plus présents dans le paysage bisontin. Pour comprendre ce phénomène, nous nous sommes intéressés au quotidien de Yannick*, un jeune livreur de 19 ans…  

Yannick a commencé à travailler début février pour Deliveroo (société de livraison à domicile de plats préparés par des restaurateurs fixes). Un job qu'il a découvert sur les réseaux sociaux et sur les conseils de ses amis : "j'ai appris qu'on pouvait gagner pas mal d'argent si on accumulait les courses, explique-t-il. "Nous ne sommes pas salariés mais micro-entrepreneurs".

196 euros pour 32 commandes livrées

Le jeune livreur est ravi : "en quatre jours, j'ai effectué 32 courses (livraisons) à vélo et gagné 196 euros ! L'autre jour, je me suis rendu disponible sur un créneau de deux heures et j'ai gagné 42 euros et cinq euros de pourboire. Un de mes collègues a même gagné jusqu'à 2400 euros en un mois en accumulant les commandes". Une course peut rapporter entre 4 et 8 euros au livreur. "On ne sait pas combien prend Deliveroo", nous précise-t-on.

Une liberté au niveau des horaires

Ce qui fait le succès de Deliveroo selon Yannick, c'est sa flexibilité : "On peut se mettre disponible pour un créneau à tout moment grâce à une application très simple d'utilisation. On reçoit le restaurant où il faut se rendre puis l'adresse de livraison sur notre portable", explique-t-il en précisant que Deliveroo envoie un Kit à tous ses livreurs (comprenant un casque, un gilet et un sac réfrigéré au nom de la marque ainsi qu'un porte portable pour permettre aux livreurs de l'installer sur leur vélo).

Des plats qui peuvent "être parfois lourds"

Un périmètre est "délimité" par Deliveroo, nous indique le livreur : "il faut livrer en moins de trente minutes dans un rayon de trois kilomètres". Ce qui est "faisable" selon lui. Toutefois, les "plats sont parfois lourds à transporter". : "C'est compliqué quand vous avez une grosse commande pour plusieurs personnes avec des plats de nouilles, des desserts et une côte à monter en vélo. Il faut être sportif ", précise-t-il en indiquant voir plus d'hommes effectuer ce travail que de femmes.

Payé en fonction de l'éloignement de la commande et des intempéries

Les livreurs sont toutefois récompensés de leurs efforts : "nous sommes payés en fonction de l'éloignement entre le restaurant et le domicile de la personne à livrer". Lorsqu'il pleut, les livreurs sont "payés un peu plus", nous indique-t-on. "Des offres spéciales sont également proposées lorsqu'il n'y a pas beaucoup de livreurs sur certains créneaux". Afin d'inciter ses livreurs être plus présents, Deliveroo récompense ses meilleurs éléments (les plus présents, les plus ponctuels, les moins absents) en leur proposant les meilleurs horaires en primeur.

Deliveroo reste une "bonne alternative" pour Yannick qui poursuit en même temps ses études.

Yannick* : le prénom a été changé

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Besançon rend hommage aux harkis

L’hommage a été rendu samedi 25 septembre 2021 au parc des Glacis à Besançon dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux harkis et autres membre des formations supplétives. 

27 septembre 1944 : Étobon, massacre oublié de la Seconde Guerre mondiale

Il y a 77 ans, le 27 septembre 1944, 39 hommes, âgés de 17 à 58 ans,  ont été fusillés en Haute-Saône par les soldats de la Wehrmacht, qui entendaient ainsi se venger des attaques des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dans les maquis alentours. Trois autres ont été exécutés un peu plus tard, et sept hommes sont morts en déportation.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.36
couvert
le 27/09 à 12h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
87 %

Sondage