Commerces "non essentiels : Ève Boutique à Besançon envoie une petite culotte au Premier ministre…

Publié le 20/04/2021 - 13:59
Mis à jour le 20/04/2021 - 13:29

Considérée comme "non essentielles" dans le cadre du confinement de ce mois d'avril en France, les boutiques de lingerie sont fermées. De ce fait, de nombreux commerçants de ce secteur ont envoyé des petites culottes au Premier ministre dont Ève Boutique Lingerie à Besançon… C'est ce qui s'appelle une action culottée !

Une
Une "culotte de mécontentement à Matignon !" de la part de Eve Boutique Lingerie à Besançon. © Aurélie Demesmay-Trouillot

Des détaillants lingerie et bain ont décidé de créer leur propre collectif, "Action culottée", suite au discours du président de la République du 31 mars dernier annonçant la fermeture des commerces jugés "non essentiels". Face à cette nouvelle fermeture en raison de l'épidémie de Covid-19, le collectif souhaite "alerter de la situation très critique que vivent des centaines de boutiques de sous-vêtements à travers toute la France".

Les culottes, une question d'hygiène… non ?

Pour solliciter le gouvernement de façon "rigolote, mais pas totalement idiote", les boutiques de lingerie de France qui le souhaitent ont envoyé un courrier au Premier ministre Jean Castex accompagné d'une petite culotte, une "culotte de mécontentement à Matignon !"

"Les fleuristes, libraires, coiffeurs ou encore disquaires ont été relégués en commerces dits « essentiels ». Mais la culotte ? N’est-ce pas une question d’hygiène et de protection ? N’est-ce pas la première chose que nous enfilons le matin pour nous habiller ? Nous ressentons tous un très fort sentiment d’injustice !" s'insurge Action culottée dans un communiqué.

La réouverture et l'encadrement des promotions avant les soldes d'été

Le collectif demande le "reclassement des sous-vêtements en produit essentiel" et de ce fait, la réouverture des boutiques concernées. Alternativement, il souhaite l'autorisation de rendez-vous client physique et individuel. Si cela est refusé, Action culottée demande à être aidé en encadrant les promotions avant les soldes d'été. "Comment espérer survivre si après 2 mois de fermeture les grandes enseignes et géants du web se mettent comme en 2020 à proposer leurs collections à prix cassé ? Choisissez une date de soldes et faites-en sorte que les promotions ne commencent qu’à la date définie ! Cela est vital pour nos entreprises !" indique le collectif.

Il sollicite également le gouvernement sur le fonds de solidarité, les frais fixes, la rémunération des travailleurs indépendants et les soldes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouvelle gouvernance et nouvelles ambitions pour la Vallée de l’énergie

Lundi 22 novembre 2021, le conseil d’administration de la Vallée de l’Energie a renouvelé ses instances de gouvernance. EDF prend la présidence de l’association qui a été confiée à Alain Daubas, d’EDF Bourgogne-Franche-Comté. Il succède à  Jean-Luc Habermacher, de General Electric. Le CA a ensuite élu au poste de vice-président Damien Delmont, dirigeant de la société 3DLM, ainsi que douze membres au bureau exécutif.

Noël à Besançon : des décorations lumineuses particulièrement écolo

Une entreprise qui a développé une matière 100 % biosourcée, fabriquée en circuit court en France, Greenfib, s'est associée à Leblanc Illuminations, concepteur d'éclairage et de décorations lumineuses, pour développer des décorations de Noël éco-responsables dans les villes de Besançon et Bordeaux, a-t-on appris ce mercredi 24 novembre.

La fondation Desperados commande 200 oeuvres à 4 artistes bisontins

Du 15 novembre au 12 décembre 2021, la Fondation Desperados pour l’Art Urbain reconduit son projet « Impressions partagées » pour une deuxième saison. L’opération, qui concerne Besançon du 29 novembre au 5 décembre, met en lumière le travail de quatre artistes : Justine Cadoual, Clown, Simone Découpe et Saturn, les invitant à créer une oeuvre originale, sérigraphiée en 65 exemplaires et offerts au grand public sur réservation, via le site web de la Fondation Desperados.

Restauration : le syndicat patronal des indépendants appelle à mieux contrôler le pass

Les restaurateurs qui ne contrôlent pas le pass sanitaire "mettent en danger" toute la profession "en l'exposant à une mesure de fermeture générale", s'insurge lundi le président du syndicat patronal des indépendants de l'hôtellerie restauration, face à un "rebond épidémique fulgurant" du Covid-19.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.17
légères chutes de neige
le 27/11 à 9h00
Vent
4.95 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
96 %

Sondage