Condamné pour avoir fumé du cannabis à des fins thérapeutiques

Publié le 11/07/2013 - 19:16
Mis à jour le 12/07/2013 - 16:19

Dominique Loumachi, myopathe, réclame le droit de fumer du cannabis à des fins thérapeutiques. Il a été condamné ce jeudi 11 juillet par la cour d’appel de Besançon à 50 euros d’amende avec sursis.

Toujours pas reconnu

Ne pouvant se satisfaire de cette peine symbolique, il a l'intention de se pourvoir en cassation et ira, si nécessaire, "jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme""Je suis écoeuré. Je ne suis pas un toxicomane, ni un dealer, je suis condamné par la maladie et j'ai juste envie de vivre", a-t-il déclaré à
l'issue de l'audience.

Atteint de myopathie depuis l'enfance, Dominique Loumachi demande à la justice de reconnaître que l'usage du cannabis est pour lui une "nécessité". Son avocat, Me Jean-Charles Darey, avait plaidé la relaxe en s'appuyant sur un arrêt de la cour d'appel de Papeete (Polynésie française) du 27 juin 2002 et une décision du tribunal correctionnel de Bourges du 13 avril 2011, relaxant des patients utilisant du cannabis pour calmer leurs douleurs.

Dans une ordonnance, le Dr François Ziegler, chef du service de neurologie de l'hôpital de Belfort-Montbéliard, stipule que Dominique Loumachi souffre de "douleurs neurologiques pour lesquelles du cannabis peut être bénéfique en traitement adjuvant de la douleur".

Coupable d'usage et de détention de stupéfiants

La cour d'appel de Besançon a reconnu le prévenu coupable "d'usage et détention de stupéfiants", après la découverte par la police chez sa soeur de quelques plants de chanvre indien, qu'il cultivait pour sa consommation personnelle.

Lors de l'audience du 27 juin dernier, le ministère public avait requis la confirmation de la condamnation de première instance, soit 300 euros d'amende avec sursis.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.39
légère pluie
le 01/03 à 3h00
Vent
3.76 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
91 %