Alerte Témoin

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d'intrusion au commissariat de Besançon

Publié le 01/05/2019 - 12:19
Mis à jour le 02/05/2019 - 09:21

Sous le soleil, dans le calme et en chansons. Dans une ambiance bon enfant, près de 2.500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon au départ de la place de la Révolution. Le cortège s'est scindé peu avant midi. 500 gilets jaunes ont poursuivi jusqu'à la préfecture. Vers 12h45, des manifestants ont tenté de s'introduire à deux reprises au commissariat forçant la police à évacuer l'avenue de la Gare d'eau à coup de gaz lacrymogène.

À Besançon la manifestation du 1er mai s'est déroulée en deux temps. La manifestation déclarée par les syndicats s'est déroulée dans la calme et une ambiance presque festive. Ils étaient 2.100 manifestants selon la préfecture du Doubs, 2.500 selon la CGT et 3.500 selon FO. "Justice sociale et écologie" pouvait-ont lire en tête de cortège qui est parti vers 10h45 en direction du quoi Vauban avant de rejoindre le centre-ville par le pont de Bregille. La question écologique était redondante sur les pancartes des manifestants.

Une convergence de façade ?

En tête de défilé, environ 200 manifestants affichés ont mené ce rassemblement du 1er mai 2019. Pourtant, Peu avant midi, les manifestants sont arrivés à Granvelle où la CGT avait implanté un village festif et revendicatif. Les syndicats ne sont pas allés plus loin. Plus de 500 manifestants ont poussé jusqu'à la rue Charles Nodier bloquée par les forces de l'ordre pour les empêcher de rejoindre la préfecture. Ils n'étaient plus que 250 environ à emprunter le parc de la gare d'eau pour revenir ensuite devant le commissariat.

Quelques projectiles et gaz lacrymogènes ont fusé. Des manifestants ensuite ont tenté de s'introduire à deux reprises dans le commissariat de Besançon, notamment par le parking du personnel. Les forces de l'ordre ont alors décidé de disperser la foule à coup de gaz lacrymogène vers 13h. Le préfet du Doubs a salué le calme de la première partie de la manifestation mais a "fermement condamné ces tentatives d'intrusion et les violences" survenues en fin de manifestation. 

Les manifestations du 1er mai 2019 en Franche-Comté

  • Pontarlier : 10h30.  Place d’Arçon
  • Besançon : 10h00. Place de la révolution  et Granvelle
  • Le cortège  se terminera Place Granvelle. Village festif de la CGT de 11h à 16h : musique, informations, débats...
  • Dole : 10h30.  Avenue de Lahr
  • Lons-le-Saunier : 10h30.  Place de la liberté
  • Saint-Claude : 10h30. Allée du marché (place du 9 avril)
  • Vesoul : 10h00. Gare

En région, plusieurs préfectures ont annoncé des interdictions de défiler dans le centre-ville, comme à Caen ou à Lyon.

En France, les projecteurs sont tournés vers la capitale, souvent théâtre de débordements spectaculaires depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Déjà l'an dernier, lors du 1er mai, 1.200 militants radicaux avaient perturbé la manifestation parisienne de bout en bout par de violents heurts, après avoir annoncé une "journée en enfer". Au total, 109 personnes avaient été placées en garde à vue, une trentaine de commerces dégradés ou incendiés et des véhicules brûlés.

Emmanuel Macron a réclamé que la réponse aux "black blocs" soit "extrêmement ferme" en cas de violences ce mercredi, après des appels sur les réseaux sociaux à transformer Paris en "capitale de l'émeute" et à un 1er mai "noir et jaune".

Plus de 7.400 policiers et gendarmes seront déployés pour sécuriser les manifestations à Paris, où "1.000 à 2.000 activistes radicaux" sont attendus, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Ce mercredi, le cortège syndical parisien, à l'appel de la CGT, FSU, Solidaires, l'Unef, l'UNL et FO, s'ébranlera à 14H30 de Montparnasse à la place d'Italie. Les syndicats ne veulent pas que leurs revendications soient brouillées par les violences. Déçus par les annonces de la semaine dernière du président de la République, visant à calmer la grogne des gilets jaunes et évaluées par Bercy à 17 milliards d'euros, ils réclament notamment une hausse du pouvoir d'achat.

"Le 1er mai doit être le rassemblement de tous ceux qui manifestent depuis des mois et des mois", a déclaré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, qui battera la pavé à Paris.

Avec cette journée, les syndicats, eclipsés depuis quelques mois par les "gilets jaunes", espèrent retrouver de la visibilité. Mais une fois de plus, ils vont manifester en ordre dispersé, échouant à renouveler le défilé commun de 2002 pour "faire barrage" à Jean-Marie Le Pen.

En 2018, les manifestations ont rassemblé 210.000 personnes en France selon la CGT, 143.500 selon le ministère de l'Intérieur dont 1.200 à Besançon. À Paris, la police avait recensé 20.000 manifestants (la CGT 55.000) dans le cortège syndical et 14.500 venus hors cortège.

1 Commentaire

Je connais beaucoup de commerçants du centre ville qui en ont par dessus la tête et sa ne servira à rien de continuer et tout augmentera pour récuperer la casse et les pertes de toutes part grâce aux gilets jaunes
Publié le 1 mai 2019 à 09h23 par Pascal Carry • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Social

Les musées de Besançon au bout du fil pour rompre l’isolement des plus fragiles

Les musées du Centre à Besançon tentent, depuis début avril 2020, d'adoucir le quotidien des personnes les plus fragiles et en situation d'isolement dans le cadre du confinement. Comment ? En proposant à ces publics un nouveau type de médiation culturelle : des visites par téléphone. Explications...

Des aides alimentaires et distributions de masques pour les plus vulnérables

Dans le cadre du plan d'urgence pour l'aide alimentaire, Joël Mathurin, préfet du Doubs, s'est rendu ce 20 mai 2020 au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Le Roseau, géré par l’ADDSEA, dans le cadre de la mise en œuvre de l’aide alimentaire et de la distribution de masques aux  personnes en situation de précarité.

Action « casserolade » des Blouses Blanches à Besançon

Dans le cadre des actions nationales des “Jeudis de la colère“ les différents collectifs de Blouses Blanches du secteur (CIU, CIH, collectif Blues Blanches, Printemps de la Psy), soutenus par SUD Santé, organisent ce jeudi 28 mai 2020 à 14 heures sur le parvis du CHRU Jean Minjoz, une action “Casserolade“ intitulée “Je#dis ma colère“.

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Covid-19 : des milliers de chèques services distribués aux personnes démunies en Haute-Saône

Début avril 2020, le ministre chargé de la Ville et du Logement a lancé un dispositif exceptionnel de distribution de chèques services pour permettre aux personnes sans domicile et sans ressources de se procurer des denrées alimentaires et des produits d’hygiène. Après le Doubs, c'est au tour de la Haute-Saône de distribuer plusieurs milliers de chèques services aux personnes les plus vulnérables, est-il annoncé ce mardi 21 avril.

La BAF distribue des produits locaux aux étudiants pendant le confinement

Afin de permettre aux étudiant.e.s d’accéder à des produits alimentaires locaux, la Ville de Besançon ainsi que Grand Besançon Métropole ont souhaité apporter leur soutien à la BAF (Besançon et ses Associations Fédérées), fédération des associations étudiantes de Franche-Comté. La première distribution s'est déroulée samedi 18 avril.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.73
partiellement nuageux
le 03/06 à 0h00
Vent
0.96 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
96 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune