Côte d'Azur: le PS invite Alain Joyandet à investir en Franche-Comté

Publié le 27/06/2010 - 07:06
Mis à jour le 27/06/2010 - 07:06

Après avoir renoncé au permis d’extension de sa villa de Grimaud près de Saint Tropez, Alain Joyandet est invité par les socialistes à transférer ses investissements dans la région.

Le communiqué signé par le secrétaire du comité régional du PS, Marcel Fleury :
 
« Le Comité régional du PS prend acte du communiqué de Monsieur  Joyandet annonçant que le Secrétaire d’Etat renonce à son projet d’extension de la résidence familiale de Grimaud.
 
Le Comité régional constate que curieusement cette décision arrive simultanément avec la publication  par le Canard Enchaîné d’une note à Monsieur le Maire de Grimaud en date du 19 mai 2009 signée du directeur de l’urbanisme de cette ville.
 
Dans ce document, ce fonctionnaire constatait que « l’extension sollicitée » de la maison acquise par Monsieur Joyandet « est excessive au regard de la réalité de l’existant » et suggérait en conséquence de procéder au retrait de l’autorisation des travaux projetés. Cette recommandation découlant des règles en vigueur n’a fait l’objet d’aucune suite de la part du Maire UMP de Grimaud.
 
Il aura donc fallu que soit mise au grand jour une situation irrégulière pour que Monsieur Joyandet présente sa renonciation comme un geste unilatéral pour mettre un terme à un débat juridique, alors qu’au vu des pièces du dossier, le soi-disant débat était tranché. Il reste à souhaiter que Monsieur Joyandet transfère les moyens prévus pour l’immobilier en Côte d’Azur en investissements Franc- Comtois utiles à notre secteur du bâtiment et de travaux publics ».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.32
légère pluie
le 03/03 à 15h00
Vent
2.55 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
94 %