Coupure électrique d'un centre de vaccination: pas un acte "politique", assure le suspect

Publié le 22/07/2021 - 19:23
Mis à jour le 22/07/2021 - 19:23

L'adolescent de 17 ans suspecté d'être à l'origine de la coupure d'électricité qui a touché le centre de vaccination d'Audincourt dimanche a assuré n'avoir eu "aucune intention malveillante" ou "politique", a indiqué jeudi le parquet de Montbéliard

 © Luan D
© Luan D

La coupure électrique, qui a duré moins d’une heure et demie grâce à l’intervention des services municipaux, avait « mis en péril les 5.383 doses de vaccins » stockées dans le bâtiment, selon Martial Bouquin, le maire d’Audincourt.

L’élu a précisé qu’une analyse a permis d’établir que les doses étaient « en bon état », et que l’Agence régionale de santé a autorisé leur utilisation.

Ariane Combarel, procureur de la République, décrit dans un communiqué ce qui s'apparente davantage à une bêtise d'adolescent qu'à un acte revendicatif d'un opposant à la vaccination.

Auditionné dans le cadre de l'enquête, le jeune suspect a annoncé s'être approché "par curiosité" du coffret d'alimentation électrique du centre de vaccination, situé à l'extérieur du bâtiment et qui n'était pas verrouillé.

Après avoir touché à certaines commandes, il aurait déclenché une alarme. "Paniqué" il s'est d'abord éloigné, avant de revenir pour manipuler "tous les disjoncteurs, ce qui a fait taire l'alarme". Il a ensuite quitté les lieux.

L'adolescent "affirme n'avoir eu aucune conscience que son geste pouvait mettre en péril les vaccins stockés" et n'avoir pas eu "d'intention malveillante" ou "politique".

Le parquet précise qu'"aucun élément ne relie le mineur à un quelconque mouvement de mise en cause de la vaccination".

Une information judiciaire a cependant été ouverte jeudi pour "tentative de destruction de biens destinés à l'utilité publique", afin "d'approfondir les investigations", a indiqué Mme Combarel. Dans ce cadre, le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire de l'adolescent.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Meurtre de « l’inconnue du Frasnois » : un ancien travailleur frontalier condamné à 30 ans de réclusion en appel

Alexandre Verdure, un ancien travailleur frontalier, a été condamné ce vendredi 24 septembre 2021 par la cour d'assises d'appel du Jura à 30 ans de réclusion criminelle, une peine plus lourde qu'en première instance, pour le meurtre sauvage d'une jeune prostituée roumaine en 2016 en Suisse.

Accusé d’empoisonnement, l’ex-beau-père de l’athlète Ophélie Claude-Boxberger relaxé

L'ex-beau-père et assistant de l'athlète Ophélie Claude-Boxberger, qu'elle accusait d'empoisonnement, a été relaxé ce jeudi 23 septembre 2021 par le tribunal de Montbéliard (Doubs), et la spécialiste de demi-fond condamnée à lui verser 2.500 euros de dommages et intérêts, a-t-on appris auprès des avocats des deux parties.

Meurtre d'une prostituée roumaine au Frasnois : le travailleur frontalier clame toujours son innocence

Verdict attendu vendredi • L'ombre du violent réseau de proxénétisme roumain qui exploitait Mihaela Miloiu, retrouvée morte, le visage méconnaissable, dans une forêt jurassienne en 2016, a plané mercredi sur les assises du Jura, au premier jour du procès en appel du travailleur frontalier accusé de l'avoir tuée.

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.81
légère pluie
le 26/09 à 18h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %

Sondage