Coupure électrique d'un centre de vaccination: pas un acte "politique", assure le suspect

Publié le 22/07/2021 - 19:23
Mis à jour le 22/07/2021 - 19:23

L’adolescent de 17 ans suspecté d’être à l’origine de la coupure d’électricité qui a touché le centre de vaccination d’Audincourt dimanche a assuré n’avoir eu « aucune intention malveillante » ou « politique », a indiqué jeudi le parquet de Montbéliard

 © Luan D
© Luan D

La coupure électrique, qui a duré moins d’une heure et demie grâce à l’intervention des services municipaux, avait « mis en péril les 5.383 doses de vaccins » stockées dans le bâtiment, selon Martial Bouquin, le maire d’Audincourt.

L’élu a précisé qu’une analyse a permis d’établir que les doses étaient « en bon état », et que l’Agence régionale de santé a autorisé leur utilisation.

Ariane Combarel, procureur de la République, décrit dans un communiqué ce qui s'apparente davantage à une bêtise d'adolescent qu'à un acte revendicatif d'un opposant à la vaccination.

Auditionné dans le cadre de l'enquête, le jeune suspect a annoncé s'être approché "par curiosité" du coffret d'alimentation électrique du centre de vaccination, situé à l'extérieur du bâtiment et qui n'était pas verrouillé.

Après avoir touché à certaines commandes, il aurait déclenché une alarme. "Paniqué" il s'est d'abord éloigné, avant de revenir pour manipuler "tous les disjoncteurs, ce qui a fait taire l'alarme". Il a ensuite quitté les lieux.

L'adolescent "affirme n'avoir eu aucune conscience que son geste pouvait mettre en péril les vaccins stockés" et n'avoir pas eu "d'intention malveillante" ou "politique".

Le parquet précise qu'"aucun élément ne relie le mineur à un quelconque mouvement de mise en cause de la vaccination".

Une information judiciaire a cependant été ouverte jeudi pour "tentative de destruction de biens destinés à l'utilité publique", afin "d'approfondir les investigations", a indiqué Mme Combarel. Dans ce cadre, le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire de l'adolescent.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.76
légère pluie
le 23/05 à 15h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
80 %