Cours Hôtelier à Besançon : "Notre façon de travailler est unique"

Publié le 08/06/2020 - 07:00
Mis à jour le 26/06/2020 - 17:14

PUBLI-INFO •

Depuis 1916, la réputation du Cours Hôtelier de Besançon n'est plus à faire. Étant la première école hôtelière privée de France, elle forme les futur-es gouvernant-es, réceptionnistes et majordomes des hôtels de luxe. D'ailleurs, une ancienne élève a remporté le concours international Trophées Campbell en tant que "meilleure réceptionniste"…

L'école hôtelière bisontine forme ses élèves pendant un an, soit neuf mois intensifs au Cours Hôtelier de septembre à juin en externat, puis en stage 3 mois minimum proposé par l'école dans un établissement de qualité en France ou Monaco. À la fin de l'année, la formation globale est sanctionnée par le Diplôme du Cours Hôtelier de Besançon : Réceptionniste-Gouvernante, homologué niveau IV au Répertoire national de la certification professionnelle. "Nous proposons une double formation réceptionniste-gouvernante, c'est-à-dire que lorsqu'on sort de l'école, on est capable de faire ces deux métiers", précise Stéphanie Thébaut, directrice du Cours Hôtelier.

C'est cette formation qu'a suivie Maude Pretre pendant l'année 2014-2015. À 23 ans, la jeune réceptionniste est arrivée à la deuxième place du concours international des Trophées David Campbell en tant que "meilleure réceptionniste". Après plusieurs expériences à Paris et en Angleterre dans l'hôtellerie de luxe, Maude Prete est, depuis 2018, réceptionniste polyvalente au prestigieux Shangri-La Hotel à Paris.

Pour Stéphanie Thébaut, directrice du Cours Hôtelier, la lauréate "avait fait une bonne année scolaire" au sein de l'établissement, "Mademoiselle Pretre a suivi les conseils qui lui ont été donnés, elle a fait un stage en réception, elle parlait un très bon anglais : c'est une belle réussite, c'est un hommage à elle et à sa réussite".

Une reconnaissance dans la carrière de la jeune femme, mais aussi pour le Cours Hôtelier qui montre une nouvelle fois son excellence. "On a une renommée en tant que gouvernantes, mais on est moins connu en tant que réceptionniste, bien qu'on ait une double compétence… Nos anciens élèves font la fierté de l’école", dit la directrice.

En quoi consiste le métier de réceptionniste ?

Le travail de réceptionniste consiste à répondre au téléphone, accueillir le client en face à face, gérer ce qu'on appelle dans le jargon hôtelier les "check-in" et les "check-out (arrivées et départs des hôtels), répondre aux demandes d'un client et communiquer avec les autres services pour que les demandes soient suivies et effectuées. Il s'agit également de réveiller les clients le matin lorsque c'est demandé, il faut aussi savoir tenir une caisse, ce qui est une grande responsabilité, préparer des facturations de clients, ça peut aussi être prendre des réservations. "Parfois, il faut savoir pallier à un manque si personne n'est libre, il faut savoir prendre des réservations restaurant et hôtel dans les standards de la compagnie", précise Stéphanie Thébaut.

Dans le luxe, le ou la réceptionniste va aussi accompagner le client en chambre, c'est ce que l'on appelle le "rooming". "À cette occasion, on parle de l’hôtel au client, on lui montre le bar et où se trouve tout ce qu'il est susceptible de chercher ; bien entendu, on doit être bon juge de caractère, si un client veut rapidement se rendre à sa chambre, on ne va pas le forcer…", explique la directrice.

Pour ce métier il est également important d'être physionomiste et se rappeler des noms des clients. "J'ai une exigence très poussée par rapport à ça", souligne Stéphanie Thébaut. Et d'ajouter : "il faut également garder le sourire le plus naturel possible et dans toutes les circonstances, avoir un visage avenant."

Le réceptionniste doit également savoir garder son calme et trouver des solutions pour le client.

Quelles qualités pour être un-e bon-ne réceptionniste ?

Pour Stéphanie Thébaut, la première qualité est d'"aimer les gens". Elle explique que "si on n'aime pas gens, si on ne sait pas être à leur écoute, si on ne sait pas avoir de l'empathie, avoir un sens commercial assez aigu, parce qu'on est là aussi pour vendre des prestations, on ne peut pas être une bonne réceptionniste."

Pour conserver et exploiter ces qualités comme il se doit, la directrice, auparavant réceptionniste et gouvernante dans l'hôtellerie de luxe, explique que l'"on travaille beaucoup des jeux de rôle au Cours Hôtelier pour que ce soit naturel et ce type d'exercice est également pratiqué dans le milieu professionnel pour essayer d'arriver au maximum à la perfection."

Le Cours Hôtelier en histoire…

Le Cours hôteliers a été créé en 1916 par deux hommes pour pallier au manque, en Franche-Comté, de trouver du personnel dans l'hôtellerie de luxe. Au début, il s'agissait du Cour Féminin Hôtelier et ça a fait son petit bout de chemin pour devenir dans les années 80 le Cours Hôtelier de Besançon, une école mixte.

Par la suite, le Cours Hôtelier était plus connu sous le nom du Cour Cheval. "Madame Denise Cheval a été l'une des directrices qui est restée à ce poste le plus longtemps - 26 ans - et a beaucoup développé le cours avec une main de fer, mais avec cette gentillesse vis-à-vis de ses élèves. C'était aussi la première femme mariée à accéder à un poste de directrice", commente l'actuelle directrice

Plus tard, Madame Ghislaine Maire a dirigé l'école et a médiatisé le Cours Hôteliers suivie de Madame Girard qui développée davantage le Cours Hôtelier. "Elle a vraiment su évoluer avec son temps et s'adapter au monde extérieur, avec une remise en question constante", selon l'actuelle directrice.

Enfin, Madame Stéphanie Thébaut a été nommée directrice en septembre 2017. Elle a suivi la double formation de réceptionniste-gouvernante au Cours Hôtelier, soit 9 mois à l'école en intensif et le reste du temps en stage. "Je suis entrée au Cours Hôtelier pour faire réceptionniste et au final je me suis découvert une passion pour être gouvernante", précise-t-elle. "C'est vrai qu'il y a des choses qu'on nous apprend au Cours Hôteliers et qui nous paraissent anodines, mais qui restent, on acquièrt une certaine autonomie, on est capable de pouvoir répondre au client le mieux possible."

Une reconnaissance nationale et internationale

Grâce à sa réputation d'excellence à travers le monde, le Cours Hôtelier de Besançon reçoit des offres d'emploi d'hôteliers auxquelles les élèves ont accès. "Notre façon de travailler est unique et nous sommes la première école de ce type en France", souligne la directrice.

L'école accueille des élèves de la France entière, dont les deux tiers de Franche-Comté.

Comment candidater au Cours Hôtelier ?

Pour être admissible, il faut avoir 18 ans minimum dans l'année de formation, un niveau Terminale et le souci du détail, de l’esthétique, le sens de l’accueil et de la courtoisie, la capacité à s’intégrer et à diriger, la maîtrise du comportement.

Les candidatures sont suivies d'un entretien en face à face avec la direction de l'école.

Infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Une nouvelle offre régionale de formation pour les personnes éloignées de l’emploi

Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté chargée de la formation professionnelle, a réuni mardi 19 janvier 2021 l’ensemble des partenaires de la formation pour lancer officiellement la nouvelle offre régionale de formation destinée aux personnes très éloignées de l’emploi : le Dispositif Amont de la Qualification (DAQ) 2.0.

L’entreprise Sophysa prévoit un nouveau bâtiment de 5.700 m2 d’ici 2022 à Temis

Spécialisée en valves neurologiques et en systèmes de monitoring de la pression intracrânienne, l'entreprise est installée depuis 2007 sur le site de Temis à Besançon. Cette dernière a prévu de s'agrandir avec la construction d'un second bâtiment de 5.700 m2, apprend-on ce mois de janvier 2021. Objectif ? "Tripler la capacité de production", selon Philippe Nègre, dirigeant de Sophysa.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Appel à projets : recyclage du foncier des friches en Bourgogne Franche-Comté

Avec un fonds friche doté de 300M€, le Plan de relance donne l’opportunité d’accompagner les territoires sur le recyclage foncier des espaces artificialisés. 7,4 M€ sont mobilisables en Bourgogne Franche-Comté, sur les deux années à venir, et donneront lieu à deux éditions d’appel à projets. Les dossiers de demande de subventions sont à déposer au plus tard le lundi 15 mars 2021 minuit.

Conjoncture du mois de décembre 2020 : « des prévisions prudentes »

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de décembre 2020. La production industrielle progresse en fin d'année. Les carnets s’étoffent mais demeurent insuffisants. Une baisse est attendue. Les services enregistrent une faible hausse d’activité, à l’exception de la restauration, lourdement affectée par le reconfinement. Les prévisions sont prudentes.

 
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.51
chutes de neige
le 25/01 à 3h00
Vent
5.02 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
95 %

Sondage