Coût de l'électricité dans les transports : "On ne pourra pas aider tout le monde"

Publié le 16/09/2022 - 14:31
Mis à jour le 16/09/2022 - 09:45

Le gouvernement n'entend pas compenser le surcoût de la facture énergétique dans les transports, même s'il se dit prêt à discuter avec la SNCF, a indiqué le ministre Clément Beaune jeudi 15 septembre 2022.

 © D Poirier
© D Poirier

"On ne financera pas tout pour tout le monde", a déclaré M. Beaune à des journalistes, au congrès de Régions de France à Vichy. Pour le cas particulier de la SNCF, le ministre a indiqué qu'il discuterait du sujet avec son PDG Jean-Pierre Farandou. "L'État ne pourra pas tout absorber, ça c'est clair", a-t-il insisté.

Pour 2023, "on va voir le surcoût exact et comment va évoluer le coût de l'énergie d'ici la fin de l'année", a noté le ministre des Transports, alors que M. Farandou a estimé mercredi le surcoût attendu pour le moment entre 1,6 et 1,7 milliard d'euros.

La SNCF devrait pouvoir vivre "sans un impact énorme" l'an prochain et, "à très court terme, ce n'est pas un sujet budgétaire majeur de la relation État-SNCF", a assuré M. Beaune. Mais il faudra être vigilant pour 2024, quand la plupart des contrats d'achat d'électricité à l'avance viendront à terme, a-t-il noté.

"D'une manière générale, (l'État) ne couvre pas tous les coûts pour les régions"

M. Beaune n'envisage pas a priori d'aide pour les régions, qui sont engagées par contrat à couvrir la hausse des prix de l'énergie pour les transports publics qu'elles organisent. Par exemple, la moitié du surcoût en électricité de la SNCF sera imputable aux trains régionaux et devrait donc théoriquement être remboursée par les régions.

"D'une manière générale, (l'État) ne couvre pas tous les coûts pour les régions. (...) Il faudra qu'elles en supportent une partie", a-t-il ajouté, rappelant que la Première ministre Élisabeth Borne avait annoncé que le gouvernement entendait surtout aider les communes. M. Beaune n'est "pas complètement hostile" à ce que les régions puissent afficher des déficits d'exploitation temporaires, précisant qu'aucune décision n'a encore été prise à ce sujet.

La présidente de Régions de France, la socialiste Carole Delga (Occitanie) a demandé sur une autre scène à Vichy des "compensations" et "un plan complet du modèle économique ferroviaire". "Pour 2023, nous estimons l'impact de l'inflation pour les régions à plus d'un milliard sur nos budgets", a souligné Mme Delga.

Clément Beaune a parallèlement indiqué qu'il réfléchissait à une "mesure tarifaire" permettant de favoriser l'usage des transports publics. Il s'est dit plus intéressé par la formule actuellement testée en Espagne - la gratuité des abonnements après un certain nombre de parcours en train - que par le "billet à 9 euros" allemand (tous les transports publics allemands, urbains et régionaux, étaient à 9 euros par mois cet été) qui a peu incité les automobilistes à délaisser leur véhicule.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Trois dolois créent une nouvelle plateforme pour vendre et acheter des fruits et légumes… sans être un professionnel

Après deux années de travail, Oly a vu le jour ce mois de septembre 2022 dans le paysage franc-comtois. Il s’agit d’une plateforme créée par trois jeunes dolois, Rémi Vandelle, Théo Reffay et Adrien Berthenet, permettant de vendre et d’acheter des fruits, des légumes et des produits travaillés sans pour autant être primeur ou épicier.

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.22
nuageux
le 30/09 à 21h00
Vent
1.74 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
93 %

Sondage