Couvre-feu à 18 heures : "une ineptie" pour Alain Joyandet

Publié le 06/01/2021 - 11:21
Mis à jour le 06/01/2021 - 11:21

Alain Joyandet, sénateur de la Haute-Saône, a tenu à s'exprimer ce 5 janvier 2021 à moins de 24h00 des prochaines annonces gouvernementales.

Alain Joyandet ©Alexane Alfaro ©
Alain Joyandet ©Alexane Alfaro ©

Pour rappel, Jean Castex, le Premier ministre doit tenir une conférence de presse ce jeudi 7 janvier. Il s’exprimera sur l’évolution des mesures suite à la crise sanitaire.

S'en est trop pour le sénateur Les Républicains qui explique ne jamais avoir formulé publiquement de critique concernant la gestion de la pandémie par le chef de l'État. Il en est désormais tout autre depuis l'annonce du couvre-feu avancé.

Selon lui, l'instauration d'un couvre-feu à 18 heures est particulièrement "représentative des choix stratégiques absurdes", voire "contre-productifs", pour endiguer le nombre de contaminations, pour plusieurs raisons :

  • "En réduisant les plages horaires de tous les lieux qui accueillent et reçoivent du public, cette décision va augmenter - en nombre de personnes - la densité des flux"
  • "Le couvre-feu avancé va fragiliser davantage tous les professionnels indépendants qui se trouvent déjà en grandes difficultés économiques, tels que les commerçants et a fortiori les restaurateurs, lesquels tentaient de s'en sortir en proposant des plats à emporter pour le dîner". 

Enfin, d'un point de vue plus opérationnel, Alain Joyandet  ne comprend pas comment les départements concernés par le couvre-feu à 18 heures ont été identifiés.

"Comment se fait-il que quasiment tous les départements de la Bourgogne-France-Comté soient soumis à cette mesure et que le département de la Côte d'Or n'y soit pas, alors qu'il est le plus peuplé et urbanisé avec l'agglomération de Dijon, et qu'un département limitrophe et essentiellement rural comme la Haute-Saône y soit", indique le sénateur tout en soulignant l'importance de l'accélération et la massification de la vaccination des Français.

"Manifestement, le compte n'est y pas et les artifices de la communication gouvernementale - avec, entre autres, le tirage au sort de 35 citoyens - ne suffiront pas à le cacher", conclut-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.55
ciel dégagé
le 25/02 à 15h00
Vent
3.06 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
36 %

Sondage