Covid-19 : un coup de massue pour le tourisme en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 01/12/2020 - 07:00
Mis à jour le 30/11/2020 - 16:48

L’Insee, Institut national de la statistique et des études économiques, a analysé l’impact de la Covid-19 sur le secteur touristique en Bourgogne Franche-Comté. Voici les points qui ont été relevés…

 ©
©

Le secteur du tourisme a été durement affecté en 2020 en raison de la crise sanitaire liée à la Covid19. En France, les commerces ne vendant pas des produits de première nécessité ont fait l’objet de fermetures administratives lors des confinements. La population a dû réduire également ses déplacements et les interactions sociales. S’est ajoutée également une clientèle étrangère moins nombreuse, touchée aussi par des restrictions de mobilité dans leur propre pays et par des frontières temporairement fermées.

  • En Bourgogne-Franche-Comté, l'activité économique s'est nettement contractée, en particulier dans les 862 hôtels, les 334 campings, les 7 713 restaurants, les 92 cinémas, les 103 musées et les 34 théâtres.

Une perte de 41% du Chiffre d'affaires de mars à août

Les mesures de confinement du printemps (du 17 mars au 10 mai) pour diminuer la progression de la pandémie ont balayé ainsi l'avant-saison touristique. Celle-ci n'a pu débuter qu'au moins de juin, sous protocole sanitaire, avec l’autorisation de réouverture des hébergements collectifs à la clientèle touristique, la possibilité pour les restaurants d’accueillir des clients à partir du 2 juin, celle pour les cinémas et salles de spectacles d'accueillir des spectateurs à la fin juin.

Concrètement, cette décision a fait chuter le chiffre d'affaires des hôtels et restaurateurs 

© Insee ©
© Insee

En Bourgogne- Franche-Comté, "à peine 24 % ont pu rester ouverts", précise l'Insee qui indique une baisse de 90 % du secteur par rapport à l'année précédente.

Une reprise en juin

"Les réservations sont progressivement reparties à la hausse, favorisées par les mesures prises par les hôteliers, permettant aux clients des annulations possibles au dernier moment", est-il expliqué dans l'étude note une belle augmentation : "Aussi, 83 % des hôtels étaient ouverts en juin. Les réservations se sont surtout accélérées dès que les Français ont eu l'assurance que la pandémie était au moins pendant l'été sous contrôle. Aussi, pratiquement tous les hôtels fonctionnaient en juillet et en août."

Moins de touristes et moins de dépenses ?

Selon l'étude de l'Insee, les dépenses sont "très en dessous de la normale" pendant le confinement, particulièrement pour les activités touristiques. En effet, à la fin avril 2020, les montants dépensés pour les activités touristiques sont 67 % inférieurs à leur niveau de 2019 alors que l'ensemble des dépenses par carte bancaire sont 45 % en deçà.

© Insee ©
© Insee

"De mi-mai à fin juin 2020, les dépenses en activités touristiques restent en moyenne inférieures de 30 % à leur niveau de 2019", relève l'Insee qui souligne qu'elles n'augmentent pas durant les premières semaines du déconfinement contrairement aux autres dépenses.

Le constat semble le même au mois de juin où "les dépenses touristiques augmentent, mais moins que les autres dépenses", note l'étude qui précise toutefois qu'en juin et juillet, les dépenses en activités touristiques "repartent vraiment à la hausse" dépassant en 2020 leur niveau de 2019.

En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses par carte bancaire ont baissé de 8 % pour les activités touristiques de mi-mai à fin août 2020 par rapport à l'année passée.

L'Insee relève un point positif : "la reprise de la consommation touristique est meilleure en Bourgogne-Franche-Comté qu'en moyenne en France métropolitaine (Corse exclue) où les dépenses sont inférieures de 11 % par rapport à 2019. "

Trois départements plus touchés en Bourgogne Franche-Comté

Le tourisme a plus souffert en Côte-d’Or, dans le Doubs et le Territoire de Belfort Il a un peu mieux résisté dans le Jura et la Haute-Saône, note l'Insee. 

Le tourisme de la Côte-d'Or, du Doubs et du Territoire de Belfort a été le plus touché en 2020 par la baisse d'activité liée à la crise sanitaire. La chute du chiffre d'affaires des hôtels y est la plus rude : - 53 à - 55 %. Il en va de même pour le chiffre d’affaires des restaurants qui est globalement 43 % en dessous du niveau de 2019 dans les trois départements

Le tourisme s'en sort le mieux dans le Jura et dans une moindre mesure en Haute-Saône. En Bourgogne-Franche-Comté, c'est dans le Jura que le chiffre d'affaires des hôtels et des restaurants baisse le moins, respectivement – 37 % et - 34 %. En Haute-Saône, la baisse des chiffres d’affaires est un peu plus forte, - 45 et - 39 %. Toutefois, la destruction d’emplois dans l'hébergement-restauration y est la plus limitée de la région : - 8 % au premier semestre 2020.

Publié le 1 décembre 2020 à 07h00 par Hélène L.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez BAUD

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Installation du premier Comité régional pour l’emploi : quel sera son rôle ?

Le jeudi 16 mai 2024, au Conseil régional, Franck Robine, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et préfet de la Côte-d'Or et Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, ont installé le premier Comité régional pour l'emploi, une instance opérationnelle de la loi pour le plein emploi de décembre 2023.

Pizza à la part, un nouveau concept proposé place du 8 Septembre à Besançon

Vendredi 17 mai 2024 à partir de 11h30, Slice Pizza situé place du 8 Septembre à Besançon accueillera ses premiers clients. C’est une première : la vente de pizza à la part ! Un concept porté par deux jeunes entrepreneurs, Luc et Louis, qui ont souhaité s’installer dans la capitale franc-comtoise, après le succès qu’à rencontré leur première boutique à Dijon.

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.12
légère pluie
le 21/05 à 15h00
Vent
3.59 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
64 %