Dégradation dans un cimetière de Besançon : ouverture d'une information judiciaire

Publié le 04/06/2013 - 16:57
Mis à jour le 05/06/2013 - 10:09

Depuis le 17 avril 2013, 95 sépultures ont été dégradées au cimetière du quartier Saint-Claude de Besançon. « Exaspéré » après un 4e épisode de vandalisme de la nuit dernière, Jean-Louis Fousseret a appelé le cabinet de Manuel Valls pour demander des moyens judiciaires supplémentaires. Le parquet de Besançon a ouvert une information judiciaire pour dégradations en réunion. 

 ©
©

aucune piste concrète…

Une vingtaine de caves à urnes ont été ouvertes, vraisemblablement à coups de pieds, et une dizaine de tombes ont été endommagées dans la nuit de lundi à mardi (du 3 au 4 juin 2013). A chaque fois, des stèles et des croix sont mises à terre, mais aucune inscription ou revendication n'a jamais été décelée.

Personnes désoeuvrées ou alcoolisées ? action concertée ?  

Le parquet "va ouvrir une information judiciaire pour dégradations en réunion afin d'essayer de déterminer les motivations des auteurs de ces dégradations", a indiqué le procureur de la République de Besançon Alain Saffar. Les différentes hypothèses portent "sur l'action de personnes désoeuvrées, alcoolisées, déséquilibrées ou sur l'action concertée d'un groupe", a-t-il précisé.Les policiers de la sûreté départementale de Besançon sont chargés de l'enquête.

 Après les premières séries de dégradations au cimetière Saint-Claude, l'un des plus grands de la ville, la mairie avait mis en place un système de surveillance qui a été "contourné" et n'a pas empêché ces nouveaux actes de vandalisme, a souligné le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret. "Il s'agit donc probablement de personnes qui ont une bonne connaissance des lieux, mais c'est aux investigations de le déterminer", a-t-il ajouté. 

D'après le secrétaire général de la préfecture du Doubs, Joël Mathurin, "il n'y a pas de logique dans ces destructions, c'est du vandalisme". Après les premières séries de dégradations de sépultures militaires et civiles au cimetière Saint-Claude de Besançon, le préfet du Doubs s'était rendu sur place le 8 mai pour rendre hommage aux soldats morts pour la France.

"Une pensée pour les familles"

En 2011, environ 500 actes de vandalisme ont été relevés dans les cimetières français. Selon Jean-Louis Fousseret, "c'est la première fois à Besançon qu'on attaque un cimetière (...) J'ai une pensée particulière pour les familles car toucher à une tombe est  un acte inacceptable". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Manifestation contre l’antisémitisme à Besançon : qui vient, qui ne vient pas ?

Jeudi 9 novembre, la Licra Besançon - Franche-Comté a lancé un appel à manifester dimanche 12 novembre à 15h00 à Besançon contre l’antisémitisme, comme à l’appel de la présidente de l’Assemblée nationale et du président du Sénat. Depuis l’annonce, plusieurs politiques ont exprimé leur volonté d’y participer… ou pas.

Une congrégation catholique condamnée pour travail dissimulé

La congrégation Famille missionnaire Donum Dei a été condamnée à Épinal pour travail dissimulé de femmes étrangères. Les Travailleuses missionnaires de l’immaculée étaient réparties sur les sites de Marseille, La Grâce-Dieu, Domrémy-la-Pucelle, Lisieux, Menton, Ars-sur-Formans, Lourdes, Toulon et Besançon.

François Hollande à Besançon : “Anne Hidalgo doit présenter le plus vite possible ses propositions”

Ce mercredi 15 décembre, François Hollande était à la librairie L’Intranquille à Besançon pour dédicacer son livre Affronter (Éd. Stock). Il en a profité pour échanger avec des jeunes, particulièrement nombreux au rendez-vous, sur l’expérience d’être candidat à l’élection présidentielle et conseillé à la candidate du PS Anne Hidalgo de présenter « le plus vite possible » ses propositions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.1
couvert
le 03/03 à 9h00
Vent
2.7 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
87 %