Des guéguerres entre commerçants du centre-ville de Besançon… sur internet !

Publié le 20/05/2016 - 15:38
Mis à jour le 20/05/2016 - 15:43

Plusieurs commerçants du centre-ville de Besançon nous ont contactés pour raconter une guéguerre silencieuse régnant sur les réseaux sociaux. En effet, certains d'entre eux observent avec surprise et surtout mécontentement des commentaires mensongers sur leur activité. Et quand les victimes cherchent un peu, elles se rendent compte qu'il s'agit de commentaires de concurrents… 

 ©
©

Concurrence…

Le premier à nous avoir raconté ce genre d'histoire est le gérant de Planet Sushi Besançon, il y a environ 2 ans. Dès son installation, en 2012 place de la Révolution, il aurait reçu des "pics" de la part d'un restaurateur concurrent, puis "des attaques personnelles" via le site TripAdvisor. "C'était des commentaires vexants et méchants" nous confie M. Baverez, "pas facile de garder le moral et la motivation quand on lit ce genre de commentaires."

Le gérant pense avoir deviné l'identité de l'auteur : le propriétaire d'un établissement concurrent… "Certains commentaires finissaient par : N'allez pas chez Planet Sushi, venez à XXXXXXX", raconte M. Baverez. "On n'est pas parfait, mais on fait très attention. Lorsqu'un client a un commentaire à nous faire, il nous le dit sans agressivité, simplement, et on en discute", indique-t-il. 

Le cas de Piazz'Amore et d'une pizzeria concurrente

Plus récemment, c'est Adrien, pizzaiolo et gérant de Piazz'Amore, qui a été la cible de commentaires négatifs et mensongers. Il s'agissait de l'épouse d'un concurrent au centre-ville de Besançon, qui a déclaré sur internet que chez Piazz'Amore, la pâte à pizza n'était pas "faite maison"… 

Adrien nous explique en détail : 

Un soir, une famille est venue manger chez Piazz'Amore. Au moment de payer, alors que la serveuse était allée les voir trois fois durant le repas et que tout se passait bien, ils lui ont dit : "En plus d'être moyen, il faut payer dans ce restaurant". La serveuse leur demande ce qu'il s'est passé puisqu'apriori, tout se passait bien. La dame du couple lui répond : "Vous utilisez des câpres à queue dans le but d'étouffer vos clients ?". Adrien n'est pas intervenu pour laisser la serveuse gérer la situation. Il nous confie cependant qu’"il ne faut pas avoir fait de grandes études pour savoir que les queues de câpres ne se mangent pas, c'est comme le noyau des olives".

Trois jours plus tard, il tombe par hasard sur un commentaire de l'époux de la dame mécontente des câpres, sur Tripadvisor. C'est à cet instant qu'Adrien se rend compte que l'homme était un pizzaiolo concurrent.

"À ce jour, le commentaire de ce monsieur a été supprimé suite à mon entretien téléphonique engagé de ma part pour lui expliquer que je trouvais ses méthodes honteuses de dire que mes pizzas étaient douteuses dans le fait que ma pâte ne soit pas faite maison", nous explique Adrien. "Je me lève tous les matins pour faire ma pâte, c'est du travail. Alors de lire ce genre de commentaire est très difficile à accepter", ajoute-t-il.

Deux autres commentaires peu sympathiques envers Piazz'Amore et ventant les mérites de la pizzeria concurrente, ont été publiés. Ils étaient écrits pas le couple qui jouaient aux "questions-réponses" comme s'il ne se connaissaient pas. "Je trouve ça scandaleux qu'elle - l'épouse - ose mettre des commentaires élogieux sur l'établissement de son mari et que son mari lui réponde comme si c'était une cliente alors qu'il sait pertinemment que c'est sa femme qui vient de mettre le commentaire. Ces personnes ne savent pas utiliser cet outil à bon escient et cela est bien dommage", se désole Adrien.

Une table pour 10… Mais personne ne vient… 

On se souviendra également d'une histoire qui avait fait le tour de la ville il y a quelques années concernant deux brasseries situées l'une en face de l'autre au centre-ville. Le propriétaire de l'une d'elles avait réservé une table pour 10 personnes plusieurs fois chez le concurrent d'en face. À chaque fois, la table est restée vide, bien sûr !

La plupart des commerces du centre-ville rencontrent des problèmes pour rester ouverts et attirer les clients. Le moral des troupes commerçantes n'est pas au beau fixe, les travaux du tramway n'ont aidé en rien, la météo est souvent déplorable… N'est-il pas plutôt temps de se serrer les coudes au lieu de se tirer dans les pattes ?

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bourgogne Franche-Comté : plus de 580 millions d’euros d’aides régionales votés en commission permanente

Réunis en commission permanente, vendredi 28 janvier à Besançon, les élus régionaux ont voté 580,4 millions d’euros d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

Anne Vignot choisit les banques vertes : « une discrimination » pour le Mouvement Franche-Comté

Le 20 janvier dernier, la maire de Besançon Anne Vignot a annoncé que la Ville de Besançon allait emprunter auprès des banques engagées dans la réduction de leur empreinte climatique pour financer ses projets en faveur de la transition écologique. Pour Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, parle "boycott" des autres banques et de "discrimination" dans un communiqué du 26 janvier.

Aménagement paysager du Cercle immense : la Saline royale lance une campagne de financement participatif

A l'occasion des 40 ans de son inscription au patrimoine mondial de l'Unesco, la Saline royale d'Arc-et-Senans lance dès le 1er février 2022 sa première campagne de financement participatif pour le nouvel aménagement paysager de son Cercle immense qui sera inauguré le 4 juin prochain.

Bourgogne-Franche-Comté : le chômage au plus bas depuis 10 ans

Au lendemain de la publication des derniers chiffres du chômage en France, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté Fabien Sudry, se réjouit de noter que les données du quatrième trimestre 2021 des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi "confirment une forte baisse du chômage depuis un an et portent le niveau des demandeurs d’emploi au plus bas depuis 10 ans sur la région Bourgogne-Franche-Comté."

Le chômage a baissé de 6 % en Bourgogne-Franche-Comté au 4e trimestre 2021

Au quatrième trimestre 2021, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A,  et donc tenus de rechercher un emploi et sans activité, a diminué de 6 %, soit 6.830 chômeurs en moins. En France la baisse est de 6,2%.  Sur une année, la baisse s'établit à -13,2% au niveau régional. En France, la baisse est de 12,6 %. Le nombre de chômeurs atteint fin 2021 son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2012.

Fermeture du pont de la République aux voitures : réaction de l’UCB…

Le 7 janvier dernier, la maire de Besançon annonçait la fermeture programmée du pont de la République à partir du printemps prochain. Surprise de ne pas avoir été informée au préalable, l'Union des commerçants de Besançon, présidée par Serge Couësmes, nous en parle…
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.29
couvert
le 29/01 à 0h00
Vent
1.09 m/s
Pression
1037 hPa
Humidité
100 %

Sondage