Des peines de 15 à 18 ans de prison ferme et un acquittement au procès d'un braquage en Suisse

Publié le 17/11/2016 - 09:58
Mis à jour le 17/11/2016 - 09:58

Des peines de 15 à 18 ans de réclusion et un acquittement ont été prononcés dans la nuit de mercredi 16 à jeudi 17 novembre 2017 à l'encontre de quatre hommes jugés en France devant les assises du Rhône pour le braquage raté d'un bureau de change en 2010, près de Genève, en Suisse.

DSC_7521.JPG
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Le verdict a été rendu dans la nuit de mercredi à jeudi à l’issue de treize heures trente de délibérations. Trois des accusés, au lourd casier judiciaire et âgés de 30 ans, 40 ans et 49 ans, ont été respectivement condamnés à 15 ans, 16 ans et 18 ans de réclusion criminelle. Le dernier d’entre-eux, 46 ans, a été acquitté pour les faits de braquage mais a néanmoins écopé de 4 ans d’emprisonnement pour « recel » de voitures volées.

Des peines de 20 à 25 ans de prison avaient été requises mardi à leur encontre.

Poursuivi seulement pour le vol d’une des voitures ayant servi au hold-up, un cinquième accusé, âgé de 40 ans, a été condamné à trois ans de prison ferme, soit un an de moins de ce qu’avait demandé l’avocat général Joël Sollier.

Au soir du 26 novembre 2010, le groupe de malfaiteurs avait attaqué un bureau de change de la société Migros sur la commune de Chêne-Bourg, entre Genève et la ville frontalière française d’Annemasse (Haute-Savoie). Arrivés à bord de deux voitures volées avec violence, armés de fusils d’assaut, ils avaient tiré à plusieurs reprises, surpris par deux policiers sortis d’un poste de police tout proche, avant de prendre la fuite en abandonnant un complice sur place. Ce dernier, Mohamed Drine, 30 ans, blessé aux bras par trois tirs policiers, avait été interpellé en possession du butin de 660.000 euros. Il a été condamné à 15 ans de détention.

A l’exception de Drine, les autres accusés contestaient formellement leur participation au braquage. Mais leurs empreintes génétiques avaient été relevées dans les deux Audi volées que les braqueurs n’avaient pas eu le temps d’incendier.

« L’ADN est un élément déterminant mais pas le seul de ce dossier », avait insisté mardi à l’audience l’avocat général, évoquant un « faisceau d’indices ». L’affaire a été jugée en France, en vertu d’une convention de coopération entre les deux pays.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.48
ciel dégagé
le 16/10 à 9h00
Vent
2.711 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
74 %

Sondage