Difficultés dans le prêt-à-porter : Naf Naf en redressement judiciaire à son tour

Publié le 07/09/2023 - 14:00
Mis à jour le 09/09/2023 - 17:15

Elle vient allonger la triste liste des entreprises du prêt-à-porter à la peine : l'enseigne Naf Naf a été placée ce mercredi 6 septembre 2023 en redressement judiciaire, endettée notamment en raison de loyers impayés durant la crise Covid.

 © Élodie R.
© Élodie R.

"On fera tout pour remettre sur pied Naf Naf dans l'année à venir", a promis le dirigeant de SY, Selçuk Yilmaz, propriétaire de Naf Naf, dans une interview à l'AFP. "Il ne faut pas que (les prestataires) nous confondent avec Camaïeu et toutes ces autres entreprises qui n'ont pas réussi à se redresser face à la crise du secteur du +retail+", a-t-il averti.

Positionnée sur le milieu de gamme, Naf Naf est une marque française du prêt-à-porter. Lancée en 1973 par deux frères et désormais détenue par le groupe franco-turc SY, elle emploie 660 salariés en France, détient 135 magasins et affichait en 2022 un chiffre d'affaires de 141 millions d'euros, "en croissance", avait déclaré fin août un porte-parole à l'AFP. Mais elle est lourdement endettée, notamment en raison de loyers impayés depuis 2020, et a été placée en redressement judiciaire mercredi par le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec une période d'observation de six mois.

"Les loyers ont globalement été payés" mais l'entreprise est en négociation avec certains bailleurs pour les réévaluer à la baisse, "notamment dans les centres commerciaux" où ils ne sont "plus en adéquation avec le chiffre d'affaires", a expliqué l'avocate du groupe Virginie Dupé, du cabinet Hyest. "Il y a une responsabilité des bailleurs car les loyers en centre-ville sont exorbitants", a estimé aussi Aurélie Flisar, secrétaire générale adjointe à la CFDT.

Dans cette crise que traverse le prêt-à-porter, la syndicaliste craint pour les salariés, "principalement des femmes à temps partiel" qui se sentent "démunies, avec des perspectives d'emploi compliquées".

Deuxième redressement judiciaire

Les dettes de Naf Naf s'élèvent aujourd'hui à 60 millions d'euros, selon une source proche du dossier. L'entreprise avait déjà été placée en redressement judiciaire en mai 2020 et reprise dans la foulée par le groupe franco-turc SY International, qui est toujours son actionnaire et qui emploie 1.500 personnes en direct dans le monde, et qui avait déjà acquis l'enseigne Sinéquanone en 2019.

Elle avait commencé à se restructurer et supprimé 35 postes en juin 2023 dans le cadre d'un PSE, a rappelé Angélique Idali, secrétaire du CSE et déléguée syndicale CFDT, majoritaire à 87% chez Naf Naf. "On sait qu’il va y avoir des fermetures de magasins, a priori une vingtaine, et un nouveau PSE au siège, qui va déménager", craint-elle. "C’est le deuxième redressement judiciaire en trois ans, il y a donc beaucoup d’inquiétude, de défiance, de peur", selon la syndicaliste qui espère que sera évitée "au maximum une casse sociale".

Outre la crise du Covid-19, l'entreprise a durement été touchée ces dernières années par "les manifestations à répétition des gilets jaunes puis contre la réforme des retraites", "la guerre en Ukraine qui a provoqué un choc inflationniste et la flambée des prix de l’énergie, des matières premières et du transport" ainsi que "la concurrence étrangère dont les moyens de production discutables lui offrent une compétitivité déloyale".

Le secteur du prêt-à-porter en France secoué depuis plusieurs mois

Camaïeu, Kookaï, Burton of London, Gap France, André, San Marina, Kaporal, Don't Call Me Jennyfer, Du Pareil au Même et Sergent Major... Ces marques bien connues des consommateurs français ont souffert d'un cocktail détonnant : pandémie, inflation, hausse des coûts de l'énergie, des matières premières, des loyers et des salaires ou encore concurrence de la seconde main et de la fast fashion.

Il a été fatal pour certaines marques, qui ont été liquidées, comme Camaïeu en septembre 2022, dont le licenciement des 2.100 salariés a fortement marqué les esprits.

D'autres sont en redressement judiciaire, comme Kookaï ou Burton of London.

Sans en arriver là, d'autres encore réduisent la voilure, taillant dans les effectifs et fermant des magasins, comme Princesse Tam Tam, Comptoir des Cotonniers (groupe Fast Retailing) ou Pimkie.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.97
nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
91 %