Dijon : « Irresponsabilité pénale » pour le chauffard qui avait foncé sur 13 piétons ?

Publié le 18/12/2015 - 10:22
Mis à jour le 18/12/2015 - 10:23

Il avait foncé sur des piétons fin 2014 à Dijon, blessant treize personnes : la justice s'achemine vers une déclaration d'irresponsabilité pénale à l'encontre de ce déséquilibré assurant avoir agi en "soutien à la population tchétchène", a indiqué le parquet de Dijon ce jeudi 17 décembre 2015.

PUBLICITÉ

Pas de terrorisme mais une « pathologie mentale grave« 

Trois experts psychiatres ont « tous conclu à l’existence d’une pathologie mentale grave ayant entraîné l’abolition de son discernement« , a déclaré à l’AFP le procureur de la République de Dijon, Marie-Christine Tarrare. « Aucune qualification terroriste n’a été retenue dans cette affaire« , a précisé la magistrate. L’instruction ayant été clôturée le 23 novembre 2015, « il appartiendra à la chambre de l’instruction de prononcer les mesures de sûreté que son état de santé nécessite« . La date de cette audience n’a pas été précisée.

« 157 passages en unité psychiatrique « 

Le 21 décembre 2014, vers 20h, un automobiliste avait heurté en plusieurs endroits du centre ville de Dijon, une dizaine de personnes, les blessant toutes, dont deux plus grièvement, avant d’être interpellé sans résistance. Assurant avoir agi en « soutien à la population tchétchène« , ce quadragénaire qui affichait 157 passages en unité psychiatrique entre février 2001 et novembre 2014, avait confié aux enquêteurs avoir « crié +Allah Akbar+ » au moment de son passage à l’acte pour se « donner du courage« .

Mis en examen pour « tentative d’assassinats », il est détenu depuis dans une unité spécialisée à Lyon.

Des faits similaires à Nantes et Joué-les-Tours

Au lendemain des faits qui avaient suscité une vive émotion, un autre automobiliste avait foncé sur un marché de Noël bondé du centre ville de Nantes, blessant dix personnes, dont une mortellement, avant de se porter plusieurs coups de couteau. Sur fond de menaces de l’Etat islamique visant la France et après l’attaque à l’arme blanche de trois policiers au commissariat de Joué-les-Tours, le 20 décembre 2014, par un homme abattu par les forces de l’ordre, les autorités avaient rapidement écarté l’hypothèse d’attaques coordonnées.

« Ces trois événements n’ont pas de lien entre eux en apparence mais il y a une concomitance« , avait déclaré le président François Hollande, appelant les Français à la « vigilance » et à un « très grand sang-froid« . Seule l’agression de Joué-lès-Tours est confiée au parquet anti-terroriste.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.51
légère pluie
le 19/05 à 9h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1005.85 hPa
Humidité
94 %

Sondage