Dragon 25 et Hélismur 25 pour "une complémentarité au service des Francs-Comtois"

Publié le 10/12/2014 - 15:20
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:42

L’État et l’assurance maladie disposent de moyens aériens, chacun utilisé dans les dispositifs de secours d’urgence aux personnes et d’aide médicale urgente : Dragon 25 pour la sécurité civile et Hélismur pour le CHRU. Désormais, ils travailleront de manière complémentaire au service des habitants de la région. Un protocole a été signé ce mercredi 10 décembre 2014 à la Maison de l’économie à Besançon.

Hélicoptère de secours

Dragon 25 

L'hélicoptère Dragon 25 est basé à l'aérodrome de La Vèze depuis 2003 à vocation nationale et financé par le ministère de l'Intérieur, a pour mission prioritaire les secours d'urgence et les sauvetages. Il intervient également pour des incendies de forêt, les vols ambulance, la surveillance de jour comme de nuit, transports non urgents d'équipes et de matériel, des missions de sécurité ainsi que des exercices d'entraînement des équipages. 

Depuis sa mise en route en Franche-Comté, 4.000 Francs-Comtois ont été secourus dans le cadre de missions de secours médicalisées par les Smur à la demande du SAMU.

Dragon 25 en chiffres

  • 2013-2014 : 35 missions sanitaires par mois
  • Depuis octobre 2014 : forte augmentation en particulier en août avec 105 missions et 85 en septembre 

HéliSMUR 

L'Hélismur intervient dans le ciel franc-comtois depuis le 20 octobre 2014. Il est basé au CHRU de Besançon et vient renforcer les moyens de transport d'urgence et de réanimation, utilisés à la demande du Centre 15.

L'équipe médicale qui intervient est composée de médecins urgentistes de cinq quatre centres hospitaliers de Franche-Comté (CHI Haute-Comté, CH de Lons-le-Saunier, CH de Dole, CHI de la Haute-Saône et CH Nord Franche-Comté). Cette troisième équipe devrait permettre de médicaliser les transports sanitaires, primaires ou secondaires, interhospitaliers. Cette équipe est composée d'un médecin urgentiste, d'un infirmier et d'un ambulancier. Elle fonctionnera d'abord 12 heures par jour avec les moyens médicaux mutualisés disponibles.

L'objectif de ce nouveau moyen est d'alléger les véhicules smur terrestres.

Les premiers chiffres de l'Hélismur

  • Entre le 3 octobre et le 3 novembre : 78 interventions 

La coordination des deux hélicoptères dans un protocole

Avec l'arrivée très récente du l'hélismur, "la coordination des moyens était nécessaire afin d'optimiser l'utilisation des ressources et de répondre de la façon la plus efficace possible au secours d'urgence aux personnes" a déclaré Stéphane Fratacci, préfet de Franche-Comté. 

C'est pourquoi le SDIS 25 du Doubs, le bureau des moyens aériens de la direction générale de l'ARS de la sécurité civile et de la gestion des crises ainsi que le CHRU de Besançon ont rédigé un protocole expliquant les modalités de mise en œuvre des hélicoptères Hélismur et Dragon 25.

L'application du protocole sera évaluée chaque mois la première année, puis chaque semestre, sous l'autorité de la préfecture et de l'ARS. 

Un engagement de François Hollande respecté en Franche-Comté 

En effet, l'un des engagements du président de la République était qu'"aucun citoyen ne doit être à plus de 30 minutes d'un centre hôpitalier d'urgence". Sylvie Mansion, directrice générale de l'ARS, indique qu'"après quelques semaines de fonctionnement, les engagements sont tenus". Elle ajoute que Dragon 25 et Hélismur sont "très complémentaires dans d'excellentes conditions". 

L'hélisatation du CHRU de Besançon pour accueillir les deux hélicoptères, en même temps

Des travaux commenceront en janvier 2015 sur l'hélistation du CHRU pour permettre le stationnement en journée, de l'hélicoptère de la sécurité civile dès le printemps 2015. "Cela permettra d'éviter de perdre du temps à enlever un hélicoptère pour faire atterrir l'autre" comme le précise Patrice Barberousse, directeur général du CHRU.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.08
partiellement nuageux
le 24/05 à 0h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
99 %