Départementales : "L'union de la gauche est le seul moyen de regagner le Département" (PCF du Doubs)

Publié le 16/11/2020 - 15:32
Mis à jour le 17/11/2020 - 08:26

La Fédération du Doubs du Parti Communiste Français a donné une visioconférence ce lundi 16 novembre 2020 afin de faire part de sa position et de sa vision par rapport aux élections départementales initialement prévues en mars 2021.

Lors de cette visioconférence étaient présents : Elsa Maillot, Secrétaire de la section de Besançon du Parti Communiste français, Christophe Lime, conseiller municipal et président de l’Adecr 25 (Association Départementale des Élus Communistes et Républicains) et Matthieu Guinebert, secrétaire de la Fédération du Doubs du Parti communiste français.

Des discussions sont entamées afin de reporter les élections départementales du mois de mars 2021 au mois de juin 2021. La Fédération du Doubs du PCF alerte sur l'importance d'une mobilisation de la Gauche pour contrer un éventuel duel "Droite- Rassemblement National".

Pour Matthieu Guinebert, "L'union de la gauche est le seul moyen de regagner le département" : "C'est la seule solution pour la gauche de s'en sortir", martèle-t-il.

Quel est le programme ?

Lors de la visioconférence, la Fédération du Doubs du PCF a décliné son programme en cinq grands axes (propos de Matthieu Guinebert) :

  • 1er axe : le handicap et la dépendance
  • 2e axe : le RSA :"On voit aujourd'hui que de plus en plus de personnes sont en situation de précarité. Ce thème est indispensable", M.G
  • 3e axe : la protection maternelle infantile : "Nous notons que dans les milieux ruraux la protection maternelle infantile est très difficile d'accès", M.G
  • 4e axe : l'environnement et l'écologie :"Nous sommes dans un département qui est vert avec une surface forestière exceptionnelle qu'il faut préserver", M.G
  • 5e axe : le logement.

"Comme vous l'avez entendu, le département du Doubs appuie la fusion d'Habitat 25 avec Neolia ou plutôt le rachat par Neolia d'Habitat 25. Les populations vivant à l'intérieur de ces logements sociaux vont être complètement dépourvues. On redonne au privé des logements sociaux. Si c'était la gauche au pouvoir, cela ne se serait pas passé comme ça...", relève Matthieu Guinebert.

"On voit bien que dans le phénomène de crise, nous avons deux structures territoriales qui sont aujourd'hui en avant : la Région et le Département. On voit bien que chaque fois qu'il y a une montée du chômage, il a derrière plus d'augmentation de la précarité et des gens qui sont au RSA. Ces éléments sont connus. Nous considérons qu'il faut avoir un autre financement sur le RSA, car cela met aujourd'hui en difficulté les départements. Il faut un système de nationalisation du financement du RSA. Même si le département n'a pas une compétence sur l'emploi, on doit réfléchir à un autre financement", explique Christophe Lime.

Avec qui se fera l'Union ?

  • Matthieu Guinebert : Avec toutes les personnes qui la veulent et qui se marquent en rupture avec les politiques gouvernementales. De la France Insoumise au Parti Socialiste.

Vous parlez d'union de la gauche, quels sont les sujets sur lesquels vous pourriez toutefois diverger (au sein de l'union) et ceux pour lesquels vous êtes sûrs qu'elle fera bloc ?

  • Matthieu Guinebert : "Des sujets qui nous feront diverger, il y en aura. Pour l'instant, notre position est de travailler sur les sujets qui nous rassemblent. Les cinq thématiques que nous avons mises en avant peuvent faire l'unanimité, être porteuses d'avancées sociales non négligeables pour la population. Je pense que nous avons plus de choses en commun qu'en divergences.
  • C. Lime  : En fonction des compétences du Département, je ne pense pas que nous ayons beaucoup de divergences dans les formations de gauche. Dans d'autres élections peut-être, mais là je ne pense pas".

Si vous deviez garder une remarque sur la politique actuelle du Département, quelle serait-elle ?

  • Matthieu Guinebert : "On nous a souvent dit qu'il n'y avait pas d'argent pour les bas salaires, pour les personnes en précarité et bien on se rend compte que cet argent existait".
  • C. Lime : "La dernière décision qui vient d'être prise sur le logement social est une décision que nous n'aurions pas prise. Sur Neolia et habitat 25, je pense qu'il y a d'autres unions qui auraient pu garder un caractère beaucoup plus social."

Imaginez-vous négocier la présidence du Département à EELV ?

  • Matthieu Guinebert : "C'est une question que l'on ne s'est pas encore posée. Je pense qu'il faut déjà travailler à cette union. Cependant la question se posera. Si on nous le demande, nous serons à même de présenter un camarade".

Infos +

Des rencontres sont organisées entre les "différentes formations politiques historiquement" à gauche.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.5
ciel dégagé
le 01/03 à 9h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
80 %

Sondage