Départementales : "L'union de la gauche est le seul moyen de regagner le Département" (PCF du Doubs)

Publié le 16/11/2020 - 15:32
Mis à jour le 17/11/2020 - 08:26

La Fédération du Doubs du Parti Communiste Français a donné une visioconférence ce lundi 16 novembre 2020 afin de faire part de sa position et de sa vision par rapport aux élections départementales initialement prévues en mars 2021.

Lors de cette visioconférence étaient présents : Elsa Maillot, Secrétaire de la section de Besançon du Parti Communiste français, Christophe Lime, conseiller municipal et président de l’Adecr 25 (Association Départementale des Élus Communistes et Républicains) et Matthieu Guinebert, secrétaire de la Fédération du Doubs du Parti communiste français.

Des discussions sont entamées afin de reporter les élections départementales du mois de mars 2021 au mois de juin 2021. La Fédération du Doubs du PCF alerte sur l'importance d'une mobilisation de la Gauche pour contrer un éventuel duel "Droite- Rassemblement National".

Pour Matthieu Guinebert, "L'union de la gauche est le seul moyen de regagner le département" : "C'est la seule solution pour la gauche de s'en sortir", martèle-t-il.

Quel est le programme ?

Lors de la visioconférence, la Fédération du Doubs du PCF a décliné son programme en cinq grands axes (propos de Matthieu Guinebert) :

  • 1er axe : le handicap et la dépendance
  • 2e axe : le RSA :"On voit aujourd'hui que de plus en plus de personnes sont en situation de précarité. Ce thème est indispensable", M.G
  • 3e axe : la protection maternelle infantile : "Nous notons que dans les milieux ruraux la protection maternelle infantile est très difficile d'accès", M.G
  • 4e axe : l'environnement et l'écologie :"Nous sommes dans un département qui est vert avec une surface forestière exceptionnelle qu'il faut préserver", M.G
  • 5e axe : le logement.

"Comme vous l'avez entendu, le département du Doubs appuie la fusion d'Habitat 25 avec Neolia ou plutôt le rachat par Neolia d'Habitat 25. Les populations vivant à l'intérieur de ces logements sociaux vont être complètement dépourvues. On redonne au privé des logements sociaux. Si c'était la gauche au pouvoir, cela ne se serait pas passé comme ça...", relève Matthieu Guinebert.

"On voit bien que dans le phénomène de crise, nous avons deux structures territoriales qui sont aujourd'hui en avant : la Région et le Département. On voit bien que chaque fois qu'il y a une montée du chômage, il a derrière plus d'augmentation de la précarité et des gens qui sont au RSA. Ces éléments sont connus. Nous considérons qu'il faut avoir un autre financement sur le RSA, car cela met aujourd'hui en difficulté les départements. Il faut un système de nationalisation du financement du RSA. Même si le département n'a pas une compétence sur l'emploi, on doit réfléchir à un autre financement", explique Christophe Lime.

Avec qui se fera l'Union ?

  • Matthieu Guinebert : Avec toutes les personnes qui la veulent et qui se marquent en rupture avec les politiques gouvernementales. De la France Insoumise au Parti Socialiste.

Vous parlez d'union de la gauche, quels sont les sujets sur lesquels vous pourriez toutefois diverger (au sein de l'union) et ceux pour lesquels vous êtes sûrs qu'elle fera bloc ?

  • Matthieu Guinebert : "Des sujets qui nous feront diverger, il y en aura. Pour l'instant, notre position est de travailler sur les sujets qui nous rassemblent. Les cinq thématiques que nous avons mises en avant peuvent faire l'unanimité, être porteuses d'avancées sociales non négligeables pour la population. Je pense que nous avons plus de choses en commun qu'en divergences.
  • C. Lime  : En fonction des compétences du Département, je ne pense pas que nous ayons beaucoup de divergences dans les formations de gauche. Dans d'autres élections peut-être, mais là je ne pense pas".

Si vous deviez garder une remarque sur la politique actuelle du Département, quelle serait-elle ?

  • Matthieu Guinebert : "On nous a souvent dit qu'il n'y avait pas d'argent pour les bas salaires, pour les personnes en précarité et bien on se rend compte que cet argent existait".
  • C. Lime : "La dernière décision qui vient d'être prise sur le logement social est une décision que nous n'aurions pas prise. Sur Neolia et habitat 25, je pense qu'il y a d'autres unions qui auraient pu garder un caractère beaucoup plus social."

Imaginez-vous négocier la présidence du Département à EELV ?

  • Matthieu Guinebert : "C'est une question que l'on ne s'est pas encore posée. Je pense qu'il faut déjà travailler à cette union. Cependant la question se posera. Si on nous le demande, nous serons à même de présenter un camarade".

Infos +

Des rencontres sont organisées entre les "différentes formations politiques historiquement" à gauche.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.55
légère pluie
le 20/04 à 12h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
85 %