En Bourgogne-Franche-Comté, Plus de la moitié des salariés envisagent une évolution professionnelle d'ici deux ans

Publié le 15/10/2021 - 11:30
Mis à jour le 28/12/2021 - 11:50

Selon le baromètre Ifop Eva, de plus en plus de salariés de Bourgogne-Franche-Comté envisagent une évolution professionnelle, pour faire progresser leur rémunération ou se confronter à un nouveau défi.

Avant la crise du Covid-19, 50% des salariés de la région envisageaient une évolution professionnelle à 2 ans. Ils sont aujourd’hui 54%, dont 17% de manière certaine, c'est quatre points de plus.

69% des personnes ayant connu une évolution professionnelle au cours des 3 dernières années souhaitent en connaître une dans les deux ans à venir. "Ce qui révèle qu’une fois la démarche engagée, les salariés ont la volonté de s’adapter aux mutations et évolutions économiques".

Quelles raisons ?

58% citent une trop faible rémunération actuelle et 48% l’envie de se confronter à un nouveau défi. "Ces scores sont comparables à la moyenne des régions" précise l'étude. "Les autres raisons sont évoquées de manière plus marginale : le manque d’intérêt de leur travail (19%), la pénibilité de leur travail (16%) ou encore un désaccord au niveau des valeurs (13%)".

À noter que la majorité des salariés – 57 % - souhaite évoluer dans le même secteur d’activité. Parmi les salariés qui envisagent une évolution professionnelle, près de 8 sur 10 ont déjà engagé des démarches : 25% se sont renseignés sur des formations, 23% ont surveillé les offres d’emploi et 23% en ont fait part à leur encadrant (-10 pts vs la moyenne globale).

Pour la quasi-totalité d’entre eux, leur volonté d’évolution professionnelle a été accueillie favorablement par leur entourage (96%), dont 28% très favorablement, témoignant ainsi de l’image positive véhiculée par la notion d’évolution professionnelle.

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.98
couvert
le 04/03 à 12h00
Vent
1.04 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
86 %