Enquête criminelle pour viol en Suisse à l'encontre de Tariq Ramadan

Publié le 17/09/2018 - 08:26
Mis à jour le 17/09/2018 - 08:26

Une enquête pour viol été ouverte à Genève à l’encontre de l’intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan, détenu en France depuis février pour d’autres accusations de viol, selon le quotidien La Tribune de Genève citant ce dimanche 16 septembre 2018 un porte-parole du parquet.

Le parquet a décidé d'ouvrir une enquête criminelle formelle à la suite de la plainte d'une femme accusant Tariq Ramadan de l'avoir violée dans un hôtel de Genève en 2008, a déclaré le porte-parole du ministère public Henri Della Casa, cité par le journal.

L'accusatrice a déposé sa plainte en avril. "Les procureurs et la police de Genève ont travaillé rapidement et bien", s'est félicité Romain Jordan, l'avocat de l'accusatrice, dans un mail envoyé à l'AFP.

L'islamologue n'a pas encore été interrogé

La décision d'ouvrir une enquête criminelle constitue "une avancée majeure" qui "démontre le sérieux des allégations formulées par notre cliente", a-t-il ajouté. "Cette décision n'est pas surprenante, il faut que le parquet genevois puisse mettre en place le cadre juridique pour pouvoir recueillir les observations de l'intéressé", a déclaré à l'AFP l'avocat de Tariq Ramadan en France, Me Emmanuel Marsigny.

L'islamologue n'a pas encore été interrogé par les procureurs suisses dans le cadre de cette nouvelle affaire. Selon Me Jordan, les enquêteurs suisses vont se rendre en France pour  entendre la version de M. Ramadan.

Une figure populaire et controversée

Ce théologien de 56 ans, figure populaire et controversée de l'islam francophone, a été mis en examen en France le 2 février après des accusations de viol de deux plaignantes, qu'il conteste.

Le théologien n'a pas été en revanche ni interrogé ni mis en examen à la suite d'accusations de viol formulées par une troisième plaignante. Cette femme l'a accusé de l'avoir violée neuf fois, en France, à Londres et à Bruxelles, de 2013 à 2014.

Mardi, M. Ramadan doit être de nouveau confronté à la deuxième plaignante, "Christelle", tandis que sa défense compte déposer une nouvelle demande de mise en liberté sous contrôle judiciaire. "On s'interroge sérieusement sur le calendrier de cette procédure" en Suisse, a fait valoir Me Marsigny, dont le client "sait parfaitement qui a déposé cette plainte et connaît ses liens avec les autres plaignantes".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.01
légère pluie
le 24/04 à 12h00
Vent
3.53 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
80 %