Face à l'annonce des futures bornes à Battant, Ludovic Fagaut réagit : "Cette majorité décide à la place des Bisontins"

Publié le 12/07/2023 - 12:03
Mis à jour le 13/07/2023 - 14:17

Suite à l'annonce de l'installation des bornes dans le quartier Battant-Madelaine dont l'objectif est de limiter la circulation, plusieurs commerçants s'étaient réunis lundi dernier pour montrer leur mécontentement. Ludovic Fagaut, président de Besançon maintenant, a tenu à réagir dans un communiqué de presse mardi 11 juillet 2023.

"Comment peut-on prendre une telle décision sans concertation préalable avec les commerçants ? Ces derniers sont simplement prévenus de ce qui va être réalisé !", déplore le président. Selon lui, plusieurs commerçants avaient déjà fait part de leurs inquiétudes envers la "requalification" du quartier Battant.

"Cette majorité pense-t-elle aux commerçants ?"

"Cette majorité pense-t-elle réellement aux commerçants ?", questionne-t-il. Pour le chef de file, ces inquiétudes tendraient à s'ajouter à celles de la rue de la Cassotte, bientôt elle aussi re-visitée. "La majorité municipale affiche au travers de cette dernière sa volonté « d’apaiser les vitesses, de sécuriser la pratique cyclable, d’ajouter de la végétalisation et de réduire la surface imperméable de la rue »", constate-t-il. Des nouvelles mesures qui sont lui, "se matérialiseront encore en définitive par des mesures coercitives pour les automobilistes".

Une concertation le 13 juillet jugée "peu pertinente"

Une concertation se déroulera jeudi 13 juillet, "date que nous trouvons peu pertinente en raison des congés
estivaux qui écarteront certains habitants de la concertation", regrette le président. De plus, le délai entre
l’annonce de la concertation et sa tenue "semble beaucoup trop court". Une réunion qu'il qualifie alors de "simulacre". Pour lui, l'objectif est "de faire croire à la participation des habitants et commerçants alors que tout est déjà ficelé".

Des effets "désastreux" pointés du doigt

"Cette majorité décide à la place des Bisontins ce qui est bon pour eux", a-t-il poursuit. Le chef de troupe a tenu à rappeler "les effets désastreux" des récentes mesures provoquant la fermeture du pont de la République ou la direction à sens unique de la rue Weiss. "L’objectif final est-il de supprimer tous les accès automobiles à destination du centre-ville ? La question mérite malheureusement d’être posée", conclut-il.

1 Commentaire

Et les livraisons ? les soins infirmiers ? les médecins ? les réparations à domicile ?
Publié le 14 novembre 2023 à 16h09 par VINCENT NETTER • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.89
couvert
le 16/04 à 6h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %