Faux enlèvement à Belfort : une femme condamnée à de la prison avec sursis

Publié le 27/11/2019 - 15:44
Mis à jour le 27/11/2019 - 17:04

Une femme de 36 ans a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir fait croire à son amant qu’elle avait été enlevée, un mensonge qui avait entraîné une importante mobilisation de gendarmes, a-t-on appris ce mercredi 27 novembre 2019 de source judiciaire.

© Alexane Alfaro ©
© Alexane Alfaro ©

La trentenaire, par ailleurs mariée et mère de famille, a été jugée et condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Belfort, dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), pour "divulgation d'informations fausses faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention des secours", selon le greffe du tribunal. Son amant, lui aussi âgé de 36 ans, avait appelé la gendarmerie samedi vers  21h00 pour expliquer que cette femme, avec laquelle il entretenait une relation depuis quelques mois et qui était enceinte de lui, lui avait affirmé sur les réseaux sociaux avoir été enlevée par son ex-compagnon.

Elle lui avait également envoyé une photo d'elle dans le coffre d'une voiture où elle apparaissait visiblement ligotée, selon le parquet de Belfort. Un important dispositif d'une trentaine de gendarmes avait alors immédiatement été déclenché afin de la retrouver. Les militaires l'ont finalement retrouvée dimanche à 4H00 du matin, à son domicile. Contrairement à ce que pensait l'amant qui avait donné l'alerte, elle n'habitait pas chez sa tante à Giromagny, dans le Territoire de Belfort, mais à Montreux-Vieux (Haut-Rhin), avec mari et enfants.

"Les gendarmes ont découvert qu'elle était mythomane, mariée, avec des enfants", avait indiqué dimanche le capitaine Yves Martin, de la gendarmerie du Territoire de Belfort. "Elle a visiblement inventé cette histoire pour ne pas aller retrouver son amant à Belfort", avait-il ajouté.
(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.32
partiellement nuageux
le 30/09 à 21h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
92 %

Sondage