Faux enlèvement à Belfort : une femme condamnée à de la prison avec sursis

Publié le 27/11/2019 - 15:44
Mis à jour le 27/11/2019 - 17:04

Une femme de 36 ans a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir fait croire à son amant qu’elle avait été enlevée, un mensonge qui avait entraîné une importante mobilisation de gendarmes, a-t-on appris ce mercredi 27 novembre 2019 de source judiciaire.

© Alexane Alfaro ©
© Alexane Alfaro ©

La trentenaire, par ailleurs mariée et mère de famille, a été jugée et condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Belfort, dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), pour "divulgation d'informations fausses faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention des secours", selon le greffe du tribunal. Son amant, lui aussi âgé de 36 ans, avait appelé la gendarmerie samedi vers  21h00 pour expliquer que cette femme, avec laquelle il entretenait une relation depuis quelques mois et qui était enceinte de lui, lui avait affirmé sur les réseaux sociaux avoir été enlevée par son ex-compagnon.

Elle lui avait également envoyé une photo d'elle dans le coffre d'une voiture où elle apparaissait visiblement ligotée, selon le parquet de Belfort. Un important dispositif d'une trentaine de gendarmes avait alors immédiatement été déclenché afin de la retrouver. Les militaires l'ont finalement retrouvée dimanche à 4H00 du matin, à son domicile. Contrairement à ce que pensait l'amant qui avait donné l'alerte, elle n'habitait pas chez sa tante à Giromagny, dans le Territoire de Belfort, mais à Montreux-Vieux (Haut-Rhin), avec mari et enfants.

"Les gendarmes ont découvert qu'elle était mythomane, mariée, avec des enfants", avait indiqué dimanche le capitaine Yves Martin, de la gendarmerie du Territoire de Belfort. "Elle a visiblement inventé cette histoire pour ne pas aller retrouver son amant à Belfort", avait-il ajouté.
(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.22
légère pluie
le 23/02 à 18h00
Vent
2.35 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
71 %