Fermeture définitive de la prison de Lure après un effondrement de terrain

Publié le 16/10/2014 - 04:57
Mis à jour le 16/10/2014 - 17:10

Le ministère de la Justice a annoncé mercredi la fermeture définitive de la maison d’arrêt de Lure en Haute-Saône et  qui menace de s’effondrer en raison de fissures. Les 56 détenus et 32 personnels de la maison d’arrêt avaient été provisoirement évacués en avril dans l’attente d’examens techniques plus approfondis. Les expertises complémentaires « ont confirmé que le bâtiment est impacté de façon sérieuse au niveau de ses fondations » a indiqué  Valérie Decroix, la directrice interrégionale des services pénitentiaires (DISP) Est-Strasbourg. Pour Yves Krattinger, président du conseil général de Haute-Saône, la fermeture définitive de « la prison de Lure est une décision sans fondement qui porte un énième coup au monde rural« .

 ©
©

"La seule solution eut été de tout détruire et de restructurer les sols,pour reconstruire ensuite. Mais le coût de ces travaux ne peut pas être pris en compte" par le ministère de la Justice, a ajouté la directrice qui s'est rendue sur les lieux ce mercredi 15 octobre 2014. 

FO pénitentiaire : "Un pretexte our fermer la prison" 

Pour Olivier Simon, délégué FO-pénitentiaire, "c'est un prétexte pour fermer la prison. On a pris la solution la plus compliquée et la plus chère(30 millions d'euros) pour fermer l'établissement (...) La solution était de consolider le mur qui menaçait de s'effondrer, pour fonctionner dans les 30 prochaines années", a-t-il estimé, soulignant l'aspect"très fonctionnel du bâtiment".

Y. Krattinger : "Une décision sans fondement qui porte un énième coup au monde rural"

Pour Yves Krattinger, président du conseil général de Haute-Saône, "le diagnostic effectué dans le cadre des études techniques commandées par le ministère apparaît comme un prétexte très peu crédible, l'établissement carcéral ayant fait l'objet d'investissements récents de sécurisation"

Pendant l'été 2013, des fissures sont apparues sur la structure du bâtiment administratif de la maison d'arrêt de Lure, qui accueille des prévenus et des condamnés depuis 1860.  Les études commandées par le ministère de la Justice ont révélé un sol instable et un affaissement de terrain sous une partie de l'établissement,notamment au niveau de la porte d'entrée.

La décision de fermer la maison d'arrêt "fait suite à plusieurs études techniques ayant conclu que la sécurité des personnes détenues et des agents ne pouvait être suffisamment garantie sur le long terme", a précisé leministère de la Justice dans un communiqué. "La sécurité des personnes, tant des agents pénitentiaires que despersonnes détenues, est une primauté" qui justifie la fermeture, a souligné Mme Decroix.

Réaffectation pour les 32 personnels pénitentiaires

Les 32 personnels pénitentiaires "vont tous faire l'objet de décisions de réaffectation dans d'autres maisons d'arrêt", a dit la directrice, précisant que "le bâtiment va faire l'objet d'une déclaration d'inutilité". 

Les personnels de la maison d'arrêt de Lure "bénéficient d'un accompagnement individualisé. Ils seront mutés dans d'autres établissements pénitentiaires selon leurs voeux et au regard de leur situation professionnelle et personnelle", a affirmé le ministère.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : nos questions à Dominique Voynet

Quelles les motivations des candidates et des candidats aux élections législatives 2024 dont le premier tour se dérouler dimanche 30 juin ? Quels sont les points clés de leurs programmes ? Quel message ont-ils à adresser aux électrices et au électeurs ? maCommune.info a posé ces questions aux candidat(e)s. Ce mardi, Dominique Voynet, candidate du Nouveau Front Populaire, nous répond.

Le collectif Hop hop hop retire sa banderole appelant à aller voter

À la suite du résultat des élections européennes, le collectif Hop Hop Hop avait affiché une banderole appelant à aller voter sur la façade de l’Arsenal, bâtiment qu’il occupe à Besançon. Le collectif a été sommé de retirer la banderole par le chef de file de l'opposition Ludovic Fagaut qui en avait fait la demande expresse lors du conseil municipal du jeudi 20 juin 2024. 

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 24.26
ciel dégagé
le 25/06 à 9h00
Vent
1.94 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
68 %