Forêts : le Conseil d'État rejette la limitation des coupes rases

Publié le 07/02/2024 - 11:53
Mis à jour le 07/02/2024 - 14:37

Le Conseil d'État a rejeté une requête du Parc naturel du Morvan visant à limiter les "coupes rases", abattages de la totalité des arbres d'une parcelle accusés de dégrader durablement les écosystèmes, a-t-on appris mercredi 7 février 2024 auprès du Conseil.

Archives © D Poirier
Archives © D Poirier

Le Parc naturel régional du Morvan (PNRM), recouvert de forêts sur 135.000 hectares, avait saisi le Conseil d'État en avril 2022. Il lui demandait de contraindre le gouvernement français à accepter sa demande, faite en 2018, de soumettre à autorisation toute coupe rase à partir de 0,5 hectare, contre 4 hectares actuellement.

Selon le Parc, la France se serait ainsi conformée à la directive européenne du 13 décembre 2011, qui exige l'évaluation des "incidences sur l'environnement" de tout déboisement, laissant aux États membres le loisir de fixer le seuil d'application (à partir de 0,5 hectare, a décidé la France). Mais, dans un jugement consulté par l'AFP, le Conseil d'État rappelle qu'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne a estimé que la directive invoquée par le Parc "vise, non pas tout déboisement, mais uniquement les opérations réalisées en vue de conférer aux sols concernés un nouvel usage". Les coupes rases qui ne mettent pas fin à une destination forestière ne sont donc pas concernées, selon le Conseil.

Les coupes rases, interdites en Suisse depuis 1876

Ces coupes, également appelées "à blanc", libèrent de grandes quantités de carbone tout en détruisant non seulement un paysage, mais également les écosystèmes et les sols, selon les opposants. Plusieurs associations environnementales demandent purement et simplement l'interdiction des coupes rases, comme c'est le cas en Suisse - depuis 1876 - et en Autriche pour toute coupe de plus de 2 hectares.

Un jugement positif du Conseil d'État aurait "fait gagner du temps", a réagi auprès de l'AFP Frédéric Beaucher, fondateur et gérant du "Chat Sauvage", un groupement forestier de citoyens qui rachètent des feuillus du Morvan pour sauver la forêt traditionnelle. Il estime que "cette pratique est condamnée à terme".

"Il y a quand même une prise de conscience de l'aberration des coupes rases : les sylviculteurs eux-mêmes réalisent que le taux de reprise, quand on replante, est de plus en plus faible en raison de l'érosion des sols", explique M. Beaucher. Interrogé, le Parc n'a pas voulu commenter le jugement, se laissant le temps de "l'analyser".

Les coupes rases sont de plus très souvent destinées à planter des monocultures de résineux, plus rentables mais très pauvres en biodiversité. Les feuillus (chênes, hêtres et autres châtaigniers) représentent encore 54% de la forêt morvandelle, contre 35% pour les résineux et 11% pour les essences mélangées. Mais la part des pins et autres épicéas progressent rapidement : de 2005 à 2016, 10.800 hectares de résineux ont été plantés tandis que 4.300 hectares de feuillus ont été arrachés, selon les chiffres du Parc.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Bourgogne-Franche-Comté : 599 signalements recensés sur le réseau Sentinelles de la nature en 2023

Le réseau citoyen Sentinelles de la nature est un projet porté par les associations du réseau France Nature Environnement (FNE) pour informer, aiguiller et accompagner les citoyens pour agir pour la protection de la nature. Il permet via un site dédié et une application mobile du même nom de signaler les atteintes à l’environnement ou au contraire de faire remonter des initiatives qui lui sont favorables. La FNE BFC vient de publier son bilan régional pour l'année 2023.

Des chasseurs du Doubs demandent à pouvoir chasser le lynx, espèce protégée

Dans un courrier du 16 février 2024, l’Association intercommunale de chasse agrée (AICA) de Fournets-Luisans représentée par son président Steve Thalmann, a demandé à la fédération départementale des chasseurs du Doubs de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale un déclassement du lynx boréal, espèce protégée. Une proposition qui n’a pas manqué de faire bondir le centre Athénas, dont la mission est en partie dédié à la protection du félin. 

Vent, pluie, inondations : tous les départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune à partir de cette nuit

Météo France a placé l’ensemble des départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune pour des vents pouvant être violents et pour des inondations dans certains secteurs à partir de jeudi 22 février à 3h00. Cette vigilance concerne également une très large partie de la France. On fait le point.

170 arbres plantés dans le Jura pour favoriser la biodiversité

Le mardi 20 février 2024, la LPO Bourgogne-Franche-Comté, en partenariat avec SNCF Réseau Bourgogne-Franche-Comté et France Nature Environnement Bourgogne-Franche-Comté, a organisé une plantation de haies champêtres à Brans (39) qui a pour objectif de créer et de restaurer des habitats terrestres pour les amphibiens afin de permettre le déplacement des espèces. Ce chantier participatif est financé à 100% par SNCF Réseau.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.22
légère pluie
le 24/02 à 0h00
Vent
3.96 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
93 %