Fusion des réseaux bancaires Société Générale et Crédit du Nord : 600 agences vont fermer

Publié le 07/12/2020 - 13:20
Mis à jour le 07/12/2020 - 10:24

Le groupe bancaire Société Générale a annoncé lundi vouloir fusionner ses réseaux de détail Société Générale et Crédit du Nord, un projet qui va passer par la fermeture de 600 agences en vue de créer un nouvel ensemble servant dix millions de clients.

"Avec ce rapprochement et le déploiement de ce nouveau modèle, le groupe entend être plus offensif en matière commerciale en capitalisant sur les forces respectives des deux enseignes sur ses clientèles cœur, en développant pour ses clients une approche plus personnalisée en matière de produits et de services, et en renforçant ses partenariats et ses initiatives commerciales en matière d'épargne et d'assurance", a-t-il fait savoir dans un communiqué.

Le groupe précise qu'il entend préserver la même empreinte territoriale tout en réduisant le nombre d'agences grâce à la grande proximité géographique des agences des deux enseignes dans une même ville. Le dispositif passera ainsi d'environ 2.100 agences à fin 2020 à environ 1.500 à fin 2025.

Le nouvel ensemble "réunira la meilleure combinaison entre l'expertise de l'humain et la force du digital. Grâce à des investissements informatiques concentrés sur un seul système et non plus sur deux, les capacités digitales seront renforcées pour donner la possibilité à nos clients de disposer des réponses à leurs besoins bancaires les plus simples de la manière la plus efficace et la plus rapide", assure Société Générale.

Sur le plan financier, cette fusion conduira à d'importantes réductions de coûts en particulier grâce à l'utilisation d'un système informatique unique d'ici le premier semestre 2023, à l'optimisation du maillage d'agences ainsi qu'au regroupement des fonctions centrales.

Le groupe vise pour l'entité combinée une réduction nette de la base de coûts de plus de 350 millions d'euros en 2024 et d'environ 450 millions en 2025 par rapport à 2019. À l'inverse, il prévoit pour mener à bien le projet une facture estimée entre 700 et 800 millions d'euros, dont l'essentiel sera payé l'an prochain.

En parallèle, il prévoit de poursuivre le développement de sa banque en ligne Boursorama, qui compte plus de deux millions de clients et devra dépasser le cap des quatre millions d'ici 2023 et 4,5 millions en 2025. À la clé, cette filiale prévoit de dégager un bénéfice net d'environ 100 millions d'euros en 2024 et d'environ 200 millions en 2025.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.07
légère pluie
le 28/07 à 6h00
Vent
1.38 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage