Fusion entre Siemens et Alstom : les syndicats entendus en commission à l'Assemblée

Publié le 01/12/2017 - 10:00
Mis à jour le 12/03/2018 - 14:32

La politique industrielle de la France est en question à l'Assemblée. Une commission d'enquête, à laquelle participe le députée du Doubs Denis Sommer (LREM), se penche actuellement sur le cas du mariage entre Alstom et Siemens.

recemment_mis_a_jour25.jpg
© DS
PUBLICITÉ

La commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la politique industrielle de la France s’est réunie cette semaine. Il a notamment été question de la fusion entre Alstom  et Siemens dont l’objectif officiel est d’atteindre une taille suffisante face aux géants chinois et américains. Avant une audition du PDG d’Alstom, les perspectives (TGV du futur,  investissements du Grand Paris, métro parisien) et les inquiétudes ont été abordées avec les syndicats. 

« Je suis intervenu pour exprimer ma vigilance à l’égard des centres de production Alstom à l’étranger qui ne doivent pas devenir des bases- arrières cachées pour fabriquer du low cost et répondre aux appels d’offres publics français et européens » explique Denis Sommer. « Ce type « concurrence interne » serait excessivement dangereux pour nos centres de production nationaux et un manquement grave à la confiance qui doit prévaloir entre l’entreprise et ses salariés dans cette phase de fusion« 

Le député attend désormais avec impatience la rencontre avec le PDG d’Alstom. « Mes questions seront nombreuses sur l’avenir des sites et des emplois et je porte évidemment une extrême attention à ceux d’Ornans et Belfort »  indique-t-il en soulignant le besoin indispensable d’investissements pour réussir  le défi à l’échelle mondiale des nouvelles mobilités et des nouvelles énergies. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.73
nuageux
le 17/07 à 0h00
Vent
1.33 m/s
Pression
1016.94 hPa
Humidité
92 %

Sondage