Gaspard Augé, le membre de Justice qui est né à Besançon…

Publié le 17/07/2017 - 15:47
Mis à jour le 08/02/2019 - 09:36

Nous avons profité de la venue du duo electro Justice aux Eurockéennes de Belfort samedi 8 juillet 2017 pour rencontrer et tirer le portrait de Gaspard Augé, Bisontin, devenu une star international… 

 ©
©

PORTRAIT

Comme Victor Hugo, Gaspard Augé n'a vécu que très peu de temps à Besançon, "même pas une semaine quand j'étais petit", nous dit-il. Mais contrairement à l'écrivain, le musicien revient régulièrement dans sa ville natale pour voir sa famille dont il est resté proche. Même si sa vie s'est essentiellement déroulée à Paris, l'artiste garde de nombreux souvenirs de la région… 

Carte d'identité

  • Gaspard Augé
  • Né le 21 mai 1979 à Besançon
  • Vit à Paris
  • Situation familiale : célibataire 

Comme de nombreux adolescents, Gaspard a découvert la musique au lycée, dans le 12e arrondissement de Paris, avec des groupes dans lesquels il jouait de la batterie et parfois du piano. "C'était exclusivement à but récréatif", précise-t-il. Sans apprentissage de la musique, il apprend sur le tars sans avoir pour objectif d'en vivre un jour, "ce n'était pas un rêve d'enfant". Devenir une célébrité avec Justice n'est qu'un "heureux hasard", nous confie-t-il.

Côté style de musique, Gaspard a commencé par écouter du metal. "J'avais un cousin plus âgé que moi, Etienne, qui habitait à Larnod, qui m'a un peu initié à ce style de musique avec Iron Maiden, Metallica, etc. Son frère, Benjamin, jouait dans un groupe qui s'appelait Stillborn et qui répétait à Besançon."

Après cela, "j'ai assez vite ouvert mon champ musical et écouté beaucoup de choses différentes entre 15 et 25 ans". Gaspard avoue ne pas avoir de style particulier, "même la musique électronique est un domaine que je connais assez mal, c'est juste un procédé de fabrication", explique-t-il, et d'ajouter : avec Xavier (de Rosnay, Justice) on a des goûts assez différents, mais on se rejoint sur beaucoup de choses et du coup, les petites obsessions musicales de chacun nous permettent de nourrir le projet et de nous faire découvrir des trucs". 

La rencontre qui mènera à Justice… 

Au cours des ses années de lycée, via des amis communs, Gaspard rencontre Xavier de Rosnay, lui aussi musicien en hobbie. Quand ils font connaissance, "on aurait pu aller au cinéma avec les autres, mais ça nous amusait plus d'aller échanger des disques dans les magasins d'occasion ou des synthétiseurs".

Puis ils décident de faire de la musique ensemble "par jeu" pour plus tard, avoir "la chance de transformer l'essai comme on dit au rugby". Aujourd'hui, Justice existe depuis 15 ans. Depuis 2006, date de la sortie de leur premier tube We are your friends, le duo electro a remporté plusieurs MTV Europe Music Awards, deux Victoires de la Musique, un Grammy Awards, et un Grand prix Sacem. Ils ont joué en France, aux États-Unis, en Belgique, en Allemagne, au Japon, en Italie, en Angleterre, en Espagne, en Australie, en Colombie, etc. 

Quel effet ça fait d'être une célébrité et de faire danser la planète ? 

"On est contents de pouvoir jouer sur des scènes comme ça (grande scène des Eurockéennes) et de remplir des salles assez importantes, car nous n'avons pas un rythme de production très soutenu", nous explique Gaspard. "Là, ça faisait 5 ans qu'on n’avait pas fait de disques et on est content de voir que le public s'est renouvelé, s'est rajeuni, etc." 

A quoi ressemble votre journée "type" ? 

En tournée, "parce que c'est ce qu'il se passe en ce moment", Gaspard nous confie qu'avec Justice, il vit "un jour sans fin" en quelque sorte :"c'est-à-dire qu'on joue un concert, on monte dans le bus, on se couche, et on se réveille dans la ville suivante pour faire les sound checks et ça recommence". Et "pour l'instant", c'est un style de vie qui convient à l'artiste. 

En dehors des tournées, Gaspard et Xavier, graphistes de formation, gèrent les aspects tant musicaux que visuels de Justice : qu'ils s'agissent des pochettes de CD ou des vidéos, Gaspard et Xavier sont toujours à l'origine des créations artistiques. "C'est un projet global", indique Gaspard. 

De retour à Besançon de temps en temps ? 

"Oui, j'ai une cousine, Émilie, qui vit à Besançon à qui je rends visite lorsqu'il y a des réunions de famille : soit je dors chez elle, soit je vais à Saint Vit pour voir un autre cousin", nous raconte Gaspard. 

Des amours particuliers pour Besançon et sa région ? 

"Oui oui ! Il y a plein de choses, c'est une ville assez belle. En fait, je l'ai connue assez noire quand j'étais enfant et adolescent, car tous les bâtiments étaient très sombres. Et à chaque fois que je reviens, c'est de plus en plus ravalé. C'est vraiment une belle ville. J'aimerais bien retourner à La Citadelle par exemple et pourquoi pas voir le futur Cousty. Côté cuisine, j'achète de la Tête de moine, mais ça c'est suisse, j'achète de la cancoillotte et j'adore les vins du Jura comme l'Arbois, Trousseau, etc. C'est une ville où j'ai beaucoup de souvenirs et c'est le berceau familial de mon père. Je me considère Bisontin, j'en suis fier." 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

portrait de la semaine

Il est incollable sur la fête foraine de la Foire Comtoise de Besançon !

Il sait absolument tout sur la fête foraine de la Foire Comtoise à Micropolis Besançon  ! Grand passionné du milieu forain, mais aussi de maquettes en Légo, Maxime a créé en 2012 une page Facebook dédiée à la foire comtoise qui compte près de 3.500 fans. Aujourd’hui âgé de 22 ans, il sait avant tout le monde quelles attractions seront à la foire et connait sur le bout des doigts les spécificités des manèges. Présent tous les jours dans les allées de la fête foraine durant le montage, nous avons rencontré Maxime… 

Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 : “l’élection des Miss n’est pas qu’un concours de beauté, c’est être ambassadrice”

À quelques jours de l’élection de Miss France ce samedi 16 décembre à Châteauroux, nous vous dévoilons la personnalité de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 figurant parmi les favorites pour le titre de Miss France 2018. C’est le portrait du mois de décembre… 

Portrait chinois de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 from maCommune.info on Vimeo.

Rencontre avec le champion de moto Vincent Philippe à quelques jours du Bol d’Or…

À quelques jours de la 81e édition du Bol d’Or 2017 ces 15, 16 et 17 septembre sur le célèbre circuit Paul Ricard, Vincent Philippe s’est arrêté à Besançon pour la projection en avant-première à la Rodia de « I want to be a champion ». Ce film retraçant le parcours du champion de moto endurance sera diffusé au Bol d’Or, sur les chaînes télévisées, dans les concessions Suzuki fin septembre et sur les réseaux sociaux.

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.08
nuageux
le 15/06 à 18h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
56 %