Rencontre avec Fanny Trimaille, Miss Doubs 2017...

Publié le 11/10/2017 - 09:26
Mis à jour le 18/10/2017 - 07:18

Le 22 octobre 2017, l'élection de Miss Franche-Comté se déroulera à Port-sur-Saône. Parmi les 13 candidates, Fanny Trimaille, Miss Doubs. Nous l'avons rencontrée… 

Portrait chinois de Fanny Trimaille, Miss Doubs 2017 from maCommune.info on Vimeo.

PORTRAIT DU MOIS

PUBLICITÉ

Carte d’identité

  • Fanny Trimaille
  • Née le 1er avril 1994 à Besançon
  • Habite à Baume-les-Dames
  • Situation professionnelle : diplômée d’un master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation
  • Situation personnelle : en couple
  • Taille : 1,78 m 

Fanny Trimaille vit toute son enfance à Baume-les-Dames avec ses parents et ses deux sœurs âgées de 17 et 25 ans. « J’ai vécu dans une bonne ambiance, très cocooning et dans une belle maison », précise-t-elle. Après avoir suivi sa petite scolarité à Baume-les-Dames jusqu’au collège, l’adolescente poursuit ses années lycée à Pergaud à Besançon. « J’adore l’école, je suis très curieuse depuis toute petite, j’aime apprendre d’où mon futur métier« , nous confie-t-elle. Sa matière préférée ? L’Histoire. La matière qu’elle aime le moins ? Les mathématiques, en ajoutant que l’« On ne peut pas dire que j’affectionne les maths, car pour moi, il n’y a pas d’intérêt. On ne se cultive pas avec ça »

« Le jour où j’ai voulu devenir Miss… »

Comme de nombreuses jeunes filles, Fanny regarde les élections de Miss France à la télévision « avec ma maman et mes deux sœurs, ce n’était pas le truc de mon papa ». Et pendant ce temps, la jeune fille grandit, grandit, grandit jusqu’à atteindre 1,78 m. « J’ai toujours été plus grande que mes camarades à l’école, du coup, on me disait que je pouvais devenir Miss », nous raconte-t-elle, « c’est venu dans la continuité des choses… »

Encouragée par son entourage, Fanny décide de se présenter pour la première fois à l’élection de Miss Doubs en 2015, après avoir obtenu sa licence d’Histoire. Elle ne remporte pas le titre, mais finit Première dauphine. « C’était une année de découverte », précise la jeune femme. Déterminée, elle décide de se présenter une nouvelle fois en 2017 à l’élection de Miss Doubs. « C’était dommage, pour une seule place… J’ai attendu d’avoir mon Master pour me représenter » et la voici aujourd’hui élue Miss Doubs, candidate à l’élection de Miss Franche-Comté 2017. « Ces deux années m’ont permis d’apprendre pas mal de choses, le contact avec les gens… parce qu’il faut un certain coaching pour ce genre de fonction. J’ai donc observé et je me sentais vraiment prête cette année », nous dit-elle. 

Ce qu’elle préfère dans le rôle de Miss ? 

« Pas mal de choses… », nous répond-elle dans un premier temps avant de comparer son emploi du temps avec celui d’une femme politique : « j’aime prendre des rendez-vous, gérer des partenariats, être professionnelle, assister à des événements auxquels je n’aurais pas participé si je n’avais pas été élue ». Et d’ajouter que « le côté spectacle, coiffure, belles tenues, les paillettes, etc. » n’enlève rien au charme de la fonction. 

Ce qu’elle aime le moins ? 

« Je pense qu’il faudrait que je fasse plus de sport même si je suis déjà très dynamique », nous confie-t-elle, « et il faudrait que j’apprenne à me coiffer de manière plus professionnelle ! » 

Une Miss de 23 ans, un avantage ou un inconvénient ? 

La plupart des Miss, locales, régionales, nationales ou internationales n’ont pas plus de 20 ans. Fanny Trimaille en a 23. Est-ce un avantage ou un inconvénient ? Selon elle, son expérience est un atout. « J’ai fait cinq années d’études, un stage à l’étranger, j’ai un panel assez vaste donc je pense que nous n’avons pas les mêmes centres d’intérêt » avec les autres filles. « Mon vécu m’a permis d’acquérir une maturité », ajoute-t-elle. 

Rendez-vous au Café du commerce…

Lorsque nous avons contacté Fanny Trimaille pour la rencontrer dans le cadre de ce portrait, nous lui avons demandé de choisir un des lieux qu’elle préfère à Besançon. Elle nous a répondu le Café du commerce, rue des Granges à Besançon. Un commerce où la moyenne d’âge dépasse plus souvent la quarantaine et qui ferme assez tôt le soir. Cette réponse nous ayant surpris de la part d’une jeune fille de 23 ans, nous lui avons demandé pourquoi ce lieu ? Fanny nous a tout simplement répondu : « C’est super beau, raffiné, avec du charme et de l’élégance, le chic à la parisienne… mais ce n’est pas ici que je sors avec mes amis. »

A quoi ressemble une journée de Miss Doubs 2017 ? 

« Il n’y a pas deux journées qui se ressemblent ! » nous répond Fanny, « par exemple en ce moment j’organise un bus pour l’élection de Miss Franche-Comté, je distribue des affiches et des flyers, j’ai participé au festival Détonation, aux Absthintiades, j’ai rendez-vous au CFA Hilaire de Chardonnet avec Emmanuel Dumont pour réaliser mon portrait qui sera tagué sur un mur de l’établissement, etc. », détaille-t-elle.

Toutefois, une trame semble de dessiner chaque jour : 

  • Lever vers 8 heures
  • Petit déjeuner et « petit tour » sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) et consultation des mails
  • Prises de rendez-vous avec des médias ou avec des organisateurs de manifestations
  • Seconde consultation des réseaux sociaux : Fanny poste une publication par jour sur sa page Facebook
  • Rendez-vous à droite et à gauche, présence sur des événements, rencontres…
  • En fin de journée : consultation des réseaux sociaux et de sa boîte mails
  • Coucher vers 23 heures 

Quand on est Miss, cela signifie-t-il que l’on doit aller chercher sa baguette de pain en talons aiguilles ? 

Ce n’est pas le cas de Fanny qui aime aussi « être naturelle ».  « Lorsque j’ai des rendez-vous avec des partenaires, je suis obligée d’être apprêtée, car je suis en représentation et c’est aussi une attente des personnes que l’on rencontre, comme le président de la République », compare Miss Doubs. En revanche, « lorsque je dois faire des petites courses, pas besoin d’être maquillée, en robe avec des talons, je suis assez naturelle à la base. » 

Infos +

  • Élection de Miss Franche-Comté 2017
  • Dimanche 22 octobre 2017 à 15 h 30
  • Espace culturel Saônexpo, place du 8 Mai 1945 à Port-sur-Saône
  • Événement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.58
couvert
le 20/06 à 3h00
Vent
2.22 m/s
Pression
1014.66 hPa
Humidité
98 %

Sondage