Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 : "l'élection des Miss n'est pas qu'un concours de beauté, c'est être ambassadrice"

Publié le 15/12/2017 - 20:16
Mis à jour le 16/12/2017 - 10:39

À quelques jours de l'élection de Miss France ce samedi 16 décembre à Châteauroux, nous vous dévoilons la personnalité de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 figurant parmi les favorites pour le titre de Miss France 2018. C'est le portrait du mois de décembre... 

Portrait chinois de Mathilde Klinguer, Miss Franche-Comté 2017 from maCommune.info on Vimeo.

 ©
©

PORTRAIT DU MOIS

Carte d'identité

  • Mathilde Klinguer
  • Née le 14 novembre 1995 (22 ans) à Audincourt
  • En couple
  • Formation/fonction : Licence en LEA Anglais-Italien-Chinois, inscrite en master Traduction depuis septembre 2017/ Miss Belfort-Montbéliard / Miss Franche-Comté 2017
  • Taille : 1m77 

Mathilde Klinguer est la petite dernière d'une famille composée de ses deux parents et de ses trois frères âgés de 42 ans, 39 ans et 34 ans. Elle a vécu toute son enfance à Pont-de-Roide, dans le Doubs. "Nous sommes une famille très soudée et traditionnelle, j'ai toujours été bien entourée", souligne-t-elle.

Mathilde a suivi sa petite scolarité et ses classes de collège dans sa commune natale pour ensuite vivre ses années lycée à Valentigney. "J'ai toujours une préférence pour les langues vivantes, mais j'étais fâchée avec les maths… Et ayant une certaine joie de vivre, j'aimais aller à l'école pour retrouver mes copains et copines", se souvient-elle. Son amour pour les langues se ressent plus tard en obtenant une licence en Langues étrangères appliquées Anglais-Italien-Chinois (rien que ça !) à l'Université de Franche-Comté à Montbéliard. Elle est aujourd'hui inscrite depuis septembre 2017 à la faculté de Lettres de Besançon pour son Master Traduction qu'elle n'a pas encore commencé avec les élections de Miss. 

Quand avez-vous décidé de vous présenter à une élection de Miss ?

Cette idée de devenir Miss est venue de l'entourage de Mathilde. "Ce sont mes amis et ma famille qui m'ont poussée un peu à me présenter", répond-elle. "Et j'avais entendu que le comité des Miss recrutait des filles, mais je ne me sentais pas encore prête. Puis en voyant les années passer, je me suis dis que j'allais devenir trop vieille pour me présenter alors je me suis lancée cette année". Et elle a bien fait puisque Mathilde Klinguer a raflé les titres en étant élue Miss Belfort-Pays de Montbéliard dans un premier temps puis Miss Franche-Comté en octobre dernier. 

Quel est votre rêve dans ce milieu ?

Lorsque l'on demande à Mathilde si son objectif est devenir Miss Univers, elle nous répond : "C'est sûr qu'il faut viser haut, mais essayons d'abord de devenir Miss France et on verra." La jeune femme ajoute que "les concours internationaux ouvrent encore plus de portes, mais… No limit ! On verra où le vent m'emmène !" 

Pour vous, c'est quoi être Miss ?

Pour Mathilde, les élections de Miss "ne sont pas qu'un concours de beauté, ce n'est pas comme du mannequinat, c'est être ambassadrice parce qu'on porte une écharpe et on représente notre région. On fait aussi des rencontres, on se fait des amies que ce soit des anciennes miss ou des filles de la promo. On est aussi invitées sur des événements qu'on ne pourrait pas faire à 21 ans sans l'écharpe, etc. On découvre la culture de notre région et on s'ouvre à des domaines qui ne sont pas forcément à la portée d'une personne de mon âge tels que la politique par exemple." 

Qu'aimez-vous le moins dans ce milieu ?

"Pour l'instant, je ne l'ai pas encore ressenti, mais je n'apprécierais pas que des filles en écrasent d'autres pour gagner. Je ne suis pas du tout dans un esprit de compétition. C'est ce qui me dérangerait le plus si ça devait arriver…", nous informe-t-elle, "on a toute envie de gagner, mais pas besoin d'écraser les autres." 

À quoi ressemble votre quotidien de Miss Franche-Comté ? 

"Chaque jour est différent, mais je fais beaucoup de shooting photos, j'ai fait des essayages de la robe régionale que je porterai, j'essaie de faire un peu de sport, mais si c'est difficile de trouver le temps, je participe à plusieurs événements, j'enchaîne des rendez-vous avec la presse, etc.", décrit Mathilde.

Et d'ajouter : "Le matin je me lève vers 7 heures et je me couche rarement avant 23 heures parce qu'il faut que je réponde aux nombreux messages qui me sont envoyés sur les réseaux sociaux et j'essaie d'être très présente sur Facebook, Instagram, Snapchat..." 

Quels sont vos secrets de beauté ?

"Je me démaquille toujours soigneusement chaque soir et j'utilise des huiles naturelles de coco, d'avocat, d'abricot, d'argan comme soin pour mon visage, mon corps et mes cheveux. Je fais également des bains d'huile pour mes cheveux avant certains shampooings pour qu'ils soient toujours doux et brillants", nous confie-t-elle. 

Si vous n'êtes pas élue Miss France, quels sont vos projets ?

Mathilde explique "Soit j'essaie de saisir les opportunités qui s'offrent à moi comme les propositions d'agences de mannequinat ou de chefs d'entreprises de la région et du département, etc. Soit je continue mes études et j'effectue mon rôle de Miss Franche-Comté jusqu'à la prochaine élection." 

Infos +

  • Élection de Miss France 2018
  • Samedi 16 décembre 2017
  • En direct de Châteauroux sur TF1
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

portrait de la semaine

Il est incollable sur la fête foraine de la Foire Comtoise de Besançon !

Il sait absolument tout sur la fête foraine de la Foire Comtoise à Micropolis Besançon  ! Grand passionné du milieu forain, mais aussi de maquettes en Légo, Maxime a créé en 2012 une page Facebook dédiée à la foire comtoise qui compte près de 3.500 fans. Aujourd'hui âgé de 22 ans, il sait avant tout le monde quelles attractions seront à la foire et connait sur le bout des doigts les spécificités des manèges. Présent tous les jours dans les allées de la fête foraine durant le montage, nous avons rencontré Maxime… 

Rencontre avec le champion de moto Vincent Philippe à quelques jours du Bol d’Or…

À quelques jours de la 81e édition du Bol d'Or 2017 ces 15, 16 et 17 septembre sur le célèbre circuit Paul Ricard, Vincent Philippe s'est arrêté à Besançon pour la projection en avant-première à la Rodia de "I want to be a champion". Ce film retraçant le parcours du champion de moto endurance sera diffusé au Bol d'Or, sur les chaînes télévisées, dans les concessions Suzuki fin septembre et sur les réseaux sociaux.

Didier Sikkink : « Mon rêve serait de faire jouer Bruce Springsteen à Micropolis »

Cette semaine, nous avons rencontré Didier Sikkink, directeur général de Micropolis à Besançon pour notre portrait de la semaine. Né aux Pays-Bas et s'étant retrouvé à Toulouse quelques années plus tard, le jeune Didier part faire ses études à Besançon en pensant en repartir rapidement... Mais le destin en a décidé autrement !

Société

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.

Une marche militante contre l’homophobie et la transphobie ce samedi à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui se déroulera ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Nutri-score D et E : « Gare aux fausses interprétations ! » alerte l’UFC Que Choisir

L'UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.63
partiellement nuageux
le 21/05 à 18h00
Vent
2.07 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
79 %

Sondage