General Electric supprimerait 115 postes à Belfort

Publié le 05/03/2013 - 19:35
Mis à jour le 05/03/2013 - 19:38

Selon une source syndicale, General Electric va supprimer 115 postes (85 postes d’ingénieurs et cadres et 30 postes d’employés-techniciens-agents de maîtrise) sur son site de Belfort d’ici le milieu de l’année 2013 en raison de la baisse des commandes de turbines à gaz.

plan de sauvegarde de l’emploi

PUBLICITÉ

La direction de GE Energy Products France, filiale du conglomérat General Electric, a présenté jeudi dernier en comité d’entreprise extraordinaire à Belfort un projet de PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) qui porte sur 115 suppressions de poste, et dont la négociation débutera le 13 mars, a indiqué un représentant syndical.

Dans un communiqué, la direction s’est contentée de confirmer la remise jeudi dernier d’un projet de PSE en réunion de comité d’entreprise, sans apporter d’autre commentaire, compte tenu du processus d’information et consultation des représentants du personnel en cours, s’est-elle justifiée.

Le PSE concernera 85 postes d’ingénieurs et cadres et 30 postes d’employés-techniciens-agents de maîtrise (Etam), a complété ce responsable syndical. L’entreprise escompte le réaliser d’ici à la fin du premier semestre et sans licenciements, par non-remplacement de départs en retraite, mobilités internes au groupe et départs volontaires, a-t-il ajouté. De source syndicale, 25 personnes sont d’ores et déjà parties en anticipation du plan.

La direction a expliqué sa décision par la chute des commandes, a-t-on précisé de même source. « C’est un moment difficile pour les salariés, mais on ne ressent pas d’alarmisme chez eux, ils espèrent que la baisse n’est que momentanée« , a rapporté Philippe Stahl, président de l’Union départementale CFTC.

Lors d’une rencontre informelle avec la presse fin janvier, le directeur du site Yves Ménat avait indiqué « ne pas exclure un ajustement des effectifs « dans le cadre d’un plan de réduction de coûts en réaction à un « creux d’activité plus important que prévu en 2013« . Le marché du gaz conventionnel est aujourd’hui « déstabilisé » par l’émergence des gaz de schiste, avait-il également relevé.

Le site réparti sur Belfort et la commune voisine de Bourogne emploie actuellement 1.900 salariés pour la conception et la fabrication de turbines à gaz.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.77
nuageux
le 16/06 à 3h00
Vent
2 m/s
Pression
1022.52 hPa
Humidité
98 %

Sondage