Grand oral marathon pour Macron devant des maires sans concession

Publié le 16/01/2019 - 08:26
Mis à jour le 16/01/2019 - 08:26

Offensif, ancré sur ses réformes hormis quelques ouvertures, Emmanuel Macron a lancé mardi 15 janvier 2019 le grand débat national par un échange-marathon de près de sept heures avec 653 maires normands, qui témoignaient des "fractures" françaises.

MacronMicronoraBesanon140.JPG
© damien poirier
PUBLICITÉ

« Nous pouvons faire du moment que traverse la France une chance », a souhaité le président devant les maires rassemblés dans le gymnase de Grand Bourgtheroulde (Eure), la première d’une dizaine de rencontres qu’il mènera dans toute la France, sa réponse politique à la crise des Gilets Jaunes.

Après avoir promis en arrivant qu’il n’allait « pas parler longtemps, car l’objectif, c’est surtout de vous entendre« , le chef de l’Etat a parlé pendant près de 3h30, répondant en détail à des questions pointues, et finissant par échanger des rires avec son auditoire d’abord méfiant.

« J’ai donné mon avis mais je n’ai fermé aucun sujet« 

Les maires l’ont longuement applaudi debout à la fin de l’échange, vers 22h10, quand il a prôné « une République de la délibération permanente ».

« J’ai donné mon avis mais je n’ai fermé aucun sujet« , a-t-il déclaré à l’AFP à la sortie. « J’ai beaucoup donné de faits, la réalité. Et j’ai donné un avis. Je dois me découvrir, avec sincérité », a-t-il dit, en promettant que durant ces deux mois ils rencontrerait aussi de simples citoyens.

Sa première sortie en région depuis un mois se déroulait sous haute sécurité. Aux cris de « Macron démission », une centaine de Gilets Jaunes s’étaient rassemblés à Grand Bourgtheroulde après avoir réussi à contourner les barrages. Les forces de l’ordre ont fait deux fois usage de gaz lacrymogènes pour les contenir et interpellé deux hommes.

Pour la première fois, le chef de l’Etat a nommé publiquement les Gilets Jaunes, ce qu’il avait évité depuis le début de leur mobilisation il y a deux mois.

« Réagir plus fort »

Cette crise est « une chance » pour « réagir plus fort » et continuer à réformer plus profondément, a-t-il plaidé, en se reprochant de ne pas avoir suffisamment impliqué les Français depuis son élection.

A Grand Bourgtheroulde, Emmanuel Macron a écouté les maires énumérer une longue liste des « doléances » de leurs administrés. « La France est malade. Il y a une grande souffrance », a témoigné l’un d’eux.

Et les élus de citer le pouvoir d’achat, la justice fiscale, le niveau des retraites ou l’affaiblissement des services publics en milieu rural. « Toutes ces fractures, on les a devant nous, et d’un seul coup, les choses s’effritent », a reconnu le chef de l’Etat, citant son prédécesseur Jacques Chirac et sa fracture sociale.

Courtois mais insistants, les élus ont suggéré plusieurs réformes: baisser la TVA sur les produits de première nécessité, rendre des compétences aux maires, rendre le vote obligatoire… D’autres en ont profité pour protester contre des normes. « Faites confiance aux maires« , ont réclamé les élus, dont plusieurs ont vu dans les Gilets Jaunes l’exemple d’un « réveil démocratique ».

Tombant la veste, debout au milieu des maires assis en rond autour de lui, Emmanuel Macron a défendu ses réformes, de la suppression de l’ISF à la hausse de la CSG. Et même la fermeture de la maternité de Bernay, un cas qu’il avait visiblement étudié. « Il est fort », commentaient nombre d’élus à la sortie.

Pour les convaincre, le président de la République a mêlé logique, chiffres et formules choc, parfois émaillées d’argot: « Il ne faut pas raconter de craques, c’est pas parce qu’on rétablira l’ISF que les gilets jaunes iront mieux. C’est de la pipe ».

Du côté des ouvertures, il a admis qu’il pouvait y avoir des aménagements au décret limitant la vitesse à 80 km/h et qu’il pourrait rendre aux communes la délivrance de la carte d’identité ou de la carte grise. Il s’est dit aussi prêt à réviser la loi NOTRe sur l’organisation des collectivités, bête noire des maires.

Acte II

Le président s’est également dit d’accord pour « donner une place » aux référendums citoyens – l’une des principales revendications des « gilets jaunes » — mais « pas sur tous les sujets ». Le cas du Brexit « nous dit beaucoup sur ces référendums qui paraissent sympathiques ».

« Sa majesté Jupiter étant toujours en train de parler en direct et depuis 15h sur toutes les chaînes d’infos du pays, on patiente en plateau sans être certain que le débat ait lieu… », a tweeté avec agacement vers 22 heures Jean-Luc Melenchon, coincé sur le plateau de CNews.

« Je tirerai des solutions véritables de ce débat car je veux en faire un acte II de mon mandat », a-t-il promis en conclusion.

L’enjeu est crucial pour Emmanuel Macron, qui compte reprendre l’initiative après deux mois de crise. Il aura fort à faire pour convaincre des Français méfiants, qui selon un sondage sont seulement 34% à croire que le débat permettra une sortie de crise.

L’opposition a elle critiqué la petite phrase qu’il a prononcé plus tôt devant le conseil municipal de Gagny (Eure), quand il a déclaré vouloir « responsabiliser » les personnes en situation de pauvreté car « il y en a qui font bien » et d’autres « qui déconnent ».

« L’année 2019 débute comme elle s’est achevée. Des débats s’ouvrent mais toujours le même mépris pour les Français ! », a dénoncé Valérie Soyer (LR). Olivier Faure, le patron du PS, a jugé « insupportable » cette « façon de jeter en pâture les plus faibles ».

(Source AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

L'eurodéputé Yannick Jadot (EELV) souhaite un "rapport de force écolo" qui soit "fort" dès le premier tour des élections municipales en mars 2020, se donnant pour objectif de "garder" Grenoble et en conquérir de nouvelles... comme Besançon où l'élue Anne Vignot devrait être tête de liste.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.92
ciel dégagé
le 18/09 à 18h00
Vent
2.27 m/s
Pression
1021.39 hPa
Humidité
63 %

Sondage