Guérison de Remonot : Jean Cairey-Remonay fait un don à l'Eglise

Publié le 07/03/2013 - 18:20
Mis à jour le 07/03/2013 - 18:24

A la suite de la révélation de la guérison oculaire de Jean Cairey-Remonay grâce à l’eau de la grotte de Remonot (lire notre article ICI), l’archevèque de Besançon, Mgr Lacrampe, indique que ce dernier ne souhaite pas entreprendre de démarche pour faire reconnaitre le caractère jusqu'ici inexpliqué de cette guérison et a déclaré son intention de faire un don à l'Eglise.

 ©
©

Un lieu de pèlerinage

Mgr Lacrampe explique qu’il n'a été saisi d'aucune demande et ne dispose d'aucun élément médical ni témoignage concernant ce cas de guérison. "Si cette personne a pu être soulagée dans sa maladie, on ne peut que s'en réjouir et rendre grâce", déclare-t-il.

L’archevêque de Besançon profite de cette actualité pour rappeler l’historique de cette grotte-chapelle, en se référant à une notice rédigée 1964 par l'abbé Dechaux : 

"La grotte est un lieu de pèlerinage du Haut-Doubs depuis des siècles. Depuis le VIIe siècle, cette grotte fut un ermitage dédié à la prière. Des ermites y furent toujours présents jusqu’au début du XVIIIe siècle. C’est ce qui explique la présence d’un autel des ermites à une dizaine de mètres de l’entrée, à gauche. Ils sont probablement à l’origine de l’évangélisation de toute cette région du Haut-Jura qui va de Saint-Hippolyte à Maîche, de Morteau à Pontarlier jusqu’à Mouthe. Au XIIe s. elle est déjà un lieu de pèlerinage fréquenté de longue date.

La source de Gésombrone qui se trouve dans la grotte procure une eau à laquelle l'on a depuis des siècles prêté des vertus bénéfiques.

Aujourd’hui inscrite au catalogue des Monuments Historiques, la grotte-chapelle consacrée en 1863 reste un lieu de pèlerinage très fréquenté, avec notamment trois rendez-vous par an : le lundi de la Pentecôte, le 15 août, et en septembre."

Bien d'Eglise, la grotte-chapelle de Remonot est également propriété d'une association civile, "Les Amis de Notre-Dame de Remonot", qui en assure l'entretien et en gère l'usage, en pleine communion avec l'archevêque de Besançon et les responsables de l'unité pastorale du Val de Morteau dont elle fait partie.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.23
couvert
le 24/07 à 0h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
93 %

Sondage