Harcèlement à l'UFR d’orthophonie de Besançon : le procureur appelle les étudiants à témoigner

Publié le 04/11/2021 - 17:07
Mis à jour le 04/11/2021 - 17:11

Une enquête est ouverte • Plusieurs étudiants de l’école d’orthophonie ont confié avoir été victimes de harcèlement moral. Les cours sont suspendus jusqu’au 14 novembre prochain. Etienne Manteaux, le procureur de Besançon, s’est exprimé à ce sujet ce 4 novembre 2021.

À gauche, Etienne Manteaux, le procureur de Besançon, à droite, le commandant Touris, adjoint au chef de la sureté départementale © Alexane Alfaro
À gauche, Etienne Manteaux, le procureur de Besançon, à droite, le commandant Touris, adjoint au chef de la sureté départementale © Alexane Alfaro

Depuis cinq ans, un mal-être général des promotions a été relevé. Etienne Manteaux, le procureur de Besançon, a eu à sa connaissance des signalements vieux de plus de 10 ans.

De nombreux d’élèves ont subit des remarques, des propos humiliants et dégradants de la part de l’équipe pédagogique. Au bord du burn-out, ces derniers ont souvent été menacés d’un redoublement, submergés de travail supplémentaire et rabaissés. Afin de pallier au stress, plusieurs élèves n'auraient pas hésité à prendre des anxiolytiques et des antidépresseurs.

"L’enquête s’est fixée sur ce qui applicable pénalement", a précisé ce jeudi le procureur. C'est pourquoi, les policiers doivent trouver des comportements d’enseignant qui auraient pu être humiliant et des faits de harcèlement qui ont pu entraîner des problématiques psychiques.

Le procureur appelle les victimes à se manifester

Le procureur souhaite que les éventuelles victimes se manifestent en contactant par téléphone le commissariat de Besançon.  Seuls les témoignages des élèves victimes de tels faits après le mois d'octobre 2015 pourront être pris en compte (avant les faits sont prescrits). "Les témoignages sur les réseaux sociaux ne peuvent pas être pris en compte. Il ne s’agit pas de déposer plainte mais de témoigner, être entendu", explique Etienne Manteaux qui précise que les étudiants doivent être entendus par des fonctionnaires de police.

Aucune plainte n'a été déposée. Les enseignants peuvent également aussi être entendus.

  • Pour rappel, les faits de harcèlement “simple” peuvent conduire à une peine d'un an d'emprisonnement.

Des cours suspendus

Les maîtres de stage, réunis en collectif, ont alerté le 14 octobre dernier la direction de l’université, plusieurs députés, la direction de l’école, le président du syndicat national des orthophonistes, et l’ARS.

Le vendredi 29 octobre, Macha Woronoff, la présidente de l’université de Franche-Comté, adressait un message aux étudiants leur annonçant la suspension des cours jusqu’au 14 novembre 2021.

Afin de venir en aide aux étudiants qui en ont besoin, la plateforme "SOS signalement, orientation et suivi" sera prochainement mise en place. Elle sera présentée devant la presse mardi 9 novembre 2021.

Propos recueillis auprès du procureur par Alexane Alfaro

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Pédopornographie : des habitantes demandent à Macron la révocation de leur maire

Des habitantes d'un village de Côte-d'Or ont écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de révoquer leur maire dont le refus de démissionner, malgré des poursuites pour consultation d'images pédopornographiques, est déjà contesté par une pétition, a-t-on appris vendredi 9 décembre 2022 auprès des auteures de la lettre.

Après Camaïeu, les magasins Go Sport pourraient également fermer...

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.62
légère pluie
le 09/12 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
94 %