Hausse du prix du gaz : la Jurassienne de Céramique Française "met en sommeil" son usine

Publié le 08/03/2022 - 17:19
Mis à jour le 10/03/2022 - 14:56

La Jurassienne de Céramique Française, ex-Jacob Delafon, fabriquant d’éléments sanitaires haut de gamme, a annoncé mardi 8 mars la « mise en sommeil » de son usine de Damparis dans le Jura en raison de la hausse des cours du gaz engendrée par la crise russo-urkrainienne.
 
 

 © Prefet39
© Prefet39

Le groupe français de robinetterie sanitaire Kramer avait racheté en décembre l’usine Jacob Delafon de Damparis, menacée de fermeture, au groupe américain Kohler. Datant de 1899, le site jurassien est le dernier en France à fabriquer des éléments sanitaires haut de gamme en céramique (WC, lavabos, bidets, vasques…).

"Au regard de la situation internationale actuelle et dans le but de préserver l'entreprise, (...) nous dénoncerons dans les prochaines heures le contrat d'approvisionnement de gaz qui nous lie à notre fournisseur actuel et ferons appel auprès de l'administration du travail au dispositif de chômage partiel", a expliqué dans un communiqué le président de la Jurassienne de Céramique Française (JCF), Manuel Rodriguez.

L'entreprise, propriété du groupe Kramer et qui compte actuellement 54 salariés, est liée à son fournisseur de gaz par "un contrat précaire" basé sur "un prix réel au jour le jour", particulièrement sensible aux variations du marché, explique-t-il.

"Depuis l'invasion de l'Ukraine, le nouveau cours du gaz, qui continue d'augmenter, nous amène à une dépense certaine de plus de 4 millions d'euros" cette année, pour une prévision de dépense initiale de 400.000 euros, souligne le président de la société.

Aux dépenses en gaz, "s'ajouteront les dépenses d'électricité qui sont également vertigineuses", ajoute-t-il. La "mise en sommeil" de l'entreprise, "en accord avec nos clients partenaires", vise à "préserver l'emploi et la trésorerie" sans toutefois "jeter l'éponge", selon M. Rodriguez. Celui-ci indique avoir "malgré tout validé les périodes d'essai des salariés déjà en poste".

La CJF, qui s'apprêtait à lancer de nouveaux appareils sanitaires, a repoussé "de six mois au moins" leur commercialisation. "Même à appliquer une hausse de nos prix de 400%, ce qui serait impossible au regard de la concurrence internationale, cela ne suffirait même pas à couvrir les charges fixes liées aux dépenses d'électricité et de chauffage", regrette M. Rodriguez.

Les particuliers et "beaucoup d'entreprises disposent encore d'un +bouclier+ lié au blocage du prix sur leur contrat d'approvisionnement actuel", "mais ces boucliers vont progressivement tomber et l'économie européenne ne s'en remettra pas", estime-t-il, comptant sur les pouvoirs publics "pour être à (ses) côtés".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.12
peu nuageux
le 25/02 à 0h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
88 %