Haute-Saône : une ouverture de la chasse pour faire "baisser la population de sangliers"...

Publié le 28/05/2020 - 08:32
Mis à jour le 27/05/2020 - 17:05

La préfète a ouvert la saison de la chasse ce 27 mai 2020 et se mobilise avec les acteurs concernés pour "faire baisser les populations de sangliers".

sanglier
image d'illustration © Nennieinszweidrei / Pixabay ©

Après la consultation du public et celle des membres de la CDCFS (commission consultative de la chasse et de la faune sauvage) de façon dématérialisée, la préfète a signé les textes organisant la chasse pour la saison 2020-2021.

"Cette saison est marquée par des évolutions importantes sur la gestion du sanglier dans le but, partagé par tous les acteurs, de faire baisser les populations. Pour 2019-2020, la Haute-Saône a connu sa troisième saison consécutive d’augmentation concomitante des dégâts faits aux cultures et des prélèvements de sanglier, alors que le Schéma Départemental de gestion Cynégétique adopté en 2018 se donnait comme objectif la maîtrise des populations de sangliers", explique la Préfecture qui indique que le plan de gestion sanglier rédigé par la fédération de chasse prévoit des mesures nouvelles pour faciliter les prélèvements, avec notamment l’attribution de bracelets à hauteur de 80 % des prélèvements de la précédente saison dès le début de la saison de chasse ainsi que la suppression des surcoûts liés aux bracelets de dépassement.

Cependant, la baisse des populations de sanglier ne pourra se faire qu’avec l’augmentation des prélèvements de femelles adultes, comme a pu le mettre en avant le groupe de travail réuni en début d’année 2020.

C’est le sens des arrêtés signés le 25 mai 2020 par la préfète de Haute-Saône qui prévoient, en accord avec tous les acteurs :

  • l’augmentation de 20 à 25 % du taux d’objectif de prélèvement de laies adultes sur les six communes points noirs,  la fixation d’un objectif de 20 % de prélèvements de laies adultes pour les 17 communes classées en alerte,
  • la mise en œuvre de battues administratives et/ou classement pour les territoires qui n’atteindront pas ces objectifs.

Compte tenu des enjeux du département, ces mesures sont renforcées par le marquage spécifique des laies sur les 23 communes classées en point noir ou point d’alerte ainsi que sur les 25 communes constituant des points de surveillance pour encourager ces prélèvements.

Sur ces communes, les femelles de plus de 50 kg ne seront marquées qu’avec un bracelet de transport, simplifiant largement les règles de prélèvement de celles-ci. Ces règles s’appliqueront ainsi à un ensemble de territoires prélevant plus du tiers du tableau de chasse du département.

Cette évolution du système de marquage, n’a pas pu faire l’objet d’un consensus de la CDCFS. Elle sera mise en œuvre en 2020-2021 à titre expérimental et fera l’objet d’une évaluation dans le cadre général de l’évaluation de la mise en œuvre du schéma départemental de gestion cynégétique telle qu’elle a été prévue en 2018.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Mouvements de terrain en Haute-Saône : 21 communes reconnues en état de catastrophes naturelles

Par arrêté interministériel du 24 novembre 2020 publié au Journal Officiel du 3 décembre 2020, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu à 21 communes de Haute-Saône pour mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur 4 périodes différentes, au titre de l’année 2019.

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.32
couvert
le 05/12 à 21h00
Vent
1.16 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
94 %

Sondage