"J'ai gagné !" - Retour en images sur l'action de Stéphane Turillon ce lundi midi à Cusance...

Publié le 01/02/2021 - 18:01
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:38

C'est aujourd'hui que l'un des restaurateurs les plus médiatisés de France, Stéphane Turillon, organisait ce lundi 1er février à midi une action pour demander haut et fort la réouverture des restaurants fermés depuis octobre 2020. Il n'a pas rouvert son restaurant à Cusance comme il l'avait prévu, mais a offert le déjeuner aux 200 clients présents…

"J'ai gagné" a déclaré Stéphane Turillon à plusieurs reprises ce midi. "J'ai gagné parce que regardez, les gens ils sont là dans un village de 70 habitants". Il explique, à l'heure pendant laquelle d'autres restaurateurs proposent des formules à emporter, "mon travail n'est pas de faire du click and collect, mon travail aujourd'hui est de faire une marche solennelle pour aller jusqu'au cimetière parce que si l'État ne prend pas la mesure de ce qu'il se passe, ce drapeau – français - , il brûlera".

Par ailleurs, le gérant de La Source Bleue a déclaré : "On ne rouvre pas parce que je risque d'aller en prison, de perdre mes indemnités" et "même de fermer définitivement". Pour lui, "l'important, ce n'est pas tant d'ouvrir un restaurant que la symbolique de notre action", a-t-il dit à l'AFP après avoir annoncé à plusieurs reprises depuis début janvier la réouverture de son établissement lundi et appelé ses collègues à faire de même.

Alexane Alfaro © AA

"Aujourd'hui, si l'État ne fait pas d'effort, voilà ce qui se passera…"

Après avoir chanté la Marseillaise avec les 200 clients, Stéphane Turillon et l'équipe de son restaurant La Source Bleue ont distribué gratuitement des repas avec au menu : pizzas et friture de poisson. Le ventre plein, les manifestants, menés par le restaurateur, ont marché sur environ 1 km pour atteindre le cimetière du village. Là-bas, le chef y a déposé son tablier ainsi que le drapeau français en berne : "En symbolique de la fermeture des restaurants, des discothèques, des cafés, des salles de spectacle, des théâtres, de tout l'artisanat français, je pense aussi à tous mes amis saisonniers, à beaucoup de monde… je dépose mon tablier. Aujourd'hui, si l'État ne fait pas d'effort, voilà ce qui se passera…"

Alexane Alfaro ©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Annulation des festivals cet été : le sénateur Perrin écrit à la ministre de la Culture…

En 2021, le festival des Eurockéennes de Belfort est annulé pour la deuxième année consécutive en raison de l'épidémie de Covid-1. Le sénateur du Territoire de Belfort a écrit, le 9 avril dernier, à la ministre de la Culture, un courrier relatif aux attentes des forces organisatrices des festivals "à jauge debout".

Pas d’AstraZeneca en Moselle, à cause du variant sud-africainLire plus

Social

Mineurs isolés à la rue : une association réquisitionne un logement de l’État à Besançon

Suite à l'absence de réponse à la demande d'aide à l'État, au Département du Doubs et à la municipalité de Besançon pour héberger des jeunes mineurs isolés à la rue, l'association Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) a décidé d'investir un logement bisontin appartenant à l'État depuis début avril 2021.

Journée mondiale de la santé le 7 avril : un syndicat veut « marquer le coup » à Besançon

Alors qu'un nouveau confinement, même "souple", commencera le 3 avril pour lutter contre la propagation de la Covid-19 et limiter les hospitalisations dans les hôpitaux quasi-saturés, le syndicat Sud du CHU de Besançon veut "marquer le coup" le 7 avril à l'occasion de la journée mondiale de la Santé.

Sursis d’un mois pour la fonderie MBF Aluminium

La justice commerciale a accordé un sursis d'un mois à la fonderie automobile MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura) en redressement judiciaire qui emploie 250 salariés permanents, a-t-on appris mercredi de source syndicale. Le tribunal de commerce de Dijon (Côte d'Or) a fixé au 27 avril la prochaine audience qui prendra une "décision définitive" sur l'avenir de l'entreprise, productrice de carters de moteurs et des éléments de boîtes de vitesse, a indiqué Nail Yalcin, délégué CGT.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.75
couvert
le 15/04 à 18h00
Vent
4.52 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
42 %

Sondage