Journée de solidarité : que doit rapporter le lundi de Pentecôte ?

Publié le 21/05/2018 - 15:56
Mis à jour le 21/05/2018 - 17:04

Férié, pas férié ? Ça dépend des entreprises ! Si certains salariés passe un second « dimanche » à se reposer, d’autres sont au travail ce lundi 21 mai 2018, jour de Pentecôte, mais aussi journée de solidarité… Combien cette journée doit-elle rapporter ? Et à qui ? Réponses.

 ©
©

Depuis 2004, le lundi de Pentecôte est appelé "journée de solidarité" pour financer une meilleure prise en charge des personnes dépendantes dans les maisons de retraite et les structures spécialisées. Pourquoi ? En 2003, une canicule meurtrière avait fait 15 000 morts notamment chez les personnes âgées. 

Les actifs et les retraités mettent la main à la poche

En 2018, cette journée de solidarité devrait rapporter 2,42 milliards d'euros selon la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Comment et à qui ? L'employeur verse à l'État ce qu'il devrait verser au salarié, soit la contribution solidarité autonomie (CSA) s'élevant à 0,3% de la masse salariale de l'entreprise.

Certains retraités doivent aussi mettre la main à la poche depuis le 1er avril 2013 : il s'agit de la "contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie (CASA).

Un jour redevenu férié en 2008

Depuis 2008, le lundi de Pentecôte est redevenu férié. La journée est depuis laissée à l'appréciation des employeurs publics et privés. Certains suppriment un jour de congé ou de RTT, d'autres offrent cette journée à leurs salariés, mais tous s'acquittent d'une contribution (0,3% de la masse salariale) à la CNSA, chargée de sa mise en oeuvre. 

Infos +

  • En 2017, la journée de solidarité avait rapporté 2,37 milliards soit 1,42 milliard pour les personnes âgées et 946 millions pour les personnes handicapées.
  • Depuis sa mise en place en 2004, cette journée a permis de collecter près de 30 milliards d'euros, selon la CNSA dans un communiqué.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Nouveau resto, nouveaux dinos… Le Dino Zoo entre dans une nouvelle ère

Après une saison 2022 record avec 134.200 visiteurs, le parc Dino-Zoo à Étalans et ses célèbres dinosaures vont faire écaille neuve en 2023. Un chantier d’envergure et des investissements conséquents qui vont permettre au célèbre parc du Doubs, d’entrer dans une nouvelle ère et de rivaliser avec les grands sites touristiques nationaux…

Rejets dans les milieux naturels : dans le Doubs, 9 fromageries sur 10 respectent désormais la réglementation

Annoncé et signé à l’automne 2022, à l’initiative de Jean-François Colombet, préfet du Doubs, et de Christine Bouquin, présidente du conseil départemental du Doubs, le plan rivières karstiques 2022 - 2027 est une démarche de reconquête de la qualité de l’eau des rivières du Doubs, regroupant l’ensemble des partenaires publics du département.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.11
partiellement nuageux
le 27/01 à 12h00
Vent
5.13 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
78 %