Jura: le groupe Kramer de nouveau candidat au rachat de l'usine Jacob Delafon, menacée de fermeture

Publié le 09/03/2021 - 08:09
Mis à jour le 09/03/2021 - 08:09

Le groupe français Kramer, spécialisé dans la robinetterie sanitaire, s’est de nouveau porté candidat lundi au rachat de l’usine de sanitaires en céramique Jacob Delafon de Damparis (Jura), propriété du groupe américain Kohler, qui souhaite y cesser ses activités.
 

 © Google map
© Google map

"Le groupe Kramer se porte de nouveau candidat au rachat du site de production de céramique sanitaire Jacob Delafon auprès du groupe américain Kohler", a fait savoir dans un communiqué la PME française, installée à Etain (Meuse).

Cette annonce constitue un revirement. Début février, Kramer, qui compte 112 collaborateurs pour un chiffre d'affaires annuel de 30 millions d'euros, s'était positionné comme candidat à une reprise partielle du site Jacob Delafon, dernier fabricant français de sanitaires en céramique haut de gamme, visé par un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Il avait annoncé son intention de reprendre 91 salariés sur 140, en s'appuyant sur des productions pour le compte de Kohler dans un premier temps, jusqu'en juin 2022, le temps d'étoffer un portefeuille de clients.

Mais se trouvant "dans l'impossibilité de répondre aux conditions et délais imposés par le groupe Kohler" pour une éventuelle reprise, et au regard de "l'opacité dont faisait preuve le groupe Kohler en matière d'informations",

Kramer avait finalement retiré son offre le 26 février.

Depuis, des échanges complémentaires ont eu lieu entre des salariés de l'usine Jacob Delafon et les dirigeants du groupe Kramer, qui ont été incités à formuler une nouvelle proposition.

Le nouveau projet repose "sur une nouvelle activité qui ne dépend plus du groupe Kohler", annonce Kramer. Celui-ci dit vouloir laisser le PSE aller à son terme, pour ensuite embaucher ceux qui le souhaiteront. "Les futurs ex-salariés seront les bienvenus", a-t-il indiqué.

Une inconnue subsiste quand à la volonté de Kohler de vendre ou non le site à l'issue du PSE à un concurrent potentiel, ce qui, dans l'hypothèse négative, annihilerait tout maintien de l'activité.

"La loi française oblige Kohler à chercher un repreneur, mais ne l'oblige pas à en trouver un, ni à céder son site s'il en trouve un, il peut se réfugier derrière son droit de propriété", a souligné auprès de l'AFP maître Philippe Brun, avocat du comité d'établissement de l'usine.

La proposition de Kramer "ouvre des perspectives positives", et "est étudiée par la direction", a fait savoir le groupe Kohler.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Météo des forêts, chèque énergie, gaz… ce qui a changé depuis le 1er juin 2023

Comme en début de chaque mois, des évolutions sont à noter dans plusieurs domaines. À partir de ce jeudi 1er juin 2023, des changements prendront effet dans le domaine des contrats d'assurance, du tarif réglemnté du gaz, le dispositif de chéque énergie bois ou encore dans la sensibilisation des feux de forêts à l'approche de l'été en France.

video grande heure nature village

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 24.02
ciel dégagé
le 02/06 à 18h00
Vent
3.43 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
56 %