L’État dit non aux discriminations !

Publié le 23/02/2017 - 16:09
Mis à jour le 24/02/2017 - 08:33

Lors d’un déplacement à Montbéliard, ce jeudi 23 février 2017, la Secrétaire d’État chargée de la ville, Hélène Geoffroy a présenté deux outils pour la prévention et la lutte contre les discriminations : un guide interministériel de lutte contre les discriminations et le livret "Discriminations, c’est non !"

Les deux outils sont complémentaires. Ils sont destinés à la prévention, la formation et la lutte contre les discriminations. Le premier est un guide interministériel. Il s’adresse aux services de l’État, aux opérateurs de service public, aux associations et aux élus locaux. Il recense quatre catégories d’information parmi lesquelles les formations possibles, les moyens d’accompagner et faciliter les démarches des victimes de discrimination ou encore les dispositifs et actions existant en matière de lutte contre les discriminations dans différents domaines (éducation, emploi, culture, logement, citoyenneté…)

Un livret pour le grand public

Le livret "Discriminations, c’est non !" est destiné au grand public et sera mis à disposition dans les mairies, pôles emploi, caisses d’allocations familiales, centres sociaux, maisons de service au public, etc. "Principalement composé d’exemples de discriminations tirés du quotidien, il doit pouvoir aider chaque citoyen à identifier une situation discriminante qui, quelle qu’en soit la déclinaison, constitue un délit passible de sanctions." L’usager y trouvera les interlocuteurs à qui s’adresser et les démarches à engager.

Cette initiative s’inscrit dans le prolongement du plan de lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT, lancé par Hélène Geoffroy le 21 décembre dernier.

Info + 

Qu'est-ce qu'une discrimination ? Qui contacter ? Où porter plainte ? Pour lutter contre ces inégalités de traitement illégales dans l'emploi ou le logement notamment, un guide est publié jeudi, avec une version "grand public" et une autre destinée aux administrations ou associations.

Sous le slogan "Discriminations, c'est non !", ce "guide pratique" se veut une "boîte à outils" recensant l'ensemble des interlocuteurs, mesures, plans d'actions ou documents pouvant être utilisés lutter contre les discriminations.

Il s'agit de combattre des "entailles au principe d'égalité" qui "viennent entacher le pacte républicain et fragiliser la cohésion nationale", souligne le document d'une cinquantaine de pages dans sa version destinée aux services de l'Etat.

"La question des discriminations est une réalité et ne relève pas seulement du ressenti, et il faut pouvoir les identifier pour réagir", a déclaré  la secrétaire d'Etat à la Ville.

Le document donne des exemples concrets: "J'ai déposé une demande de logement. Mon interlocuteur n'a pas souhaité l'enregistrer sous prétexte qu'une famille d'origine africaine habite déjà l'immeuble", "mon médecin refuse de me soigner parce que je suis transgenre", "on ne me confie plus de dossiers importants depuis que j'ai été élu délégué syndical"...

"Les gens ne déclarent pas forcément les discriminations, en se disant que ça ne sert à rien", constate Hélène Geoffroy, pour qui "il faut lutter contre ce sentiment". Le guide compile donc les numéros utiles -- aide aux victimes, défenseur des droits... -- et rappelle que la loi recense "23 critères prohibés" de discrimination: origine, sexe, état de santé, mais aussi moeurs, âge ou "particulière vulnérabilité économique".

L'auteur d'une discrimination encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, et cinq ans si celle ci a été commise dans un lieu accueillant du public.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.78
ciel dégagé
le 28/02 à 12h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
47 %

Sondage