La dérogation de Moscovici pour rouler en DS5 Hybride

Publié le 16/10/2012 - 09:37
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:26

Pour leurs déplacements, les membres du gouvernement respectent les consignes de discrétion et de sobriété édictées par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sauf … Pierre Moscovici. Le ministre de l’économie roule en  Citroën DS5 hybride comme le président Hollande. Argument de Bercy : c’est une voiture fabriqué chez lui dans le Pays de Montbéliard.

 ©
©

made in Franche-Comté

L’ l'hebdomadaire "Auto Plus"  a publié une enquête lundi dans laquelle il révèle que les consignes de discrétions de Jean-Marc Ayrault pour les déplacements de ministres, règle par ailleurs édicté par son prédécesseur François Fillon.

Auto Plus relève que les ministres ont "obéi à la règle du passage à la catégorie inférieure" pour leur véhicule de fonction. Il épingle toutefois Pierre Moscovici (Economie) qui a obtenu une "dérogation" et circule dans une Citroën DS5 hybride, comme le président François Hollande. Une dérogation peut-être aussi pour consoler Pierre Moscovici de ne pas avoir le permis de conduire !  

Plus sérieusement, Bercy a confirmé la demande de "dérogation" du ministre, en faisant valoir que c'était "une voiture fabriquée chez lui" dans l’usine PSA de Sochaux. "C'est aussi un moyen de promouvoir son territoire" explique-t-on en précisant que  le ministère avait mis fin au "leasing" de la C6 du prédécesseur de M. Moscovici.

Auto Plus note que les escortes (motards, etc.) des ministres sont plus légères, voire absentes, comme pour Marisol Touraine ou Michèle Delaunay.     L'hebdomadaire affirme avoir constaté, "en suivant les ministres durant un mois, très peu d'infractions au code de la route": deux feux rouges grillés, l'un par le véhicule de Delphine Batho et l'autre par l'escorte de Jean-Marc Ayrault.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Région prévoit plus de 65,5 millions d’euros d’aides en Bourgogne-Franche-Comté 

Réunis en commission permanente, vendredi 7 mai, les élus régionaux ont voté plus de 65,5 millions d’euros d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19