Alerte Témoin

La justice valide la reprise du site dijonnais du fabricant de mâts d'éoliennes Francéole

Publié le 29/09/2017 - 17:06
Mis à jour le 15/04/2019 - 16:47

Le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône a validé ce vendredi 29 septembre 2017  une offre de reprise de l'usine dijonnaise du fabricant bourguignon de mâts d'éoliennes Francéole, l'un des deux sites de cette entreprise placée en redressement judiciaire le 17 mai, selon une source proche du dossier.

Le fonds d'investissement néerlandais Nimbus, nouveau propriétaire, reprend la totalité des 55 emplois à Longvic, dans l'agglomération dijonnaise, et propose, en plus, un reclassement à 12 salariés licenciés du site du Creusot (Saône-et-Loire), dont l'activité n'avait été que partiellement reprise début septembre.

Le 7 septembre, la même juridiction avait ainsi accepté l'offre du groupe Matière pour l'usine du Creusot, qui garantissait le maintien de 46 emplois sur 100, associée à un plan social de 300.000 euros. La production de mats d'éoliennes y est remplacée par celle de ponts en métal, spécialité de Matière depuis 1932. Sur le site de Longvic, en revanche, Nimbus continuera de produire des mâts d'éoliennes.

"Un grand soulagement"

"C'est un grand soulagement pour les salariés", s'est félicité le représentant du personnel Imad Khouadri. Le repreneur "s'est manifesté tardivement. Nous n'y croyions plus tant que ça. Nous étions dans l'incertitude depuis quelques mois", a-t-il ajouté.

Le montant de la reprise du site de Longvic est de 175.000 euros et celui du site du Creusot de l'ordre de 200.000 euros, de source proche du dossier. Francéole a réalisé 29 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 mais sa trésorerie ne couvrait ses besoins que jusqu'à fin septembre-début octobre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     23.35
    partiellement nuageux
    le 09/08 à 21h00
    Vent
    1.21 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    62 %

    Sondage