La métropole parisienne influence-t-elle la Bourgogne-Franche-Comté ?

Publié le 13/06/2019 - 18:02
Mis à jour le 13/06/2019 - 16:37

Selon une étude de l'Insee dévoilée ce jeudi 13 juin 2019, il apparaît ainsi un espace ayant une certaine continuité dans ses dynamiques de développement, qui s’étend au-delà de la région Île-de-France, sur douze départements des cinq régions limitrophes dont fait partie la Bourgogne-Franche-Comté…

Tour Eiffel
©https://pixabay.com/fr/photos/tour-eiffel-paris-france-768501/

Si un Français sur six habite dans l’agglomération parisienne et qu’un Français sur cinq y travaille, qu’en est-il des territoires situés aux abords de la capitale ? Bénéficient-ils eux aussi des retombées de la dynamique parisienne ? Quels enjeux spécifiques se posent pour ces territoires ?

PUBLICITÉ

Voici les départements influencés : l’Yonne pour la Bourgogne-Franche-Comté, l’Eure-et-Loir, le Loiret, le Loir-et-Cher, l’Indre-et-Loire pour le Centre-Val de Loire, la Marne, l’Aube pour le Grand Est, l’Aisne, la Somme, l’Oise pour les Hauts-de-France et la Seine-Maritime,
l’Eure pour la Normandie.

© Insee

Par quoi cela s’explique-t-il ?

L’étude relève que l’agglomération parisienne dépasse très nettement les autres agglomérations françaises en nombre d’habitants. Cette primauté de la capitale dans la hiérarchie urbaine se traduit par une organisation particulière de l’armature urbaine qui l’entoure, « laissant peu de place aux grandes villes« , est-il indiqué. 

Néanmoins, les territoires limitrophes à l’Île-de-France bénéficient de dynamiques de développement plus favorables que ceux qui sont plus éloignés des limites de la région parisienne, en lien avec des relations plus intenses avec celle-ci, même si cet effet s’estompe depuis la crise économique. 

L’évolution de l’emploi et de la population s’organise de façon « concentrique » autour des plus grandes agglomérations de France, indique l’Insee qui explique qu’au cours « de ces dernières décennies, les dynamiques les plus positives se constatent non pas au cœur de l’agglomération parisienne, mais sur ses alentours ».

Cet espace où les dynamiques d’emploi ou de population sont plus favorables sur le long terme s’étend sur un rayon de plus de 100 km autour de la capitale, dépassant ainsi les frontières de l’Île-de-France. Au-delà, d’autres grandes villes sont présentes et interagissent avec leur environnement : Orléans, Rouen, Amiens, puis Reims et Troyes. Ces dernières peuvent constituer des relais de l’influence de l’agglomération parisienne pour leurs alentours qui n’ont pas forcément d’échanges privilégiés directs avec l’Île-de-France.

D’autres études à venir…

Cette étude a été produite dans le cadre d’un partenariat entre le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et l’Insee, grâce aux travaux menés en collaboration avec les Secrétariats généraux pour les affaires régionales (SGAR) et les Directions régionales de l’Insee d’Île-de-France, de Bourgogne-Franche-Comté, du Centre-Val de Loire, du Grand Est, des Hauts-de-France et de Normandie.
Elle est accompagnée d’autres études à paraître : au total, entre le mois de juin et la fin 2019, six études réalisées par des directions régionales de l’Insee seront publiées.

Ces publications porteront entre autres sur les flux démographiques et sur les dynamiques des territoires aux franges du bassin parisien. Elles couvriront un vaste territoire composé de 20 départements et s’étalant sur six régions allant de la Baie de Somme à la Touraine, et du Perche jusqu’au vignoble de Champagne.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.27
partiellement nuageux
le 17/07 à 3h00
Vent
0.92 m/s
Pression
1015.95 hPa
Humidité
93 %

Sondage