La Ville de Besançon travaille à être une meilleure terre d’accueil pour les réfugiés

Publié le 04/11/2021 - 14:00
Mis à jour le 04/11/2021 - 08:15

La Ville de Besançon souhaite signer avec l’Etat un contrat territorial d’accueil et d’intégration des réfugiés (CTAIR). Ce dernier permettra de mieux répondre aux besoins des personnes arrivant sur le territoire. Cet axe sera soumis au vote lors du Conseil municipal de Besançon ce jeudi 4 novembre 2021.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Au 30 juin 2021, la Ville de Besançon comptait 146 personnes bénéficiaires de la protection internationale et 213 personnes, primo-arrivants signataires d’un contrat d’intégration républicaine (CIR). Au total sur l’année 2021, les deux catégories devraient représenter 500 personnes à Besançon.

Pilotés par la Délégation Interministérielle à l'Accueil et à l'intégration des Réfugiés (DIAIR), les contrats territoriaux d’accueil et d’intégration (des réfugiés) CTAI(R)) sont signés conjointement par des collectivités territoriales et les préfectures afin de mettre en œuvre des actions concrètes à l’attention des personnes bénéficiaires de la protection internationale et des primo-arrivants.
La Ville de Besançon a manifesté le souhait de s'engager dans cette démarche de contractualisation avec l'Etat.

  • Ce contrat s'inscrit sur une période d'un an renouvelable et une enveloppe de 150.000 € est allouée par l'Etat pour l’ensemble de ce nouveau dispositif.

Plusieurs objectifs sont portés à travers ce contrat :

  • La prise en charge de la santé mentale dans le cadre du parcours de santé des migrants, et du développement d’une offre d'accompagnement spécialisée notamment dans la prise en charge des psychotraumatismes.
  • La jeunesse afin de développer la connaissance de leurs droits, les faire participer à la vie de la Cité à travers des parcours de découverte d'activités.
  • Le logement et l’articulation avec l’ensemble des dispositifs concourant à l’approche "Logement d’abord".
  • L’accès à la culture des primo-arrivants en facilitant la mobilisation des outils d’appropriation culturels et en accueillant les artistes issus de l'immigration dans une volonté de développer l'interculturalité.
  • L'insertion professionnelle des étrangers primo-arrivants afin de pourvoir des filières professionnelles pour les emplois en tension sur la Ville.

Quelle est la différence entre une personne bénéficiaire de la protection internationale et un primo-arrivant ?

Un primo-arrivant est un étranger en situation régulière vis-à-vis du droit au séjour. Il est signataire d’un contrat d’intégration républicaine (CIR) à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Il s’engage donc dans un parcours d’intégration républicaine. Ils sont considérés comme "primo-arrivants" durant les cinq premières années de leur installation en France.

Les bénéficiaires de la protection internationale (réfugiés victimes de persécution qu’atteinte aux droits et protégés subsidiaires risquant la peine de mort, la torture…) s’inscrivent dans ce cadre général et sont également destinataires d’actions spécifiques visant à faciliter leur intégration en prenant en compte leurs vulnérabilités particulières.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Un Français n’obtient pas la naturalisation suisse… après avoir tondu le gazon les jours fériés

INSOLITE • Un résident français de Clos-du-Doubs, commune suisse du canton du Jura, s’est vu refuser la naturalisation suisse lors de l’assemblée communale du canton du Jura le 10 avril 2024. Pourquoi ? Il lui a été reproché notamment d’avoir tondu sa pelouse pendant des jours fériés, rapporte nos confrères du Quotidien Jurassien.

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Effondrement rue de Vesoul : une période charnière commence…

Les études, investigations et travaux menés jusqu’ici permettent de dire que la période actuelle est une période charnière, selon le dernier communiqué du Département du Doubs en date du 12 avril 2024 : les travaux restant à effectuer et leurs délais de réalisation pour le rétablissement de la route départementale 572 demeurent de plus en plus concrets.

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.2
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
89 %