L’âge d’or - Paradis, utopies et rêves de bonheur, de Brueghel à Signac à voir au musée Courbet

Publié le 26/06/2023 - 07:00
Mis à jour le 28/08/2023 - 11:16

PUBLI-INFO • Exposition du 24 juin au 1er octobre 2023 au musée Gustave Courbet, avec le soutien exceptionnel de l’Établissement public du musée d’Orsay – Valéry Giscard d’Estaing.

  • Commissariat : Benjamin Foudral, directeur du musée et pôle Courbet ; Elinor Myara Kelif, docteur en histoire de l’art.

Apparu dès l’Antiquité, le mythe de l’âge d’or raconte ce moment originel de  l’humanité où l’homme vit en parfaite harmonie avec la nature et les dieux, où les espèces cohabitent pacifiquement et où une nature généreuse et abondante pourvoit à tous leurs besoins. Bien plus qu’un récit, ce mythe décrit un état?: celui d’une humanité heureuse, harmonieuse et innocente, vivant en paix, dans un lieu préservé et bienfaiteur.

Vision nostalgique pour certains, image d’un présent ou d’un futur possible pour d’autres, ce mythe résonne avec les préoccupations de chaque société. Il amène à questionner notre rapport à la nature, interroger les notions de paix sociale, de justice, d’abondance, et surtout de bonheur collectif.

Maurice Denis (1870-1943), Le Paradis 1912 Huile sur bois ; 50 x 75 cm Paris, musée d’Orsay – Inv. RF 1941 35 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Suite aux redécouvertes des textes antiques, les penseurs et artistes de la Renaissance ont actualisé et mis en images le mythe. Fréquemment convoqué pour penser la société et répondre aux préoccupations de son époque, celui-ci perdure, réinterprété au fil des siècles et des circonstances.

Le XIXe siècle ne déroge pas à la longue tradition d’attente du retour de l’âge d’or. Il y revêt cependant un nouveau visage, cristallisant les espoirs d’un monde meilleur, en réponse directe aux difficultés, multiples crises et bouleversements que connaît l’Europe à cette époque.

Par une réunion inédite d’œuvres de la Renaissance, notamment celles de Giorgio Vasari (1511-1574), Jacopo Zucchi (1542-1596) ou Jan Brueghel le Jeune (1601-1678), avec celles du XIXe siècle, d’Ingres (1780-1867) à Signac (1863-1935), l’exposition L'âge d'or explore la survivance de ces images du bonheur, mais aussi de leurs évolutions et interprétations.

Jacopo Zucchi (1541-1590), L’Âge d’or Vers 1570 Huile sur bois ; 50 x 38,5 cm Florence, gallerie degli Uffizi, Galeria delle Statue e delle Pitturearis – Inv. 1890 n. 1548 © Gabinetto Fotografico delle Gallerie degli Uffizi

Le musée Courbet à Ornans

Au cœur du territoire tant aimé du peintre et installé dans sa maison de jeunesse, le musée Courbet, labellisé «musée de France», présente la plus vaste collection publique des œuvres de Gustave Courbet.
Il réunit, dans sa collection permanente, environ 400 œuvres dont une soixantaine de Courbet. Les expositions temporaires sont au nombre de deux par an au musée Courbet à Ornans.

La muséographie du parcours permanent a été intégralement repensée en 2021 et propose un discours renouvelé, permettant d'approcher la complexité de Gustave Courbet et son œuvre. Le numérique a également fait son apparition dans le parcours avec la mise en place d'un compagnon de visite. Accessible sur tous les smartphones via un réseau Wifi dédié, ou par des tablettes tactiles mises à disposition à l'accueil, cet outil numérique permet d'accompagner le visiteur, d'obtenir du contenu scientifique ou historique sur les œuvres. Inclusif et simple d'utilisation, le compagnon de visite propose une visite en audio description, en langue des signes française. L'ensemble des éléments est disponible en français, anglais ou allemand.

Le musée Courbet, comme quatre autres musées en France, bénéficie d'un partenariat privilégié avec l'Établissement public du musée d'Orsay - Valéry Giscard d'Estaing.

Infos pratiques

  • Musée départemental Gustave Courbet
  • 1 place Robert Fernier
  • 25290 Ornans
  • 03 81 86 22 88

Horaires d’ouverture :

  • De juin à septembre : tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h
  • D’octobre à mai : le lundi de 14h à 17h et du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.8
légère pluie
le 16/06 à 21h00
Vent
2.13 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
87 %