L'ascenseur social ne s'arrête pas aux mêmes étages en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 08/11/2015 - 11:32
Mis à jour le 08/11/2015 - 22:29

Les chances d'ascension sociale des enfants d'ouvriers et d'employés varient du simple au double selon leur département de naissance, au top en Ile-de-France, en panne dans le nord du pays, indique une étude de France Stratégie. La mobilité ascendante est de 47 % à Paris. En Franche-Comté elle oscille de 26,9% en Haute-Saône à 34,8% dans le Jura. 

ascenseursocial.55.jpg
Proportion des enfants d'ouvriers et employés devenus cadres et professions intermédiaires, selon le département de naissance :. © France Stratégie
PUBLICITÉ
  • Ascenseur social rime avec accès à l’éducation: l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur en particulier s’avère l’un des facteurs clés.

 Si l’on est issu d’un milieu modeste, mieux vaut être né Parisien… 

La « mobilité ascendante » atteint 47% à Paris contre 24,7% dans l’Indre ou la Creuse, selon cette analyse sur « La géographie de l’ascension sociale ». L’Ile-de-France apparaît comme la championne en ce domaine: dans les générations récentes, 40% des jeunes actifs, enfants d’ouvriers ou d’employés, occupent des positions professionnelles moyennes ou supérieures. C’est aussi, de loin, la région qui contribue le plus à l’ensemble de la mobilité sociale ascendante en France: près de 20% des « promus » y sont nés. Les enquêtes montrent aussi que les natifs franciliens résidant dans une autre région réussissent moins bien socialement que ceux qui y habitent toujours.

Les chiffres en Bourgogne Franche-Comté 

Proportion des enfants d’ouvriers et employés devenus cadres et professions intermédiaires, selon le département de naissance :

  • Doubs : 30,8%
  • Jura : 34,8%
  • Territoire-de-Belfort : 34,7%
  • Haute-Saône : 26,9%
  • Saône-et-Loire : 31,8%
  • Côte d’Or : 32,8%
  • Nièvre : 29,5%
  • Yonne : 29,5% 
  • Paris : 47,2%

Partout ailleurs, ceux qui ont changé de région depuis leur naissance affichent en moyenne un taux de mobilité ascendante de dix points supérieur aux autres. En dehors de l’Ile-de-France, l’ascenseur social fonctionne bien en Bretagne, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes. Ces cinq régions concentrent l’essentiel des départements à fort taux de mobilité vers le haut.

Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Poitou-Charentes dans le bas du classement

En revanche, l’ascenseur marche mal en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais et le Poitou-Charentes. Seulement un peu plus d’un quart des enfants d’ouvriers et d’employés y ont connu une ascension sociale dans les générations les plus récentes.

En France,  entre les générations de baby-boomers de 1950-1964 et les suivantes de 1965-1979, le taux de mobilité ascendante est passé de 25% à 33%. Tous les départements de naissance ont enregistré une augmentation, à l’exception de l’Hérault qui a stagné (-0,1 point). 

L’éducation, une variable prépondérante

La mobilité sociale apparaît faiblement liée au dynamisme économique des territoires, mais le niveau d’éducation se révèle une variable prépondérante au niveau local. Là encore, d’un département de naissance à l’autre, les taux de diplômés du supérieur varient du simple au double parmi les enfants d’ouvriers et d’employés.

La « massification » de l’enseignement supérieur depuis un quart de siècle n’a pas gommé les disparités géographiques, avec les mêmes effets quantitatifs dans les régions favorisées et défavorisées: hausse de 10 points de taux de diplômés associée à une hausse de 6 points des chances d’ascension sociale.

 Le rattrapage de ces disparités ne semble pas avoir eu lieu pour les générations nées entre 1980 et 1990, avec des écarts de taux d’accès au supérieur de 15 points entre départements extrêmes, relève l’étude. « Ces premiers résultats soulignent le rôle que peuvent jouer les politiques publiques pour compenser les écarts liés au lieu de naissance », relève France Stratégie qui préconise des pistes pour améliorer l’accès au supérieur, comme une aide à la mobilité géographique ou des académies décloisonnées.

(Avec AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.89
ciel dégagé
le 19/07 à 9h00
Vent
2.34 m/s
Pression
1017.14 hPa
Humidité
65 %

Sondage