Le Bronzino du musée des Beaux-Arts de Besançon a retrouvé sa terre italienne...

Publié le 20/09/2017 - 14:23
Mis à jour le 21/09/2017 - 16:55

Une des toiles phares du Musée des Beaux-Arts de Besançon, « La Déploration sur le Christ mort » du peintre Agnolo di Cosmo di Mariano, dit Bronzino, partie en direction du musée du Palazzo Strozzi de Florence, en Italie, mardi 12 septembre 2017 est arrivé à destination.

 ©
©

Cette œuvre d'art a été peinte à Florence par Bonzino il y a 472 ans, comme aiment a? le rappeler Carlo Falciani et Antonio Natali, commissaires de la prestigieuse exposition Le XVIe?me sie?cle a? Florence. Entre Michel-Ange, Pontormo et Jean de Bologne. 

Elle était à Besançon depuis 1545. C'est donc un véritable retour aux sources pour "La Déploration sur le Christ mort" qui restera dans sa ville d'origine pendant une année dans le cadre de l'exposition Le XVIe?me sie?cle a? Florence. Entre Michel-Ange, Pontormo et Jean de Bologne, consacrée au maniérisme florentin, au Palais Strozzi de Florence. Et c'est le maire de Florence lui-même qui avait contacté Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, en 2016 pour lui demander ce prêt, ce que ce dernier avait accepté presque immédiatement. À l'époque, M. Fousseret avait déclaré qu'il s'agissait d'"une reconnaissance pour la ville de la qualité de ses collections". 

L'histoire de "La Déploration du Christ mort" 

La peinture, représentant le Christ à la descente de la croix, avait été commandée par Cosme Ier de Médicis, duc régnant de Toscane, pour son épouse Éléonore de Tolède. Mais le chef d'œuvre n'est resté que peu de temps en Italie. Offert par le duc florentin au conseiller de Charles Quint, Nicolas Perrenot de Granvelle, architecte du Palais Granvelle à Besançon, le tableau a fait par la suite l'objet d'une saisie révolutionnaire. Aujourd'hui, cette œuvre est inestimable.

Depuis son arrive?e a? Besanc?on, le Bronzino n’a e?te? pre?te? qu’a? quatre reprises :

  • 1831 : exposition de tableaux au profit des indigents au palais de justice de Besanc?on
  • 1935 : L’art italien de Cimabue a? Tiepolo au Petit Palais de Paris
  • 1957 : Besanc?on, le plus ancien muse?e de France au muse?e des Arts de?coratifs de Paris
  • 1965-1966 : Le XVIe?me europe?en, peintures et dessins dans les collections publiques franc?aises au Petit Palais. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Le retour Eurocks gâché par un violent orage : sept blessés dont un grave

Violentes bourrasques et violentes averses ont balayé jeudi le site des Eurockéennes de Belfort, faisant sept blessés, dont un grave, et gâchant ainsi le retour du festival. Compte tenu des dégâts, le festival ne pourra pas reprendre ce vendredi. Les festivaliers croisent les doigts pour les soirées de samedi et dimanche 

Les Eurocks post-Covid signent leur grand retour

Après deux éditions annulées à cause du Covid-19, les Eurockéennes de Belfort signent à partir du jeudi 30 juin 2022 leur grand retour avec le concert événement de Muse et une ambition, rassembler la jeunesse lors d’une 32e édition éclectique et réaliste, dans un contexte économique morose.

C’est la réouverture du Musée du Temps… 20 Temps !

PUBLI-INFO • Le musée du Temps a ouvert ses portes en juin 2002 après plus de dix ans de travaux, dans un lieu emblématique du patrimoine bisontin et l’un des plus beaux édifices Renaissance de l’Est de la France, le palais Granvelle à Besançon. Vingt ans plus tard, après quelques mois de fermeture liés à des aménagements pour l’accessibilité du public en situation de handicap, le musée rouvrira le 18 juin 2022, rajeuni et complété d’aménagements visant à améliorer l’accueil et la visite du public.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.88
partiellement nuageux
le 01/07 à 12h00
Vent
2.8 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
25 %

Sondage