Le cirque Plume enchante toujours Besançon et le monde

Publié le 19/05/2013 - 17:41
Mis à jour le 16/03/2016 - 10:34

Samedi 18 mai 2013 a eu lieu à Besançon la première de "Tempus fugit ?", le nouveau spectacle du cirque Plume. En 30 ans, la compagnie de Bernard Kudlak, désireuse d’"enchanter le monde", a totalement révolutionné l’art circasien. Devenu l'une des compagnies emblématiques du "Nouveau cirque", le cirque Plume continue à distiller rêve et poésie.

Tempus fugit ?

Dans "Tempus fugit ?" ("le temps s'enfuit ?"), le 10e opus de la compagnie franc-comtoise, 13 funambules, clowns et musiciens se croisent et se toisent sur scène, autour du thème de la transmission et du temps qui passe, si cher à la tradition horlogère régionale.

Depuis ses débuts en 1983, le Cirque Plume a attiré près de 2 millions de spectateurs cumulés, à la faveur de grandes tournées en France et à l'étranger. Quelque 250 représentations de "Tempus Fugit ? Une ballade sur le chemin perdu" sont d'ores et déjà programmées d'ici 2015. Le spectacle tiendra notamment l'affiche à Paris pendant trois mois, fin 2014.

Pour Bernard Kudlak, auteur, metteur en scène et cofondateur de la compagnie, ce spectacle "sera une manière de passer la main aux jeunes artistes", 30 ans après la fondation de la troupe, et un an après la mort du compositeur historique des musiques des spectacles, Robert Miny.

Une poésie des corps et des images

L'omniprésence de la musique, partie intégrante de la représentation, est une des spécificités du Cirque Plume. Pas de piste circulaire, mais une scène de théâtre, pas d'animaux dressés, mais une poésie des corps et des images: dès le début de leur aventure, entamée à Besançon en 1983, les Plume se sont démarqués du cirque traditionnel à la Zavatta, Gruss ou Pinder. La troupe de Bernard Kudlak "a rompu avec les numéros autonomes du cirque traditionnel pour choisir une écriture poétique centrée sur un propos. Elle a introduit la notion d'auteur et de metteur en scène dans le cirque", analyse Julien Rosemberg, directeur du Hors Les Murs, le centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque. Le Cirque Plume "a servi de canon au cirque contemporain et il est devenu, avec d'autres (Archaos, Cirque Baroque...), l'une des icônes du Nouveau cirque", estime-t-il.

La compagnie est née au lendemain de années 70, d'une bande de copains qui ne "savait rien faire", mais animée d'une furieuse envie "d'être marginal, de faire la fête et d'enchanter le monde". "Le cirque traditionnel connaissait une crise majeure, d'aucuns prétendaient même que c'était la fin de cet art. On est arrivé avec un autre regard, on est arrivé pour créer des poèmes", se souvient Bernard Kudlak pour qui "le cirque est la nostalgie du paradis, où tout est possible". "Le renouveau du cirque, désormais riche de beaucoup de formes différentes, a permis de faire revenir le public dans les chapiteaux", constate Bernard Kudlak, fier d'avoir "touché plein de gens" et d'avoir réussi "à mélanger les âges et les classes sociales".

Plume s’auto-finance à 85%

Pour l'acrobate Sandrine Juglair, 30 ans, qui vient de rejoindre la troupe bisontine, "l'énorme tournée prévue est très intéressante pour les artistes, car il y a peu de compagnies qui proposent autant de dates". Un tel dispositif est d'ailleurs indispensable à l'équilibre financier du projet, souligne M. Kudlak. "On s'auto-finance toujours à 85%. C'est un exercice de funambule, au moindre coup de vent, on est en déséquilibre", constate le metteur en scène, regrettant que "les cirques ne soient pas encore subventionnés à la hauteur de leur place dans l'art français".

(Angela SCHNAEBELE - AFP)

A noter que le spectacle est presque complet sur toutes les dates à Besançon.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Un aperçu de la vie d’après… Ce que prévoit La Citadelle pour sa réouverture !

Depuis le 30 octobre 2020, les musées, les salles de concert et les théâtres sont fermés à cause de l'épidémie de Covid-19. Près de 4 mois plus tard, aucune visibilité n'est donnée ni aux professionnels ni au public alors que tout ce petit monde s'impatiente de plus en plus. Pour tenter de se projeter dans la vie d'après, on a demandé à des structures bisontines le programme de leur réouverture… Aujourd'hui, Marie-Pierre Papazian, chargé de communication à La Citadelle nous répond.

Sondage – Pensez-vous aller profiter des festivals cet été, même assis ?

SONDAGE • La semaine dernière, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a affirmé aux organisateurs de festivals qu'ils pourront se dérouler cet été avec une jauge limitée à 5.000 spectateurs et assis. Quid de l'ouverture des bars et des foodtrucks... rien n'a encore été déclaré sur ces "détails". En connaissant ces mesures, pensez-vous aller profiter des festivals cet été ?

Un aperçu de la vie d’après : ce que prévoit le Musée des maisons comtoises pour sa réouverture !

Depuis le 30 octobre 2020, les musées, les salles de concert et les théâtres sont fermés à cause de l'épidémie de Covid-19. Près de 4 mois plus tard, aucune visibilité n'est donnée ni aux professionnels ni au public alors que tout ce petit monde s'impatiente de plus en plus. Pour tenter de se projeter dans la vie d'après, nous avons demandé à des structures bisontines le programme de leur réouverture… Aujourd'hui,  Virginie Duede Fernandez, directrice du Musée des maisons comtoises nous répond.

Détonation : aucune décision n’a encore été prise sur le maintien du festival

Le Syndicat des musiques actuelles a rencontré Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé ce 18 février 2021. Le Ministère autorise les festivals cet été à condition qu'ils respectent une jauge maximale de 5.000 personnes et en configuration assises. Qu'en est-il du Festival Détonation 2021 ? nous avons posé la question à La Rodia...

Un aperçu de la vie d’après… Ce que prévoit La Rodia pour sa réouverture !

Depuis le 30 octobre 2020, les musées, les salles de concert et les théâtres sont fermés à cause de l'épidémie de Covid-19. Près de 4 mois plus tard, aucune visibilité n'est donnée ni aux professionnels ni au public alors que tout ce petit monde s'impatiente de plus en plus. Pour tenter de se projeter dans la vie d'après, on a demandé à des structures bisontines le programme de leur réouverture… Aujourd'hui, Simon Nicolas, chargé de communication de La Rodia nous répond.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.84
partiellement nuageux
le 26/02 à 12h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
52 %

Sondage